THE-BEWITCHED-HANDS-Vampiric-Way

The Bewitched Hands, folie rémoise

Ne jamais se fier à une pochette de CD. Tons sombres, silhouette fantomatique et couteau sanguinolent, avec leur dernier opus intitulé Vampiric Way, les six membres de The Bewitched Hands cachent bien leur jeu.

Voilà à présent trois ans que le groupe originaire de Reims a investi discrètement les scènes françaises avec une pop délicieusement joyeuse et mélodieuse. En 2009, il remportait le concours CQFD organisé par Les Inrockuptibles et commençait à se produire dans de nombreux festivals (Printemps de Bourges, Art Rock, Papillons de Nuit…).

Ce vendredi soir (19 octobre 2012), la bande de potes est de retour et joue à Nantes sur la scène du Stéréolux pour la première édition du festival Go Sound. Exceptionnellement, Baptiste Lebeau, le batteur, est absent : il vient d’être papa d’un petit Gaspard dans la journée. On espère qu’il fera partie d’un groupe aussi talentueux que son daron.

Le concert s’ouvre avec le titre Westminster, qui est également la première piste de Vampiric Way (écouter plus bas). Une longue introduction solennelle et un son majestueux d’orgue de cathédrale se fait entendre : un instant, les spectateurs novices ont dû se demander où ils avaient mis les pieds. Le ton se fait grave avant de plonger dans une euphorie de plus d’une heure. Et pour le plus grand bonheur des plus connaisseurs, les chansons de Birds and Drums, premier CD sorti en 2010, sont aussi de la partie.

The Bewitched Hands © Julien Mignot

The Bewitched Hands © Julien Mignot

En pantalon rouge et pull pailleté noir, au chant et percussions, Marianne Mérillon, très présente vocalement, est un peu la Régine Chassagne des Rémois. Car oui, j’ai oublié de vous le dire, mais la force des Bewitched Hands, c’est bien leur voix. Sur scène, les chœurs, omniprésents tout au long des disques, prennent encore plus leur importance. Les voix s’élèvent, se mêlent et le public est très vite conquis. Cette énergie vocale déployée n’est donc pas sans rappeler celle des brillants Arcade Fire.

Avec sa chemise aux imprimés langoustes (!), le chanteur Anthonin Ternant et le reste du groupe livrent un set impeccable. Tous les titres sont fait pour la scène. Pour exemples, le premier single Thank you, goodbye, it’s over est une bombe d’énergie, Boss avec sa reverb’ à des airs à la Madness et Ah! Ah! Ah! Ah! tend vers le meilleur des Beach Boys. Mention spéciale pour le rythme de The Laws of Walls qui te fait taper du pied comme jamais et Vampiric Way (la chanson) qui fait danser toute la salle.

Le groupe sera à Limoges le 24 mai. Courez les voir, ça ne peut que vous faire le plus grand bien.

Justine Briot | 18 article(s) publié(s)

Journaliste formée à l'IUT de Lannion, je continue d'apprendre au gré de mes rencontres. Cervoliste, je rêve de grands espaces, de terres nordiques et de photographies. Ici, les lectures et les découvertes artistiques se multiplient à l'infini, le tout en musique.


Vous aimerez lire aussi

4 commentaires pour l'article “The Bewitched Hands, folie rémoise

  • Belle découverte. J’irais bien les écouter, mais ils tournent cet été ? J’ai rien trouvé sur leur site.

  • Dans le même genre et la même qualité scénique on peu retrouver les Cranes Angels (plus nombreux et bordelais).
    Un deuxième album réussi pour ces rémois.

  • Je vous remercie beaucoup pour cette véritable source d info.

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 + = 8

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil