209

Les Tonnerres… et la pluie !

Une Fée mise à l’eau, de drôles d’oiseaux indonésiens, 3 gros Russes, un peu de lait ribot et surtout… la pluie, la pluie, la pluie. Résumé d’une première journée bien remplie aux Tonnerres de Brest 2012.

Ça avait pourtant bien commencé. Pas une goutte, pas un grain pour accueillir le maire François Cuillandre et ses invités. La ministre Marylise Lebranchu, le président du Conseil général Pierre Maille, le navigateur Olivier de Kersauson : tout ce beau monde s’était donné rendez-vous sur La Recouvrance pour un heureux événement.

Une mise à l’eau… au sec.

Fee de l'aulne - Tonnerres

La mise à l’eau de la Fée de l’Aulne a donné le coup d’envoi des Tonnerres 2012.

La renaissance de la Fée de l’Aulne, gabare de bois restaurée par les chantiers du Guip. A 11h50, la coque touche l’eau, sous les applaudissement des premiers visiteurs. Il y avait du monde pour accompagner la belle dans le petit bain (celui du port), autant sur les quais qu’en mer…

Direction ensuite l’embarcadère, pour une balade en mer. Les cornes de brume des bateaux s’effacent peu à peu pour laisser place aux sifflements des oiseaux indonésiens… Ils prennent corps avec les danseurs de gamelan, îlot d’exotisme entre les viviers brestois et le village russe.

La Russie, justement, il faut la gagner. Pas moyen de rejoindre les poupées russes rapidement, si ce n’est en se jetant à l’eau dans le cinquième bassin du port. Sous une pluie coriace on se lance donc à la conquête des quais sibériens. Là, les trois gros Russes vous feront face. Ils ne s’appellent pas Sergeï, Dimitri et Piotr mais Sedov, Krusentern et Saint-Petersbourg. 329 mètres de long à eux trois. Si la Russie n’est plus la première puissance mondiale, à Brest c’est bien elle qui rassemble les trois plus gros bâtiments des Tonnerres.

Brise-glace et quatre-mâts

Les "trois gros russes" - Tonnerres

Les “trois gros Russes” : le Sedov, le Krusenstern
et le Saint-Petersbourg.

Le brise-glace Saint-Petersbourg, un monstre de fer jaune et vert à large gueule. Aujourd’hui on en profite : seuls les plus téméraires ont bravé la pluie, et le pont inférieur est presque désert. Vous y rencontrerez le capitaine, yeux aussi bleus que la mer du golfe de Finlande, terrain de jeu habituel du géant des Tonnerres. Mais attention, les visiteurs sont cantonnés au pont, le reste du bateau étant “strictly forbidden”.

A côté de la bête de fer, des princes de bois. Le Sedov et le Krusenstern, deux quatre-mâts majestueux. Là encore seuls les ponts sont accessibles, et gare aux glissades sous temps maussade. On notera quand même que si vous tentez de vous introduire dans les cales, on pourrait vous confier la corvée de patates.

Après une douche monumentale, l’appel des chaussons douillets à la maison se fait sentir. Un dernier détour par le stand Terre et mer… On y déguste légumes, lait bien d’chez nous et lichouseries… De retour au centre névralgique du port, la scène Grand large, on se laisse embarquer par les ritournelles des joyeux Goristes… Un dernier verre de Santa Rosa, ça c’est Brestoa !

Goristes - Tonnerres de Brest

Réchauffer les cœurs, les Goristes savent le faire !

 

Célia Cara | 5 article(s) publié(s)

Brestoise de cœur et de sang, une force obscure doit m'attirer dans les grands ports. Matinalière radio, je me drogue au flux de l'info. Je rêve de pouvoir m'offrir un Nagra Ares C et vis dans l'illusion que le SB29 peut (sur)vivre en Ligue 1.


Vous aimerez lire aussi

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


4 + = 9

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil