La compagnie Möbius-Band se prépare avant la représentation.

Mon frère, ma princesse et le théâtre jeunesse

Diaporama sonore – Le festival Désir Désirs œuvre depuis 21 ans, dans la ville de Tours, à offrir une programmation cinématographique autour de la thématique du genre. Cette année le festival s’est associé à la bibliothèque centrale pour proposer la lecture de Mon frère, ma princesse, pièce de théâtre jeunesse de Catherine Zambon.

Les dernières dénonciations entendues dans les Manifs pour tous envers certains ouvrages comme Papa porte une robe ou Tous à poil ont amené certains militants à réclamer la censure de ces livres dans les bibliothèques municipales.

Je me suis rendu à cette lecture. Mon frère, ma princesse représente-t-il un danger ?

Mercredi 19 février, nous sommes à la bibliothèque centrale de Tours et il est bientôt 16h. La compagnie Möbius-Band semble très sereine à quelques minutes de l’entrée en scène.

Les interrogations portent plus sur la rencontre qui aura lieu après. Les bibliothécaires ont aperçu un homme susceptible de perturber la représentation. « Pas d’inquiétude ! C’est un habitué, il aime juste faire valoir son opinion », nous dit-on. Pauline Bourse, metteuse en scène, précise : « Le débat est fait pour les enfants, nous voulons juste parler du texte. »

“Il n’est pas question de faire des sélections”

Car lorsque la bibliothèque centrale a pris connaissance du projet initié par l’équipe du festival Désir Désirs, la polémique n’existait pas encore. Mais depuis début février, la bibliothèque a reçu un message indiquant une liste des ouvrages à retirer, comme cela a été le cas dans d’autres villes.

Si la démarche militante reste très marginale, elle n’en a pas moins fait réagir les personnes concernées. Colette Girard, adjointe à la culture à la ville de Tours, avait déjà profité de l’inauguration du festival, le 12 février, pour s’indigner contre cet appel à la censure.

Pour Céline Gitton, coordinatrice de l’action culturelle pour la bibliothèque municipale de Tours, « il n’est pas question de faire des sélections, c’est hors de propos pour un bibliothécaire ».

Ce texte parle de l’identité, et le théâtre est bien l’endroit où l’on change d’identité.

La représentation théâtrale souffre malgré elle de l’actualité chargée autour du genre. La rencontre prévue après la lecture n’attire que les adultes et transforme ce moment d’échange en débat sur la littérature jeunesse.

“Doit-on donner autant de visibilité à ces problématiques ?” “Sont-elles sur-représentées ?” “Diffuser une œuvre littéraire traitant du genre est-il un geste politique ?”

Si la contestation a trouvé son unique porte-voix dans l’assemblée, son écho retentit sans encombre, obligeant les comédiens, la bibliothèque et les responsables du festival à justifier méticuleusement leur choix et assurer qu’aucun complot ne vise à transformer nos enfants en ce qu’ils ne sont pas.

Contrairement à ce que le titre Mon frère, ma princesse peut laisser suggérer, Alyan, 5 ans, ne cherche pas à tout prix à devenir une princesse. Au fur de la pièce, il se voit en dragon, en maman, en fée Nayla ou encore en pétunia.

La seule chose dont il ne se réclame pas, c’est bien d’être un garçon, ce qui déclenche bien évidemment les réactions de son entourage. Face à l’incompréhension de la mère et aux moqueries des camarades de classe, sa sœur Nina le défend.

« Ce texte parle de l’identité, explique la metteuse en scène, et le théâtre c’est bien l’endroit où l’on change d’identité. » Car les différents protagonistes qui gravitent autour d’Alyan peuvent difficilement se prévaloir d’être les parfaits stéréotypes masculins et féminins.

La mère avoue ne jamais porter de robe et a un poste à grande responsabilité. Nina joue au foot et trouve les princesses stupides. Et enfin Dillo, camarade de Nina, ne veut pas se battre et trouve le rose cool.

Le comédien Mikaël Teyssié passe d'un personnage à l'autre. - La Déviation

Le comédien Mikaël Teyssié passe d’un personnage à l’autre.

Si le texte de Catherine Zambon réussit à apporter un très beau message de tolérance, la lecture théâtralisée proposée par la compagnie Möbius-Band ouvre une autre dimension à ce récit.

Les deux comédiens disposent de codes vestimentaires (bonnets, vestes) pour interpréter les six personnages principaux de la pièce.

Au fur et à mesure que le rythme de la lecture s’accélère et que les personnages se répondent, les changements de costumes s’emmêlent. Dillo ou Ben se retrouve interprété dans l’ombre du costume d’Alyan et inversement.

Outre la magnifique coordination des comédiens qui réussissent à donner une dimension comique à des endroits où elle n’existait pas dans le texte, les personnages se confondent pour leur apporter une nouvelle lecture. On ne sait plus qui parle. On ne sait plus qui est qui. Et peu importe.

Mon frère, ma princesse a reçu le prix Collidram pour l’édition 2012-2013. Chaque année, l’association Posture invite un comité de collégiens à sélectionner 4 pièces de théâtre contemporaines. Il a également reçu le dixième prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public, décerné par la bibliothèque de théâtre Armand Gatti, l’Inspection Académique du Var et le rectorat de Nice.

Mon frère, ma princesse, de Catherine Zambon, éditions l’école des loisirs, 2012, mis en scène par Pauline Bourse, Compagnie Möbius-Band avec Émilie Beauvais, Mikaël Teyssié et Pauine Bourse.

Romain Deschambres | 6 article(s) publié(s)

Journaliste à Tours.


Vous aimerez lire aussi

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


5 − = 0

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil