ert-grece-journal-la-deviation

Une semaine sur les ondes #5 – 16 juin

Cette semaine, les ondes sont chargées d’électricité. La soudaine suppression de l’audiovisuel public grec bouleverse ma chronique comme elle bouleverse nos schémas de pensée. Vous m’excuserez, ou pas, mais exceptionnellement, je parlerai aussi des ondes télé.

Ainsi, la radio publique grecque n’existe plus depuis mardi, minuit. La radiotélévision publique grecque dans son ensemble est rayée de la carte, d’un trait de plume ministériel. En un soir, en une heure, rideau, poubelle. 2.600 salariés sur le carreau, vingt-cinq stations de radio bâillonnées, cinq chaînes de télé neutralisées, des archives livrées en pâture. Unilatéralement, sans le soutien de deux des trois partis de la coalition gouvernementale, le premier ministre Antonis Samaras a tranché dans le vif.

Désabusés, nous pourrions constater impassibles que ce n’est qu’une étape de plus dans le chemin de croix de la Grèce. Au chômage qui dépasse les 25 %, s’ajoutent des crises sanitaires, éducatives, sociales et sécuritaires.

En Grèce, on ne parle plus d’”extrême droite”, on parle d’un parti néo-nazi qui surfe sur les peurs pour obtenir 8 % des voix, peut-être bientôt le double et qui soit dit en passant soutient le coup d’état médiatique.

On n’y parle plus de “défaillances du système de santé”, on parle de 57 % d’augmentation du nombre de séropositifs en un an. Même l’Onu déplore la politique d’austérité, qui détruit le pacte social. Cette austérité n’est pas “improductive”, elle est mortelle.

Dans ce sinistre tableau, la suppression du secteur public de l’audiovisuel grec est loin d’être un détail. L’accès à l’information y est d’une absolue nécessité. Malgré toutes les critiques faites à l’ERT sur le clientélisme qui y sévissait, offrir le monopole de l’information au secteur privé, intimement lié – comme en France – au pouvoir politique et au monde des affaires, défie les normes d’un État de droit. Avoir un service public de l’audiovisuel indépendant du pouvoir est pourtant un critère obligatoire pour intégrer l’Union européenne. La violence du procédé a au moins le mérite de lever toute ambiguïté.

Dans l’hypothèse la plus naïve, la politique imposée par la Commission européenne, le FMI et la Banque centrale européenne, le groupe des trois, nommé communément troïka, est irréfléchie. L’autre hypothèse étant qu’elle soit voulue. Aussi, notre Union européenne ne favoriserait ici rien de moins qu’une pratique dictatoriale, digne du temps des colonels.

Cette actualité grecque mérite toute notre attention. Pas seulement parce que nous ne sommes pas à l’abri, en tant que citoyens français, de connaître une pareille stratégie du choc. Pas plus parce que la Grèce est plus proche de nous que l’Érythrée ou la Birmanie. Mais parce que nous sommes responsables, en tant qu’Européens, du sort de nos concitoyens européens.

Arte s’est sentie bien seule dans son acte symbolique de solidarité, lorsque la chaîne a traduit son journal en grec, mercredi soir. Pourquoi Radio France ne figure pas dans la liste des groupes publics demandant la réouverture de l’ERT, qui compte notamment RFI, France Télévision, la RTBF et la RTS ?

Ce sont tous les journalistes, de tous les médias, qui devraient se lever, se mettre aux côtés des confrères qui occupent les locaux de l’ERT pour diffuser des programmes de résistance sur le web (télé et radio) et le satellite (lisez à ce propos l’enquête d’Arrêt sur Images). Et cela commence tout simplement par faire son métier : informer.

Le journal francophone de la radio associative Bubble.

Des étudiants de l’école de journalisme CFJ Paris sont allés rendre visite, en avril, à des bénévoles de Radio Bubble, à Athènes. Il s’agit de professionnels de la radio, qui ont quitté leur média d’origine par souci de retrouver une liberté d’expression et une indépendance vis-à-vis des politiques et des oligarques.

France Culture au Parisien, le choc des mondes ?

Puisque tous les médias se mélangent aujourd’hui, je souhaite revenir sur la très bonne initiative de France Culture. La station publique consacre des journées spéciales aux quotidiens papiers, que l’on sait en grande difficulté. Jeudi, c’est autour du Parisien – Aujourd’hui en France que les émissions ont tourné. La Croix et Libération y étaient déjà passées, l’Huma, Le Monde et Le Figaro suivront.

Notons que l’échange est réciproque, puisque les journalistes de France Culture interviennent également des les colonnes des journaux.

France Culture fait cause commune avec Le Parisien - Aujourd'hui en France - La Déviation

Pour les canards, il ne s’agit pas d’une simple opération de communication. La journée a permis de disséquer les contraintes propres au Parisien dans sa production de l’information, sa logique commerciale, et la confrontation entre sa ligne éditoriale “populaire” (c’est-à-dire avec beaucoup de faits divers) et la déontologie du métier. Pour cela, France Culture a monté son studio au cœur de la rédaction du Parisien. Les équipes de la radio y ont réalisé leurs émissions, de la matinale à La Dispute de 21 h.

Le traitement médiatique de la mort de Clément Méric par Le Parisien et ses concurrents a fait l’objet d’un débat au cours de l’émission Le Grand à moudre d’Hevé Gardette. Invité, Daniel Schneidermann, rédacteu en chef d’Arrêt sur Images, ne s’est pas privé de s’opposer à Henry Vernet, rédacteur-en-chef adjoint du Parisien.

Un œil ouvert

Didier François, grand reporter à Europe 1 et d’Edouard Elias, photographe, sont toujours portés disparus en Syrie.

Je publierai la suite de ma chronique dans quelques heures.

Le flux radio

Sylvain Ernault | 52 article(s) publié(s)

Journaliste diplômé de l'IUT de Lannion. Amateur de thé vert à la menthe, d'escargots farcis et de fromages des Pyrénées. Sur La Déviation, j'écris sur la politique, les festivals bretons, les médias, le football, le cinéma et les bouquins, surtout si ils parlent eux-mêmes de politique, festivals bretons, médias, football ou de cinéma.


Vous aimerez lire aussi

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


7 − 6 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil