Catégorie : Festoyer

160630 - Fest-Noz Nuit Debout Lannion Sparfell

Le milieu breton chante contre la loi Travail

Nuit Debout Lannion organise un deuxième fest-noz, le 30 juin 2016, en plein mouvement contre la loi Travail. Un mois après une première soirée festive, ce sont encore plus d’une centaine de Trégorrois.es qui viennent écouter, notamment, le jeune groupe Sparfell.

Cette fois, la mairie n’a pas accordé d’autorisation pour installer la scène sur la place du Centre et les militants doivent poser leurs tréteaux au bord du Léguer, sur le parking de Günzburg, sur le quai d’Aiguillon. Le maire, Paul Le Bihan, a même interdit par arrêté les rassemblements quotidiens devant l’hôtel de ville, au prétexte d’un bris de vitre pourtant condamné par les manifestants et dont l’auteur n’a pas été identifié.

La police nationale verbalise régulièrement ces derniers, qui répondent en se présentant ballonnés dans la salle du conseil municipal. Ils obtiendront gain de cause à l’automne au tribunal de police de Guingamp.

Dans le même temps, des opérations de blocage des voix ferrées sur la ligne Paris-Brest se multiplient en lien avec des syndicalistes autour de la gare de Plouaret pour accompagner le mouvement de grève et de blocage économique.

C’est dans ce contexte de tension, alors que le gouvernement utilise à plusieurs reprises l’arme constitutionnelle du 49.3 pour passer en force le recul des droits des travailleurs à l’Assemblée nationale, que des groupes de musique traditionnelle bretonne tels que Sparfell (vidéo), Aija, Morvan/Paugam, Veillon/Riou, Awenn & Enora, Urvoy/Le Dissez/Bléjean ou War-Sav se succèdent bénévolement sur la petite scène montée en plein air par des techniciens sympathisants.

Radio Debout Lannion ouvre son antenne sur le web depuis un camion installé derrière l’estrade, pour donner la parole à celles et ceux qui veulent la prendre.

Mis à jour le 7 janvier 2018

La Déviation débarque à Garorock !

Cette année l’équipe de « La Déviation » vous embarque dans ses bagages, direction le lotégaronneu, à Marmande (avec l’accent un peu chantant s’il vous plaît) pour vivre notre rencard Garorock, « le Garo » (pour les intimes), ce rendez-vous qui a dépassé la majorité l’an passé et qui s’impose comme un des festivals majeurs du Sud-Ouest, en passe de rejoindre les plus grands, avec plus de 60.000 visiteurs attendus cette année.

En tout cas, ce qu’on peut déjà vous dire c’est que cette année, à Garorock il y aura…

Une exclu

Le festival est la seule date du rappeur américain A$AP Rocky. Cela fait parait-il quatre ans que le directeur du festival, Ludovic Labordie, essayait de l’avoir dans sa programmation. Ce jeune rappeur américain, combine le hip-hop alternatif, le rap underground et expérimental pour emmener son public dans son univers tranchant.

Un retour

Les deux rappeurs trash et kitsch de Die Antwoord avaient retournés la plaine de la Filhole en 2013, et ils n’ont pas fini de vous bousculer. Elle, ne dépasse pas le mètre 60, mais sa micro-frange et sa voix de poupée punk étiolée par l’hélium fascinent. Lui ? Il en impose grâce à ses grimaces de « redneck » livide et tatoué. Déjà très connu sur toutes les scènes du monde, Die Antwoord (« la Réponse »), composé de zef, de rave et de hip-hop alternatif, est un mélange de plusieurs cultures différentes.

Des incontournables (enfin les nôtres quoi)

THE JON SPENCER BLUES EXPLOSION Des riffs de blues sortis d’outre tombe, une fuzz à couper au couteau, ça déménage pour l’un des seuls groupes faisant honneur au nom du festival, un peu de rock, beaucoup de blues, une goutte de punk et paf : ça donne TJSBE.

SIRIUSMODESELEKTOR –  Des monstres de la musique electro, instigateurs du mouvement underground des 90’s à Berlin, ces trois artistes sont des références en matière d’innovation et une source d’inspiration pour nombres de DJ’s depuis plus de vingt ans. On a du pot c’est l’une de leur rares dates en France ! (à voir : le documentaire sur Modeselektor)

DUB FX – Il s’est fait un nom dans la rue, mélangeant les styles et les instruments. un beat boxer de génie, une maîtrise technique des pédales d’effet et des instruments qui laissent coi, une voix inoubliable. Cet autodidacte mérite pleinement qu’on s’intéresse à lui !

PAUL KALKBRENNER – On ne présente plus la tête d’affiche du festival, Paul K. fait de la minimale qui prend aux tripes, à chaque morceau une impression rassurante de déjà entendu, et des mélodies qui restent en tête. Allez-y et frissonnez de plaisir , pourquoi s’en priver ?

De la technologie

Cette année, les festivals font leur entrée dans le monde connecté avec les bracelets électroniques et c’est le festival Garorock qui ouvre le bal des puces à nos poignets avec un « GaroPass » : un bracelet connecté en RFID. Il s’agit d’une méthode d’identification par radio fréquence, développée par la société Intellitix, pour mémoriser et récupérer des données à distance en utilisant des marqueurs appelés « radio-étiquettes ».

Moins de files d’attente, une meilleure gestion des stocks et pas d’argent à circuler dans les stands boissons, à vue de nez les arguments sont nombreux.

Le festivalier pourra en outre lier son profil Facebook ou Twitter à son profil RFID et ainsi, mettre à jour ses statuts Facebook grâce aux bornes et devenir « amis » avec son voisin de queue pour les toilettes avec qui il viendra de passer quinze minutes à refaire le monde en serrant la vessie (ben oui ne rêvons pas, le bracelet connecté ne fait pas pipi pour vous). Sans oublier l’application Spotify, l’un des nombreux sponsors de l’événement à prendre de la puissance avec cette technologie. Elle enverra aux festivaliers une playlist des concerts entendus dans la journée.

okok badge

Espérons que les données (que ce soit celles de nos consommations au bar ou notre page Facebook) resteront traitées en interne, comme l’a annoncé le directeur du festival. On imagine déjà les prochaines statistiques : « écouter Soja inspire-t-il la consommation d’alcool, si oui plutôt bière blonde ou mojito ? », « en quoi Buraka Som Sistema se prête à la pratique du selfie ? »

Des œuvres d’art

La 19e édition de Garorock accueille un espace land art sur la plaine de la Filhole. Le festival a invité Vincent Saedi, un ancien machiniste de la célèbre compagnie Royal Deluxe pour la décoration du camping et la construction d’un personnage monumental, ainsi que l’artiste-peintre Mickaelle Delamé pour la réinterprétation des visuels des années passées (2007, 2011, 2014…).

On pourra découvrir aussi, un peu partout, des œuvres à base de matériaux recyclés réalisés avec les habitants de l’agglomération marmandaise.

Pour le reste, le mieux c’est d’aller voir vous-mêmes. Et tout est bien expliqué ici !

 

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén