Catégorie : Écouter (Page 2 of 6)

La vadrouille des Vaches Folks

Une journée aux Vaches Folks

Qui a eu cette idée folle d’un jour inventer la vadrouille des Vaches Folks ? Quatre lieux, quatre artistes l’après-midi, suivis d’un apéro-concert gratuit puis d’un spectacle dans les règles de l’art. J’étais à Cast dans le Finistère, j’ai kiffé, je vous le raconte comme si vous y étiez.

Avant toute chose, je tiens à présenter mes excuses à tous ceux qui déclareront des hémorragies oculaires devant mes photos. Appareil vieillot + soleil incroyable + des mains qui refusent de se synchroniser avec les yeux, voilà le pourquoi du comment. Maintenant nous pouvons y aller.

8 h 30

Il fait un temps de rêve, je suis dispo. Le souvenir d’une affiche dans une vitrine me titille… Après tout, au pire, je ramasserai un refus. Je décroche mon téléphone. Allô ? C’est Roger Mauguen, le chef d’orchestre des Vaches Folks. Il pose l’ambiance. Deux minutes plus tard c’est réglé. « Départ à 15 h, mais ce serait bien d’arriver avant. » J’y serai Roger, t’en fais pas.

12 h 45

Crème solaire, bouteille d’eau, appareil photo, carnet de notes, stylo, check. Pour le reste, advienne que pourra.

13 h 15

Je repère les lieux. Le barnum finit de se monter sur la place. Départ du bus, caisse centrale, espace restauration, scène mobile… Au premier coup d’œil, cette petite journée de balade ressemble furieusement à un festival qui ne dirait pas son nom. Où sont les toilettes ? Les bénévoles continuent d’arriver, s’équipent de leurs tee-shirts. J’ai le temps de siroter un petit noir au café du coin.

Place de la mairie à Cast

Place de la mairie à Cast

13 h 30

Accueil de la caisse centrale, je trouve Roger. Je vais embarquer pour le circuit en bus, ça roule. Mais pourquoi changer de formule ? « On organise des concerts le soir depuis presque 10 ans, on avait envie de changer de la routine, mettre un peu de piment. » Pas de blabla communicationnel. On aime, on y va, voilà.

Embarquement de la petite centaine de privilégiés, destination la vadrouille des Vaches Folks.

Embarquement de la petite centaine de privilégiés, destination la vadrouille des Vaches Folks.

14 h 30

Les participants arrivent, ça s’agite autour des bus. Roger vient me trouver pendant que je lézarde et me confie à Michel, l’un des conducteurs. « Tu ne me lâches pas. » Pas de souci Michel, je te suis.

Ça n’a pas été trop dur de trouver des artistes qui acceptent de prendre le risque du hors-cadre ? « C’est Tété qui a tout déclenché. Quand il a dit okay, on a dit banco pour le 17 mai. On avait peur que le plus difficile soit de trouver des artistes pour aller jouer dans la nature, et puis en fait pas du tout. Ils ont tous répondu présent immédiatement. Nous ? On est un noyau dur d’une dizaine de personnes, mais pour la journée, on a du renfort. »

Premier lieu, la chapelle Saint Gildas.

Premier lieu, la chapelle Saint Gildas.

14 h 55

La petite centaine de privilégiés embarque. Les départs des circuits pédestres et en bus se font du même endroit. Au programme, quatre lieux, quatre artistes, quatre spectacles. En fait, sept – 77 ans c’est pour les petits joueurs.

Aux Vaches Folks on fait dans le neuf mois – 90 ans. Tout trouve sa place, chaises pliantes et poussette. Un chien ? On va s’arranger.

Arrivée au pied du calvaire, les Dalton Telegramme nous attendent.

Arrivée au pied du calvaire, les Dalton Telegramme nous attendent.

15 h 16

Chapelle Saint Gildas, tout le monde descend. Les Dalton Telegramme nous attendent sur le calvaire derrière le bâtiment. Ils sont quatre, ils sont belges et jouent ensemble depuis 2009 : Monsieur de La Praline (Quentin Maquet, chant, guitare, ukulélé), Buddy Ribs (Rémi Rotsaert, guitare, banjo, chœurs), Marjorie, la rousse la plus sexy de la planète (Bernard Thoorens, contrebasse, chœurs) et Pipette, le flûte-à-bec-hero du groupe (Olivier Cox, percussions, chœurs + plein de trucs complètement incongrus).

Les Dalton Telegramme sur le calvaire de la chapelle Saint Gildas

Les Dalton Telegramme sur le calvaire de la chapelle Saint Gildas.

L’eau de la fontaine située non loin de la chapelle est supposée guérir de la rage. Visiblement, ça ne prend pas sur l’humour. En même temps, une petite voix me susurre que ça ne carbure pas à la flotte par ici. C’est plutôt rock’n chanson à texte version rencontre homme-femme, le choc des titans. Il y a des bouts de New Orleans dedans, le tout est hyper bien écrit, musicalement parfaitement rodé et à découvrir sur toutes les plateformes en ligne dignes de ce nom.

Nous aurons droit également à un pot-pourri, un mashup, que dis-je, un medley de la grande chanson française des années nonantes, gare à l’émotion (© Quentin Maquet) avec Hey oh de Tragédie et Femme like U de K-maro. C’est à peu près aussi abusé que Ma Benz’ de NTM repris par Brigitte.

Viteuf’ entre le retour de la vadrouille et l’apéro concert, je tope Monsieur de La Praline et Pipette au détour d’une partie de cartes. Il ne manque qu’un pianiste à chapeau melon et des girls dansant le cancan en arrière plan.

Ça vous a plu de venir jouer dans la campagne bretonne ?

Monsieur de La Praline. Pour le moment c’est une belle mise en bouche oui. Nous sommes friands des endroits décalés. C’est très agréable.

Si vous deviez donner envie de vous découvrir à ceux qui ne vous connaissent pas, vous diriez quoi ?

Nous sommes le groupe qu’il faut pour les gens qui prennent plaisir aux histoires, à la BD et au western.

Vous avez sorti récemment un six titres, vous pouvez nous en parler un peu ?

Oui, c’est plutôt un EP, il est sorti il y a deux semaines.

Pipette. En fait il faut expliquer que c’est une trilogie. Le but, c’est raconter une histoire en trois volets, comme le ferait une BD. C’est un western. Le premier épisode, La Cavale est sorti en octobre 2013. Le deuxième, La Planque vient d’arriver. Le troisième est à venir pour octobre prochain. Il y aura sans doute un album disponible en France en fin d’année.

Retrouvez les Dalton Telegramme sur leur site et leur page Facebook.

>> Page suivante : de 16 h 04 à 18 h 03 avec The Odd Bods, Kittiwakes et Juanito Fuentes

Radio Zig FM, au carrefour de la paix

Interview audio – Associer les mots, radios, conflits communautaires, milices… réveille souvent le souvenir des actions dévastatrices des médias attisant la haine pendant le génocide rwandais.

Mais nombreuses sont les radios qui, par leurs actions, ont renouvelé ce rôle de média de la paix en étant à la fois un soutien lorsHawa Smart est la seule radio syrienne de l'opposition qui réussit à émettre sur la bande FM sur le tout le territoire - La Déviation de crises humanitaires, un moyen de diffusion de message prônant l’unicité et la tolérance, comme la toute jeune radio syrienne Hawa Smart installée au sud de la Turquie ou la radio congolaise financée par la fondation Hirondelle : radio Okapi, a joué un grand rôle dans la tenue des élections présidentielles en 2006 en donnant la parole équitablement aux candidats des deux partis.

J’ai rencontré Ibrahima Gassama à Bordeaux, alors que nous participions à une formation autour de la restauration collective, animée par son fondateur lui-même, le Brésilien Dominique Garter.

Venu du Sénégal, Ibrahima était de loin, le participant qui avait fait le plus de kilomètres pour venir entendre parler de cette méthode de résolution des conflits, qui réunit l’auteur du conflit, la victime, ainsi que toute la communauté concernée. Ibrahima Gassama met déjà en application la communication non violente dans son émission « Carrefour de la paix » sur la radio Zig FM, ‘située à Ziguinchor, capitale de la région Casamance au Sénégal). Alors quand une journaliste radio croise un journaliste radio qui a fait tant de chemin il fallait bien dégainer le micro…

Le parcours d’Ibrahima Gassama

La violence ne règle rien, dans l’émission « Carrefour de la paix » je propose de substituer l’argument de la force, à la force de l’argument.

Situation de la Casamance

On y était : Woodkid au Zénith de Paris

Après un premier passage exceptionnel – et à guichets fermés – au Zénith de Paris, le 5 novembre, Woodkid avait programmé une date supplémentaire pour le public parisien. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que celui-ci n’a pas du tout été déçu !

Cette fois-ci aussi, ce 7 février 2014, Woodkid affiche complet au Zénith, parc de la Villette. Pourtant, lorsque j’arrive vers 19 h 30, il y a peu de monde. La fosse est encore presque vide, ce qui me permet de me placer à quelques mètres de la scène.

C’est une petite heure plus tard que commence la première partie du concert. Une mission toujours un peu ingrate, surtout pour ce soir-là où Woodkid se faisait grandement attendre.

En entendant cette première partie, j’ai compris pourquoi la fosse et le Zénith étaient vide jusqu’à 20 h 30. Pour ceux que ça intéresserait, écoutez un titre (mélange bizarre de style des années 1980-90) de Lawrence Rothman ici.

La première partie évacuée, le Zénith s’est rempli très très vite et la fosse s’est serrée progressivement jusqu’à ce qu’elle soit pleine à craquer.

Mais Woodkid s’est fait encore attendre.

Jusqu’à environ 21 h 30, quand les lumières s’éteignent brusquement, laissant le public crier dans le noir. Le rideau s’ouvre, mètre après mètre, et dévoile l’orchestre au complet sur une scène en escalier. Les cordes, les cuivres, les percus : elles sont toutes là !

Woodkid au Zénith de Paris - Crédits : Julien Baldacchino - La Déviation

La musique commence doucement sur l’air de Baltimore’s Fireflies et la voix douce et grave de Yoann Lemoine remplit la salle. Les cuivres, puissants, viennent par-dessus l’ostinato au piano. La mise en scène ne laisse rien au hasard. L’orchestre disposé sur ces escaliers laisse un large couloir central où Woodkid a la liberté de déambuler.

Derrière lui : un écran géant de cinéma projette les images animées créées par Yoann Lemoine : à chaque titre son thème et ses images – abstraites ou figuratives.

Le second titre s’enchaîne : il s’agit de The Golden Age, une des meilleures compo de l’album. Au milieu de la chanson, les percussions – dont les caisses s’illuminent à chaque son – entrent en jeu et le rythme s’accélère.

Avant d’entamer son titre le plus célèbre, Woodkid s’approche de la scène et dit, s’adressant à son public : « Messieurs, j’ai quelque chose à vous dire: I love you« . Le son est aussi bon qu’on pouvait l’espérer : les cordes vous arrachent des larmes et les cuivres des frissons.

Mécaniquement, tels des robots, les musiciens exécutent un moment brillant, intense, de musique.

L’ambiance monte et monte encore au fur et à mesure du concert. Plus on avance et plus la mélancolie et les sentiments de quelques morceaux laissent place aux sons énergiques et rapides, rythmés par les interventions de Woodkid et le son des caisses claires qui résonne.

Puis soudain, au milieu du concert, dix tambours apparaissent en haut de la scène et descendent vers la scène qui s’avance au milieu de la fosse. Mécaniquement, tels des robots, les musiciens exécutent un moment brillant, intense, de musique. Que des percus et la foule aime ça !

Puis vient le Stabat Mater, œuvre grandiloquente. Une introduction au rythme des tambours fait monter l’ambiance. Woodkid apparaît, frappe ses points dans l’air à chaque percu qui résonne, puis vient l’entrée fracassante des cuivres puis des cordes !

Le souffle épique enflamme la foule !

Il faut d’ailleurs noter que bon nombre des titres de l’album ont été introduits par des compositions inédites qui accompagnaient le jeu de lumière sur scène. En parlant de morceaux inédits, Woodkid en a présenté deux : Go, une douce ballade musicale, et Volcano, un morceau 100 % instru et percussions au rythme complètement démonté.

Woodkid a interprété aussi un de ses premiers titres disponible sur son EP : Brooklyn. Un quartier new-yorkais important pour lui car c’est là-bas qu’il a émigré pendant quelques années.

À la fin de Run Boy Run, l’un des derniers morceaux de ce concert grandiose, la foule a chanté pendant de longues minutes devant un Woodkid ému, le sourire large derrière sa barbe et les mains sur la tête à écouter son public au bord de la scène.

Une présentation de ses musiciens plus tard, il entame The Other Side – « encore une chanson joyeuse qui parle de la mort » plaisante t-il – pour laisser son public sur une note plus douce.

En ré-écoutant l’album le lendemain, ses enregistrements paraissent désormais bien « fades » comparés au spectacle épique auquel 6 000 chanceux ont eu droit ce soir-là.

Woodkid au Zénith de Paris - Crédits @LéaHbrt - La Déviation

Woodkid au Zénith de Paris – Crédits : @LéaHbrt

Connaître les dates de la tournée de Woodkid.

chanson quebecoise francophone - la déviation 2014

Musiques transatlantiques

De même que Stromae nous rappelle que la chanson francophone n’est pas l’apanage des Français, La Déviation vous propose un tout petit tour d’horizon des artistes québécois qui valent le détour.

Si j’ai pu profiter du Festival d’été de Québec au mois de juillet, c’est parce que j’ai la chance d’habiter dans cette belle ville. Difficile donc de commenter l’actualité politique, musicale ou radiophonique française en étant si loin. Alors j’ai eu envie de vous parler des artistes de la relève francophone québécoise, ceux qui ont du succès ici, et dont les chansons mériteraient définitivement de traverser l’Atlantique.

Parce que non, il n’y a pas que les Cowboys Fringants, Cœur de Pirate, Céline ou Garou au Québec. Une flopée d’artistes talentueux se taillent peu à peu leur place.

Leur playlist se trouve en fin d’article.

Marie-Pierre Arthur

Marie-Pierre Arthur - Crédits Marianne Larochelle - La Déviation
Vous avez peut-être entendu parler de Marie-Pierre Arthur, avec sa chanson Si tu savais, extraite de l’album « Aux alentours ». L’ex-choriste, devenue interprète à part entière, s’est même faufilée dans la programmation des Vieilles Charrues l’été dernier.

Lisa Leblanc

Lisa Leblanc - Crédits Lisa Leblanc - La Déviation

Petite exception dans cette sélection québécoise, Lisa Leblanc, native de la province voisine du Nouveau-Brunswick, a elle aussi vu son premier album sortir en France. Vous ne la connaissez pas ? Mais si, sa vie « c’est d’la marde » comme le dit la chanson éponyme. Une belle voix rauque, un accent acadien à couper au couteau, et des mots anglais à la pelle.

Si vous ne comprenez pas tout, c’est normal. Sa recette folk et authentique et ses déboires sentimentaux ont charmé le public québécois en 2012, ce qui lui a valu de remporter le Félix de la révélation de l’année au gala de l’Adisq, l’équivalent des Victoires de la musique.

Louis-Jean Cormier

Louis-Jean Cormier - Crédits Richmond Lam - La Déviation
Côté hommes, Louis-Jean Cormier. Il fait partie d’un groupe nommé Karkwa depuis 15 ans, mais s’est accordé une pause en solo. Grand bien lui en a pris. Louis-Jean a réalisé l’album acclamé de Lisa Leblanc et en a profité pour réaliser un premier disque perso, qui a lui-même remporté six trophées au dernier gala de l’Adisq. On appelle ça le talent.

Découvrez dans ma playlist Tout le monde en même temp, tiré de l’album « Le treizième étage ».

 Les sœurs Boulay

Les Sœurs Boulay - Crédits Les Soeurs Boulay - La Déviation
Les sœurs Boulay ont été les gagnantes des Francouvertes 2012. Stéphanie et Mélanie : deux voix, une guitare. C’est tout, et c’est particulièrement efficace. La blonde, la brune et le talent. Il n’y a rien à jeter dans leur album « Le poids des confettis ». J’ai choisi de mettre dans ma playlist Des shooters de fort sur ton bras. En québécois le fort signifie l’alcool fort, comme la vodka, le gin.

Comme j’aime beaucoup je recommande aussi Mappemonde ou Par le chignon du cou. Si vous suivez la logique, elles ont aussi été récompensées par deux Félix. En France on a pu les entendre au Printemps de Bourges cette année.

 Alex Nevsky

Alex Nevsky - Crédits Alex Nevsky - La Déviation

Un autre jeune homme s’illustre depuis la fin de l’été, Alex Nevsky. Un mélange de beaux mots et d’émotions colorées.

Sa chanson On leur a fait croire, issue de son second album « Himalaya mon amour », est un vrai ver d’oreille (comprendre un refrain entêtant). Vous risquez de fredonner son ‘papapapa’ pendant un moment.

Ingrid St-Pierre

Ingrid Saint-Pierre - Crédits Ingrid Saint-Pierre - La Déviation

Ingrid St-Pierre. Sous ses airs de petite chose fragile, la demoiselle cache une grande maîtrise dans ses compositions et une jolie plume. Elle était présente à l’affiche du Festival d’été de Québec cette année.

Avec « L’escapade », la blonde platine en est déjà à son deuxième album, dont La planque à libellules est extraite. Pour ceux qui trouveraient ça un peu lent, ça décolle à 2’45 !

 Karim Ouellet

Karim Ouellet - Crédits Karim Ouellet - La Déviation

Un dernier représentant de la gent masculine, Karim Ouellet. Je voulais le présenter parce que j’aime beaucoup sa chanson L’Amour, mais j’ai par la suite été un peu déçue, notamment par son passage au Festival d’été. Son album « FOX », inégal, vaut tout de même l’écoute.

Il est passé par Rennes pendant les Trans et a récemment fait la première partie de -M- à Bercy, ce qui devrait aider à le faire percer.

Je vous ai présenté mes chouchous, mais il y en aura d’autres la prochaine fois. Si vous êtes Parisien, peut-être aurez vous la chance de voir ces chanteurs dans des petites salles, si vous êtes en province, priez pour que les maisons de disque fassent plus de promo aux artistes de la francophonie.

Ma playlist québecoise

Griefjoy à la Cigale - octobre 2013 - La Déviation

Flamboyants Griefjoy

Si le projet Quadricolor a bel et bien été enterré, c’est de ses cendres qu’est né Griefjoy, premier album flamboyant du nouveau projet du groupe niçois.

Griefjoy, nom du groupe, nom de l’album. Comme emporté par un tourbillon d’amertume et de passion, cet album confirme le succès de leur premier EP « Touch Ground », sorti en février dernier. Où déjà les prémices d’un succès voyaient le jour avec les « tubesques » Touch Ground, Taste Me  et Kids Turn Around. On y retrouve un subtil mélange  entre pop et électronique, dansante et sous tension. Incandescent, comme sa pochette. Lumineux comme le livret qui l’accompagne.

Pochette album Griefjoy - La DéviationUn succès évident, à écouter en boucle. Des rythmes entraînants, ponctués par quelques ballades et solo de piano. De l’énergique Feel, on passe à Hold The Ties, plus calme, mais avec toujours ce rythme cadencé qui apparaît sur tout l’album et le rendent à la fois hypnotisant et accrocheur.

Tout cela complété par des titres à graduation comme Insane. De la pop à electro, de la musique sous tension à un lâché prise. Tout y est . Crimson Rose pour rêver Touch Ground pour chanter, et entre les deux, pour la mise en forme People Screwed Up. Le tout similaire aux productions de Blind Visions ainsi qu’ leurs voisins anglais de Foals.

Preuve qu’un album utilisant pour thèmes les angoisses de ses quatre jeunes fondateurs fonctionne.  Bienvenue dans la nouvelle génération de l’électro. Dans la pop tribale de Griefjoy.

Notre interview de Griefjoy lors de leur concert à la Cigale, le 10 octobre

GRIEFJOY à la Cigale - La Déviation

La playlist de Griefjoy

Retrouvez Griefjoy sur Facebook et sur Twitter.

Talents Frais - Cultivateur de nouveaux talents

Festival des Indisciplinées 2013 - La Déviation

« Être original et faire découvrir des artistes rares »

Rock FanchLa huitième édition des Indisciplinées se tient à Lorient jusqu’au 10 novembre. Le festival accueille entre autres Christophe, Fauve, Colin Stetson, Dominique A ou encore Rone. J’ai rencontré pour l’occasion Thierry Houal, programmateur du festival.

Avant de commencer, peux-tu nous faire un rapide historique des Indisciplinées ?

C’est la huitième édition d’un  festival, dont la première correspondait aux dix ans de l’association MAPL (qui gère le Manège et les Studios de répétition à Lorient).  Le festival, historiquement concentré sur l’Espace Cosmao Dumanoir, a évolué peu à peu d’une programmation assez grand public vers des esthétiques plus ciblées et vers les artistes émergents tout en restant ouvert à tous les publics.

La configuration a évolué aussi  avec la volonté de ne pas rester figé sur une formule trois soirs dans une grande salle avec ses trois têtes d’affiches et d’aller à la rencontre de tous les publics sur l’ensemble du territoire de l’agglomération lorientaise.

Quelle est la programmation de cette huitième édition ?

On s’étend un peu et nous investissons d’autres lieux, mais nous démarrons au Manège avec un grand nom des musiques expérimentales : Colin Stetson et un espoir tout droit venu de Manchester : MONEY qui vient de faire une première partie remarquée de Alt-J à l’Olympia.

Thierry Houal - Crédits Le Télégramme - Régis Nescop 2010

Thierry Houal, programmateur des Indisciplinées – Crédits Le Télégramme – Régis Nescop 2010

Nous serons accueillis pour la première fois au Théâtre du Strapontin à Pont-Scorff avec  un spectacle rare de Dominique A. Puis, retour au Manège pour deux soirées : l’une épique avec le hip-hop aventureux de Ghostpoet et de Young Fathers et l’autre dantesque avec les très très attendus A Place to Bury Strangers,  Wall of Death et les Lorientais de Death Engine.

Ensuite nous entamerons un beau week-end avec nos traditionnelles soirées à Cosmao Dumanoir avec notamment, le vendredi 8 novembre, une soirée placée dans les mains de grands espoirs français : FauveGriefjoy, Superpoze et The Lanskies.

Le lendemain le samedi 9, soirée electro pop de haut niveau avec Wampire, Is Tropical, Aluna Georges et Rone. Mais aussi le dimanche 10  un après-midi en famille après le traditionnel  déjeuner dominical au Théâtre du Blavet avec Panique au Bois Béton et le soir un mythe de la chanson, Christophe qui suscite beaucoup d’engouement.

Sans oublier les concerts concoctés par Jean-Baptiste Pin au Galion (Tigerbells et Cherry Bones) pour le festival Off.

Quels sont tes coups de cœurs pour cette année ?

Il y en a beaucoup, mais je dirais que j’ai une affection particulière pour Wampire et Young Fathers, mais aussi les Lorientais Death Engine et  Noir Statues, vainqueur du tremplin.

Comment se construit une telle programmation ? C’est au coup de cœur ou alors tu suis plutôt les programmations de ce qu’il se passe ailleurs en même temps que vous (Festival des Inrocks par exemple) ?

Beaucoup de paramètres entrent en ligne de compte. L’actualité bien sûr, et il est vrai que le festival des Inrocks mais aussi le Pitchfork aux mêmes périodes nous offrent quelques opportunités. Cela reste marginal. Cette année, deux ou trois artistes sont concernés et surtout des artistes en développement.

A contrario, nous ne pouvons pas aujourd’hui lutter sur certains autres points avec ces festivals. La très grande partie de la prog’ se fait tout de même indépendamment. Pour donner un exemple récent, l’an dernier par exemple Alt-J était programmé bien avant qu’ils soient prévus aux Inrocks. Il y a des artistes à ne pas louper et des groupes sur lesquels on insiste énormément et d’autres sur lesquels on est à l’origine d’une tournée française.

Si les groupes sont là, c’est qu’artistiquement ils présentent un intérêt.

Pour construire la programmation, au-delà des aspects financiers et promotionnels, on aime tous les groupes présents et s’ils sont là c’est qu’artistiquement ils présentent un intérêt de ce point de vue-là.  C’est très important d’essayer d’être original et faire découvrir des artistes rares sur scène…

Nous essayons de nous positionner en amont de l’actualité : proposer des concerts que le public n’aura pas vus sur les festivals en été ou dans les salles au printemps précédent. Il arrive très fréquemment de faire l’impasse sur un groupe très porteur ou qu’on adore pour ces raisons et de miser plutôt sur de futures pépites.

Thierry, tu es aussi programmateur pour la salle du Manège. Comment vient la décision de mettre un groupe à l’affiche des Indisciplinées plutôt qu’à un concert au Manège ?

On essaye d’être cohérents entre les deux lieux, voire les trois, puisque pour la diffusion nous avons un troisième espace aux Studios. Sur le festival, clairement, nous programmons surtout les artistes étrangers ou les artistes que nous ne pourrions pas faire sur une saison classique du Manège.

Nous pouvons nous permettre des « gros » artistes, mais aussi des beaucoup plus petits qui ne font que les festivals hors Paris. De l’autre coté, la renommée des Indisciplinées rejaillit sur le Manège, à la fois en termes d’exposition, de vivacité et d’appel d’air pour le public. Le festival permet de faire passer à grande échelle un discours tourné vers l’émergence et le développement d’artistes qui est notre quotidien à MAPL, à la fois sur la diffusion, l’accompagnement et l’ensemble du projet.

Cette année deux monstres de la chanson française (Christophe et Dominique A) viennent en solo dans des lieux plus intimes (Théâtre du Strapontin et Grand Théâtre), ça fait deux grosses prises dans des concerts qui se veulent unique… Ça doit forcément faire plaisir, non ?

Je suis un grand fan depuis toujours de Dominique A et il n’était jamais venu sur les Indisciplinées. C’est donc une grande joie de l’accueillir, qui plus est sur un projet comme Y Revenir.

Christophe, c’est un honneur. Il a un parcours assez exceptionnel et ce qui le prouve ce sont les retours que l’on a  déjà. Je n’ai jamais entendu autant de réactions enthousiastes sur un artiste programmé au festival et ce de la part de toutes les générations.

On retrouve un tremplin à  l’affiche au Manège, il te semble important de valoriser la scène locale ?

Nous le voyons comme un vecteur pour mettre l’accent sur notre scène locale. On peut le voir comme un énième tremplin, mais cela resta aujourd’hui plus que jamais une opportunité réelle pour les groupes de se produire dans des conditions professionnelles.

Aucune différence dans l’accueil entre un groupe débutant et un groupe réputé.

Nous ne faisons d’ailleurs aucune différence dans l’accueil entre un groupe débutant et un groupe réputé. Nous repérons aussi régulièrement des artistes que nous ne connaissons pas.

Les Indisciplinées se déroulent dans divers lieux à Lorient (Manège, Espace Cosmao Du Manoir et Grand Théâtre), ainsi que dans les localités environnantes (Pont-Scorff et Inzinzac Lochrist). Le festival doit rayonner sur tout le bassin lorientais selon toi ?

Complètement, il est essentiel de créer un dynamisme et d’engager des partenariats cohérents avec les autres structures du territoire,  de créer du lien  autour du festival et d’aller à la rencontre de tous les publics et de ne pas se cantonner à proposer des concerts dans une salle dans la ville-centre.

On retrouve aussi divers styles musicaux (rock, rap, électro…) mais aussi un spectacle pour enfants, c’est important d’inclure tous les publics dans le festival ?

Le festival est identifié sur « pop électro, hip-hop rock », mais c’est une définition de principe, et en réalité aucun style n’est exclu. Il y a cette année le retour du metal, non parce que c’est la mode, mais parce qu’il y a une vraie scène française pleine d’audace et d’énergie et  d’inventivité.

Et spectacle pour enfant, et bien oui les musiques actuelles concernent tout le monde. Les Stones ont 70 ans, le hip-hop 35 ans. Au festival il y a des grands-parents, des parents et donc forcément des enfants.  Que l’on puisse proposer des spectacles (création d’artistes du pays de Lorient et spectacle proposé en partenariat avec Les Salles Mômes et le Trio..s, Soul Béton puise dans les musiques urbaines et décrit un univers contemporain) qui correspondent sociologiquement à tout un pan de la population est important. Le succès de ces après-midis en est la preuve.

Peux-tu aussi nous parler du blog « Les Résidents » le blog qui regroupe divers webzines (Bikini Mag, Les Imposteurs…) sur le thème des Indisciplinées ?

L’idée de ce blog est de rassembler les initiatives  pertinentes et de qualité, d’entités et personnes prescriptrices en Bretagne pour offrir une surface d’expression communautaire autour du festival qui ne soit pas lisse. De gagner ainsi en épaisseur en proposant un regard critique et esthétique réel en complète autonomie.

Un rêve pour les années à venir en termes de programmation ?

Beaucoup trop. Mais puisqu’on rêve, c’est surtout d’être un jour un passage obligé pour les artistes en devenir…

Un scoop pour Rockfanch ?

Fauve évidemment, très attendu,  présentera pour une des premières fois dans l’ouest des morceaux de son prochain album

Consultez la programmation des Indisciplinées 2013 sur notre site.

Rock Fanch

Ödetorpet, gammal radio på vinden

Une quinzaine sur les ondes #12 – 3 novembre

J’aurais préféré vous parler des archives de la radio, de leur usage ou du péril qui les guette. Comme j’aurais préféré vous parler des 50 ans de France Inter, célébrés à travers des pastilles sonores, un blog et un livre. J’aurais même préféré vous parler d’économie, de chiffres manipulés et du marché du streaming. Hélas, cette semaine est d’abord à marquer d’une pierre noire, après l’assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, reporters de RFI en mission au nord du Mali.

Cliquez ici pour ouvrir la frise chronologique en plein écran et profiter d’une meilleure expérience de lecture. Rafraichissez la page si la frise ne s’affiche pas.

C’est en direction du personnel de RFI que cette chronique est tournée, quelques semaines après avoir mis en lumière le travail des grands reporters, qui risquent leur vie, et cela prend un sens encore plus grave aujourd’hui, pour couvrir les conflits qui redessinent les contours de notre monde.

À quelques notes de crétinisme près, venues d’un responsable de l’UMP ou d’un porte-parole de la « Manif pour tous », la respect est unanime.

Sur le site de RFI, les témoignages des auditeurs, des collègues ou des responsables politiques se succèdent. Les portraits de Ghislaine Dupont et Claude Verlon sont dessinés et leurs reportages récents disponibles à l’écoute.

28 juillet : journée de vote sans incident à Kidal

(01:32)

Dans cette double semaine sur les ondes, vous apprendrez que des mythes s’effondrent du côté d’Europe 1 et de CBS, vous découvrirez que les radios destinées aux enfants renaissent grâce à internet, vous saurez pour quel documentaire France Culture a remporté un nouveau prix international, vous plongerez dans le bain bouillonnant de l’univers de la radio.

Le flux radio

 

In The Canopy - La Déviation

Talents Frais #2 – In The Canopy

Atmosphère planante et décontractée en studio pour cette deuxième émission de la saison. C’est avec Joachim et Thomas du groupe In The Canopy, que l’on se retrouve cette semaine. De leur rencontre via un site Internet à la percée toute récente du groupe, présent à Rock en Seine, vous saurez tout (ou presque) sur eux durant cette heure d’émission.

Téléchargez l’émission ici en .mp3 (clique droit, enregistrer sous).

Au programme, l’interview du groupe, mais aussi un voyage en Afrique du Sud à la découverte de Jeremy Loops. On parle aussi du Reaggaton avec la parole donnée aux étudiants de l’université de Saint-Quentin. Enfin, on termine l’émission avec l’avis du groupe sur les prochains invités : Mungo Park.

in the canopy à Radio VL. Cécile Nougier

La playlist de l’émission

– In The Canopy – New 6

– Balinger – Fire Burning

– Jeremy Loops – Down South

– In The Canopy – Never Return

– In The Canopy – No Room For You

– Novo y Jory – Bien Loco

– Mungo Park – Pilgrim Naked

Sessions live exclusives

No Room For You

Never Return

Retrouvez In The Canopy sur Facebook, Twitter et en interview sur le site.

Talents Frais - Cultivateur de nouveaux talents

Radio - Crédits Matt Reyna

Une semaine sur les ondes #11 – 20 octobre

Les radios, en pleine mutation, ne sont pas à une contradiction près. Alors que la RNT patine, que la 4G devient accessible en France et que l’écoute se fait d’ores-et-déjà une fois sur dix sans passer par un poste traditionnel, des radios associatives soutiennent qu’un retour aux ondes moyennes, en AM analogique, serait bénéfique pour contourner la saturation de la FM. Très loin du son multicanal 5.1.

Cliquez ici pour ouvrir la frise chronologique en plein écran et profiter d’une meilleure expérience de lecture. Rafraichissez la page si la frise ne s’affiche pas.

Cette semaine, les Rencontres de la Radio 2.0 se sont tenues à Paris. Comme son nom qui sonne très marketing l’indique, il s’agit de conférences destinées aux professionnels et non aux auditeurs. Ça n’empêche pas d’y glisser une oreille, pour savoir ce qu’on nous prépare.

Dans cette semaine sur les ondes, on retient le commencement du début du top départ du changement – ou non – de président pour Radio France. Nous passons le bonjour à Megacombi, l’émission de critique sociale produite sur Radio Canut.

Plusieurs sujets traités cette semaine referont parler d’eux : la construction d’un robot animateur pour Radio Nova, l’expérience Tweet 2 Rue initiée par France Inter pour donner la parole à des personnes démunies, l’enquête de Radio France qui souhaite savoir pour qui ou pour quoi les Français sont prêts à donner leur vie et enfin l’appel à candidatures pour le Mixage Fou, concours de création sonore.

Tout cela est à découvrir dans notre ligne du temps.

Le flux radio

 

St Justice – Albert Hammond Jr - La Déviation

Une semaine en musique #9 – 16 octobre

Prenez un groupe parisien sans visage, un chanteur britannique mélancolique, des grecs toujours aussi cinglés, un autre groupe parisien sans visage, une Américaine bien stylée, un musicien de The Strokes en solo et une Suédoise qui n’est pas blonde. Secouez le tout et vous obtiendrez un cocktail tonique et détonnant : voici notre neuvième semaine en musique !

Voyou – Fauve

Life Round Here – James Blake ft. Chance The Rapper

Fugitive Air – Of Montreal

Dying Kings – We Are Match

PrimeTime – Janelle Monáe ft. Miguel

St Justice – Albert Hammond Jr

Could It Be – Elliphant

Radio - Tom Godber

Une semaine sur les ondes #10 – 13 octobre

Dans cette période, cette journée en particulier, au cours de laquelle les valeurs démocratiques sont mises à mal au profit d’un ratatinement intellectuel, accompagné par bon nombre de médias, cette revue de web sur la radio est dédiée aux grands reporters. Celles et ceux qui portent haut les valeurs du journalisme.

Cliquez ici pour ouvrir la frise chronologique en plein écran et profiter d’une meilleure expérience de lecture. Rafraichissez la page si la frise ne s’affiche pas.

Manifestement, à l’heure où le prix Bayeux des correspondants de guerre est remis aux courageux qui bravent la mort en Syrie pour nous informer et nous rendre plus libres, alors que quatre journalistes français, dont deux de radio, sont retenus et bâillonnés là-bas (une centaine de petites mains de l’information y ont été tués), le grand reportage apparaît comme le parent pauvre des genres journalistiques sur les ondes.

La soirée de remise des prix Bayeux est à réécouter sur WGR, la toute nouvelle webradio des reporters de guerre et des grands voyageurs.

Marine Olivesi, journaliste indépendante, a remporté le prix Bayeux du reportage radio pour Moussa et Al Omari, livreurs sur une ligne de front, diffusé sur la radio canadienne CBC (à écouter, en anglais, ci-dessous). Ses reportages sont disponibles sur Soundcloud ici.

Paradoxalement, les entreprises de radio ne consacrent guère de budget pour les reportages sonores, mais elles mettent de l’argent pour développer leur site web, avec des contenus souvent de qualité, comme ce nouveau webdoc proposé par France Info sur la Marche des Beurs de 1983.

Dans cette dixième Semaine sur les ondes, il est aussi question de voix, d’hier et d’aujourd’hui, à l’image de Pierre Bouteiller, Alba Ventura et Robert Arnaut, dans des registres divers. Et puis ça vous manquerait si nous ne mettions pas dans la lumière une radio locale. Cette semaine, notre “page des régions” est consacrée à la Radio des Meilleurs Jours. C’est tout ce qu’on se souhaite.

Le flux radio

 

 

Django Django - La Déviation

Une semaine en musique #8 – 9 octobre

Pour cette semaine en musique, il souffle comme un vent de jeunesse ! Les titres Moonchild de M83 et Young des Paper Kites l’illustrent parfaitement, pas besoin de vous faire un dessin. Pour les autres, c’est leur toute jeune carrière qu’on peut souligner : grâce à un premier EP ou CD, ils ont su faire l’unanimité et conquérir un public mérité. Mention spéciale pour Breton, Savages et Pendentif, vus en concert et encore plus adoptés par la suite. C’est parti pour une cure de jouvence !

Moonchild – M83

Got Well Soon – Breton

Young – The Paper Kites

God Save La France – Pendentif

Wor – Django Django

Husbands – Savages

Love More Worry Less – Bipolar Sunshine

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén