La vitrine spécialement conçue pour l'occasion par les salariés de la librairie Chapitre.

Chapitre : les salariés occupent les lieux

Reportage – Depuis l’annonce de la liquidation judiciaire de l’enseigne Chapitre le 2 décembre, les 57 librairies françaises avaient deux mois pour trouver acheteur. Le 10 février, le tribunal de commerce de Paris a statué la fermeture définitive de 23 d’entre elles. Depuis, la CGT, syndicat majoritaire des salariés, appelle à l’occupation des lieux afin d’obtenir la réévaluation des primes de licenciement.

Pour les salariés des enseignes de Lyon, Boulogne ou encore Tours, le dernier chapitre n’a pas eu le dénouement espéré. Parmi les 23 librairies qui ont dû fermer leurs portes lundi soir, neuf sont actuellement occupées d’après la CGT. J’ai rencontré les occupants à Tours.

Mardi 11 février 2014, 16 h. “L’heure tranquille” est un nom qui sonne parfois comme une malédiction pour le centre commercial qui accueille les 17 salariés de l’enseigne Chapitre tourangelle. Ils ne sont pas nombreux à arpenter la galerie commerciale en ce jour pluvieux. Seuls quelques rares passants marmonnent leur soutien à la vue des drapeaux CGT, et des doux messages à l’attention des patrons du groupe.

“Il n’y a jamais eu autant de clients qu’en ce moment”

À l’intérieur, Damien, libraire spécialisé BD, polar et science fiction, est seulement accompagné d’une militante CGT. Ils gardent le fort pendant que le reste de l’équipe rencontre Marie-France Beaufils, maire communiste de Saint-Pierre-des-Corps et sénatrice d’Indre-et-Loire. ”Il n’y a jamais eu autant de clients qu’en ce moment”, blague Damien.

La librairie n’a jamais réellement décollé depuis son installation en 2009. “L’heure tranquille” serait-elle trop tranquille ? Damien acquiesce. Le climat désertique de ce centre commercial ne permettait pas d’espérer une potentielle reprise de l’activité.

De l'extérieur, les passants découvrent la situation des salariés.

De l’extérieur, les passants découvrent la situation des salariés.

Depuis lundi soir, ils sont “quatre, allez cinq salariés” à participer à cette occupation. Douze manquent à l’appel. “Ils ne se sentent pas concernés, ils ont tourné la page”, regrette Séverine, libraire ultra-mobilisée. On ne la verra que quelques courtes minutes. Elle court partout pour mobiliser médias et politiques.

Une prime de 880 €

À l’origine, ce sont les salariés de Montbéliard qui les ont appelés pour leur proposer d’organiser cette mobilisation. “C’est un mouvement qui est venu des salariés syndiqués”, précise Damien. Car à Tours, aucun n’appartient à la CGT.

Il n’y aura plus de reprise possible, ils n’y ont jamais cru. Mais les conditions de départ ne sont pas satisfaisantes. Avec cinq ans d’ancienneté, un salarié comme Damien partira avec une prime de 880 €. La direction a été intransigeante. Les primes ne dépasseront pas les minimums légaux.

Seulement pour Damien il s’agit d’un non-sens. “Le stock restant des 23 librairies représente 11 millions d’euros et nos dirigeants préfèrent embaucher des intérimaires qui seront payés 50 % de plus pour emballer le stock. Ça veut dire qu’il y a bien de la trésorerie. Selon lui, les salariés qui avaient été licenciés plus tôt en 2012 à Saint-Nazaire avaient pu partir avec près de 20 000 euros d’indemnités. Aujourd’hui, la stratégie des occupants est bien de garder les stocks et d’empêcher l’arrivée des intérimaires.

La militante CGT en profite pour lire "Astérix chez les pictes". De quoi militer dans la détente.

La militante CGT en profite pour lire “Astérix chez les pictes”. De quoi militer dans la détente.

Jeudi prochain, un CE exceptionnel se tiendra pour éventuellement étudier la réévaluation des indemnités. “On n’a pas fixé de montant précis, mais partir avec moins de 1 000 euros, il y a un malaise”, confie notre hôte, même s’il ne croît pas un seul instant que les négociations aboutiront positivement.

L’occupation continuera-t-elle ? Damien hésite à se prononcer. La fatigue se ressent déjà et les soutiens semblent trop peu nombreux. Pourtant la CGT a envoyé ses délégués départementaux.

“Si on s’ennuie, on a de la lecture”

Aucune manifestation n’est prévue pour le moment, mais la ministre et ancienne députée de Tours Marisol Touraine doit se rendre dans sa ville. Pour la syndicaliste, c’est l’occasion d’attirer l’attention au sein d’une autre mobilisation. Pendant ce temps, on s’occupe comme on peut. On s’informe sur La Rotative, le webzine engagé local.

“Des amis vont nous ramener un Scrabble, et puis si on s’ennuie on a de la lecture”. Avant de partir Damien m’invite à découvrir la sélection littéraire très spéciale qu’ils ont mis en exposition dans la vitrine. “Le livre pour trouver votre travail”, “Manifeste des chômeurs heureux” ou encore “Avant de disparaître”.

Si la fin de partie des salariés de Chapitre ne connaît pas de fin heureuse, elle aura au moins le mérite d’être bien documentée.

Romain Deschambres | 6 article(s) publié(s)

Journaliste à Tours.


Vous aimerez lire aussi

7 commentaires pour l'article “Chapitre : les salariés occupent les lieux

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 7 = 2

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil