glitch-le-mouv-la-deviation

Une semaine sur les ondes #6 – 23 juin

Dans mon bloc-notes cette semaine, il y a du bruit sur les ondes. Glitch se fait remarquer sur Le Mouv’. Faites corps avec votre machine pour une fête de la musique toute électronique. Les Sales gueules hurlent dans le poste pour la meilleure libre antenne du moment, certifié par les amateurs du putois sur Nanterre. L’est parisien et la Grèce ont un point commun, découvrez lequel.

À la une

Glitch, je souhaitais vous en parler depuis un moment. L’émission radicale du Mouv’, diffusée le vendredi soir à minuit, est un objet radiophonique non identifié. Difficile de la décrire, mais je vais m’y employer. Pendant une heure, une succession de séquences électroniques, tantôt mélodiques, tantôt dissonantes, prennent possession de l’antenne. Nos repères sont troublés, nos sens en éveil, l’heure est propice à la divagation.

Son animateur, Adrien Landivier, intervient parfois avec une voix robotisée pour présenter les artistes indépendants qui composent la playlist, quand ce ne sont pas des extraits de micro-trottoirs qui servent de transitions.

Glitch d'affichage sur la Joconde - La Déviation

Un glitch d’affichage.

Glitch représente en radio le basculement de notre monde vers le numérique. Bien plus que certains programmes qui pensent porter le drapeau d’une nouvelle ère à coup de réseaux sociaux.

J’écoute Glitch sur mon vieil Acer Aspire 9420, attendant le moment où ma machine va percuter la bande son et créer son propre glitch par-dessus Glitch. Oui, car rapide point lexical, le “glitch” est d’abord une sorte de bug en langage informatique, le résultat inattendu d’un dysfonctionnement. Il peut-être auditif ou visuel, en témoigne les bugs d’affichage délibérément provoqués sur les pages internet de l’émission. Esthétisé, le glitch est devenu un art.

Je souhaitais vous en parler depuis un moment, puis ce fut la fête de la musique. La belle affaire, puisque l’émission s’est intégrée au programme spécial de Radio France, en version gonflée aux hormones. Surtout, il était temps. Glitch vient d’être récompensé au festival de la radio de New-York, dans la catégorie “meilleure émission musicale régulière du monde”. L’expérience deviendra peut-être bientôt un phénomène de mode. Certains adeptes de la première heure craignent qu’elle se “démocratise”. Ils ne seront pas rassurés en apprenant que l’émission sera diffusée à 22 h, les samedis et dimanches, pendant tout l’été.

Le Glitch de la Fête de la musique

Le trou noir des ondes

C’était en mai dernier. Avec Vivien, nous rentrons de Cannes. Pendant les 1.000 km de route, nous slalomons entre les fréquences de maintes radios locales et nationales, de Radio Azur à France Inter en passant furtivement par RCF Lyon Fourvière et tant d’autres.

Tours Mercuriales à Bagnolet - La Déviation

En noir sur la ligne d’horizon, les Tours Mercuriales. Crédits Gasdub sur Flickr

Sauf qu’à quelques mètres de l’arrivée, en plein cœur d’une des principales métropoles européennes, sur le périphérique parisien, Vivien me prévient “tu vas voir, ça va bientôt couper”. En cause, deux tours jumelles, les Mercuriales, plantées à Bagnolet, surmontées d’immenses antennes qui brouillent les communication à 2 km à la ronde.

Le Parisien a récemment publié un article sur ce petit scandale. “Les Sans-radio de l’Est parisien repartent au combat“, rappelle que la situation dure depuis dix ans. 40.000 foyers ne disposent que d’une bande FM amputée des fréquences allant de 87,5 à 100 Mhz. Comme le souligne le président de l’association des Sans-radio, Michel Léon, “on ferait ça à Neuilly, ça ne tiendrait pas cinq minutes.” Le CSA et TDF renvoient les habitants au lancement de la RNT, autant dire, aux calendes…

Grecs et toujours maltraités

La semaine dernière, j’ai longuement donné mon point de vue sur le sens de la coupure des émetteurs des télés et radios publiques en Grèce, par le gouvernement Samaras. La question a été rapidement éclipsée des média français. Pourtant, si le conseil d’Etat a bien retoqué cette fermeture unilatérale, lundi 17 juin, les émetteurs n’ont toujours pas été rallumés.

Au passage, ce serait se voiler la face que d’ignorer les sarcasmes de très nombreux internautes commentateurs. Si la fermeture de l’ERT suscite autant de moqueries, malgré l’atteinte franche à la liberté de la presse, c’est bien parce que le journalisme et les médias subissent une défiance généralisée. Nous devons absolument nous en soucier, car ce combat n’est pas corporatiste, loin de là.

France Culture, 50 ans

Heureusement, pour l’heure, dans l’hexagone, notre service public fonctionne toujours. Jeudi, France Culture a publié un beau livre anniversaire pour ses 50 ans, édité par Flammarion. De quoi faire le bonheur de Fanch Langoët, qui a interviewé les deux auteurs de l’ouvrage, Emmanuel Laurentin, producteur de La Fabrique de l’histoire et Anne-Marie Autissier, docteur en sociologie.

France Culture 50 ans - Flammarion - La Déviation

Fanch, fidèle parmi les fidèles, a livré son premier avis sur ce “bouc”. Quant à moi, néophyte parmi les néophytes, je viens de recevoir la somme et je vous en parlerai la semaine prochaine.

Plongeon dans le temps

D’un monde à l’autre, je ne peux pas faire l’impasse sur l’éternel retour de Max, l’animateur qui a bercé les nuits de millions de collégiens et lycéens, entre le milieu des années 1990 et le milieu des années 2000. Francki reprend les reines d’une quotidienne, non pas sur Fun Radio, pas plus sur Radio Néo, mais sur la webradio Prysm.

Manu dans Les Sales Gueules - La Déviation

Amusant de noter que ses anciens compères du Starsystem, Manu et Reego, animent eux aussi une émission de radio (vraiment) libre, chaque jeudi après 22 h, sur leur propre webradio, nommée Les Sales Gueules. Les fans de Gérard de Suresnes préférons cette expérience trash à la libre antenne adolescente du boss déchu.

Hard news

En bref, on retiendra de la semaine passée qu’à Mayotte, la radio reste un marché oligopolistique très nettement dominé par… la télévision publique. Mayotte 1ère appartient en effet au groupe France TV et apparaît en tête de la dernière enquête de Médiamétrie.

L’association Radio Calvi Citadelle était sur la sellette, du fait d’un refus du Fonds de soutien à l’expression radiophonique, le Fser, de lui attribuer ses subventions vitales. Finalement, le tribunal administratif de Paris a tranché et donné gain de cause à la station, membre de la Fédération des radios associatives du Sud-est.

Le patron d’Europe 1, Denis Olivennes, n’y va pas par quatre chemins pour justifier la campagne de com’ autour du nom de Thomas Sotto, futur présentateur de la matinale. “C’est à cause du système déclaratif de la mesure d’audience par Médiamétrie. Pour que les sondés puissent cocher la bonne case, toutes les radios ont intérêt à communiquer sur un horaire et un nom, point barre“, dit-il à Aude Dassonville, pour Télérama. Quand Olivennes qualifie Europe 1 d’”insolente”, là par contre, on se pince.

Europe 1, en perte de vitesse, peut toujours se targuer d’être leader sur la balladodiffusion. France Inter et RTL sont au coude à coude, devant France Culture. Les quatre stations se détachent très nettement de la concurrence.

Un feuilleton qui devrait nous occuper cet été, c’est celui de la reprise de Sud Radio. Le groupe Fiducial, de Christian Latouche, est sur les rangs. Or, le Comité d’entreprise de la station a donné un avis négatif et surtout, le CSA, dont l’avis peut bloquer le rachat, est ouvertement brocardé par Fiducial, vexé par le refus d’un dossier sur la TNT. C’est à lire dans Les Echos.

Le flux radio

Sylvain Ernault | 56 article(s) publié(s)

Journaliste diplômé de l'IUT de Lannion. Amateur de thé vert à la menthe, d'escargots farcis et de fromages des Pyrénées. Sur La Déviation, j'écris sur la politique, les festivals bretons, les médias, le football, le cinéma et les bouquins, surtout si ils parlent eux-mêmes de politique, festivals bretons, médias, football ou de cinéma.


Vous aimerez lire aussi

3 commentaires pour l'article “Une semaine sur les ondes #6 – 23 juin

  • Je suis étonnée, pour Médiamétrie c’est plutôt le nom de la station que doivent dirent les auditeurs non ? Car si la personne dit : “j’écoute Thomas Sotto à 8h sur RTL” c’est RTL qui compte…
    Pour ma part je recevrai également les résultats d’audience pendant l’été, selon le cas soit on boit un coup, soit on fait la gueule, et d’après mon collègue le plus ancien : “on a toujours bu un coup”.

    Quand aux Sans Radio, il y a vraiment des associations pour tout.
    Moi qui me demandait à quelle bonne oeuvre donner de l’argent, j’ai peut être trouvé.

    Tchô !

    • “Car si la personne dit : “j’écoute Thomas Sotto à 8h sur RTL” c’est RTL qui compte…”

      Certes, mais je pense que si tu dis que t’écoutes Thomas Sotto, sans savoir sur quelle radio il officie, ça compte quand même pour RTL. Du coup les radios jouent sur les noms des animateurs comme des marques à mettre en avant, car c’est bien entendu plus facile de connaître le nom d’un présentateur que le nom d’une émission de radio. Les tranches portent des noms de journalistes ou d’animateurs et c’est sur leur image (sur les bus, dans les magazines, les plateaux télé) que ce joue la bataille de la communication. C’est un fonctionnement pervers, mais c’est la loi de la mesure d’audience.

      Comme pour les locales. Dans les départements, il y a au final peu d’interrogés. Il suffit d’une variation de 1 ou 2 pour perdre des demi-points d’audience… ou en gagner. C’est pourtant ça qui détermine le prix des spots de pub et donc le développement des radios (embauches ou licenciements). Cet énorme biais statistique est une des causes de la précarisation des métiers de la radio…

      Quant aux sans-radio, ce qui peut les aider plus que l’argent, à mon avis, c’est qu’on en parle.

  • Un tres grand merci.

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 5 = 4

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil