les cintrés 4

On s’est fait cintrer en soutien aux espagnoles

Diaporama sonore – Retour en arrière pour l’avortement en Espagne. Depuis le projet de loi déposé en décembre dernier par le gouvernement Rajoy, des manifestations de soutien ont lieu dans toute l’Europe. Vendredi 7 mars, Osez le féminisme 37 organisait, à Tours, une installation plastique participative pour rappeler l’enjeu européen que suscite l’interruption volontaire de grossesse.

Des aiguilles à tricoter, de l’eau de javel, ou encore des cintres, voilà les outils qui seront bientôt à la disposition des femmes espagnoles qui verront les conditions d’accès à l’avortement se réduire au viol et à quelques rares cas de danger psychologique pour la mère.

Outils utilisé dans certains cas d'avortements clandestins. Romain Deschambres - La Déviation

Outils utilisé dans certains cas d’avortements clandestins. Crédits Romain Deschambres

En décembre, Osez le féminisme n’avait pas attendu pour réagir et avait lancé une campagne virale efficace. Un cintre, l’inscription « nunca mas », une photo et un partage sur les réseaux sociaux.

Il y a l’envie de descendre dans la rue autrement que par la manif.

« La présence dans l’espace public, la volonté de soutenir les femmes espagnoles et l’image des cintres qui existait déjà » sont les trois éléments qui ont donné l’envie à Zazou, plasticienne de proposer cette installation à l’antenne locale de l’association.

L’artiste militante fait part de « cette envie de descendre dans la rue autrement que par la manif ». Participer à cette action, ça veut dire « s’engager ou ouvrir le dialogue ».

Car le militantisme ne doit pas uniquement se faire sur les réseaux sociaux. Osez le féminisme 37 revendique le fait de sortir du virtuel pour engager un dialogue réel.

Rencontre en son et en image.

Une loi européenne

Avec Zazou, nous avons parlé de son installation plastique. Une fois le micro coupé « je n’ai pas parlé du plus important », s’empresse-t-elle de dire. On rallume.

« Le but de cette installation est de faire un rapport auprès du Parlement européen ». Il ne s’agit pas uniquement de sensibiliser sur l’avortement et sur la situation espagnole, mais bien d’agir auprès des institutions européennes.

« Le Parlement européen trouve qu’en matière du droit des femmes, c’est la souveraineté des États. Ils ne veulent pas intervenir au niveau européen. Nous, on préférerait qu’il y ait une protection, de manière à ce que l’Irlandaise, l’Espagnole, l’Italienne ou la Française parte sur un même pied d’égalité »

Les militantes sont facilement repérables grâce à leur code vestimentaire unique. La blouse blanche, en symbole du cadre médical dans lequel l’avortement doit continuer de s’effectuer.

« Certains pensent que nous sommes des sages-femmes. ». Un autre combat, qui n’est pas celui d’Osez le féminisme.

Je demande à l’une d’elles « Qui est la présidente de l’association ? » Certainement le meilleur moyen de se faire détester, on ne tarde pas de me répondre qu’il n’y a « pour le moment pas UNE présidente. Tout le monde est à égalité. »

Une organisation horizontale dans les faits, pyramidale sur le papier. Mélanie Goyeau, non-présidente d’Osez le féminisme 37, se présente alors en porte-parole de l’association.

Mélanie Goyeau, porte-parole d'Osez le féminisme 37. Crédits Romain Deschambres - La Déviation

Mélanie Goyeau, porte-parole d’Osez le féminisme 37. Crédits Romain Deschambres

« À Osez le féminisme, on essaie de sensibiliser les gens qui ne sont pas encore sensibilisés ». À travers ces actions, Mélanie Goyeau veut « aller à la rencontre du public, lui faire prendre conscience que ce n’est pas encore gagné l’égalité. »

On ne veut pas simplement recevoir des fleurs pour la Saint-Valentin.

« On essaye de faire ça de façon ludique et drôle ». Elle prend l’exemple d’une campagne visuelle pour la Saint-Valentin intitulée Couchons ensemble avec une image de couche. « Les hommes et les femmes doivent être équitables dans les tâches ménagères. On ne veut pas simplement recevoir des fleurs pour la Saint-Valentin. »

Au stand café et agrafage de photos sur cintre, une militante appelle à l’aide masculine. « Tiens un homme, tu vas pouvoir me réparer mon agrafeuse ». Ça n’est pas une réaction très féministe. Elle esquisse un sourire. C’est une blague évidemment.

Romain Deschambres | 6 article(s) publié(s)

Journaliste à Tours.


Vous aimerez lire aussi

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 4 = 5

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil