elogedestubes

Nos petits plaisirs musicaux honteux

La musique mainstream est abondamment conchiée. Jugés sans valeur, sans message, sans âme, les refrains populaires provoquent généralement le dédain de l’intelligentsia. Le rédacteur en chef adjoint du magazine GQ, ancien chroniqueur musical pour Libération, Emmanuel Poncet, prend le contrepied des critiques. Non sans pertinence.

Jeudi 19 juillet, le groupe américain LMFAO monte sur la scène Kerouac du festival des Vieilles Charrues. Il est minuit passé de trente minutes quand Sky Blu et Red Floo entament les premières paroles de Party Rock. Malgré les sarcasmes qui ont animé les discussions du camping toute la journée, malgré les avertissements des Inrocks, des dizaines de milliers de festivaliers rentrent en transe au même moment.

On reconnaît dans la foule les plus prompts à blâmer la programmation d’un groupe dont les initiales signifient “Rire à s’en taper le cul par terre” en français. Curieux et peut-être même contents d’être là, quoiqu’un peu honteux.

Ce récit (presque imaginé) montre à quel point certains morceaux, même affublés de tous les vices, font partie d’une culture commune partagée au moins par toute une génération. Paradoxalement, ces jeunes, qui dansent sur une musique simpliste aux paroles débiles, ont une culture musicale bien plus étendue que leurs parents.

Statistiques de Party Rock de LMFAO sur Youtube

Répartition géographique des visiteurs de la vidéo Party Rock sur Youtube.

Notons, et ce n’est pas un détail, que le clip de Party Rock a été vu quatre-cent-soixante millions sept-cent-cinquante-quatre mille seize (460 754 016) fois sur Youtube au 13 juillet 2012. La carte issue des statistiques de la plateforme vidéo (ci-contre) suffit à nous convaincre de la viralité du clip à l’échelle planétaire. Dans “Mainstream“, Frédéric Martel avait déjà montré comment les États-Unis continuent d’imposer leur pop music à la planète.

Mais pourquoi ça marche ?

Qu’est-ce qui nous marque autant dans ces tuyaux creux ? L’auteur apporte des éléments pour répondre à cette question qui le taraude. Des scientifiques ont ainsi identifié les ingrédients pour qu’un morceau face recette : une louche de phrases musicales longues et détaillées, une pincée de voix mâles récurrentes sans oublier une cuillère à soupe de changements de ton multiples.

Certaines pistes remontent à l’enfance, voire à l’état fœtal. Les battements sourds du cœur associés aux voix parentales ne créent-elles pas la musique primitive entendue dans le cocon du bien-être originel ? Quant aux lallations du petit enfant, ne trouvent-elles pas un écho dans le titre Freed From Desire de Gala ?

Ce tube d’eurodance sorti en 1996 faisait un carton dans les cours d’école. En suivant la démonstration d’Emmanuel Poncet, doit-on lui imputer le succès d’Ilona Mitrecey ou René la Taupe ?

feotus-musique

Les premiers stimuli sonores perçus au stade de fœtus ne quitteront jamais notre inconscient. Crédits Jim Moran

Des tubes aux tunes

La conviction d’Emmanuel Poncet, c’est que du temps des tubes, nous sommes passés à l’ère des tunes, ces aires entêtants, destinés à être consommés sur nos appendices digitaux des années 2000.

Les tubes (ou les tunes) rythment nos vies. Des morceaux complets ou plus souvent des phrases sonores, ils colonisent les bandes originales de films et de jeux vidéo, les génériques télévisés ou nos sonneries de portables. Vecteurs de publicité plus puissants qu’un spot télé, mais aussi plus insidieux, ils servent au commerce et s’éloignent de l’art.

Malgré ce constat, l’auteur confesse dans son livre regarder en cachette une vidéo d’I Gotta Feeling des Black Eyed Peas de façon obsessionnelle. Avouons-le, nous mêmes jetons un œil de temps à autre sur un clip de LMFAO, Abba ou Michael Jackson. À peu près pour les mêmes raisons que le journaliste de GQ invoquent. Fascinés d’observer le même phénomène que des milliers de personnes réparties dans le monde au même moment sur Internet. Rassurés par des sensations enfantines. C’est la force d’attraction inouïe d’un tube, révélateur d’une mondialisation culturelle aussi inquiétante qu’envoûtante.

Références

Éloge des tubes, Emmanuel Poncet, Nil, avril 2012, 18 € 50.

Sylvain Ernault | 52 article(s) publié(s)

Journaliste diplômé de l'IUT de Lannion. Amateur de thé vert à la menthe, d'escargots farcis et de fromages des Pyrénées. Sur La Déviation, j'écris sur la politique, les festivals bretons, les médias, le football, le cinéma et les bouquins, surtout si ils parlent eux-mêmes de politique, festivals bretons, médias, football ou de cinéma.


Vous aimerez lire aussi

1 commentaire pour l'article “Nos petits plaisirs musicaux honteux

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 2 = 7

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil