SANS-PEUR-00

Afghanistan, la bande décimée

Ils ont l’âge des soldats mais ces six illustrateurs se sont fixés une autre mission : témoigner pour eux et raconter la guerre d’Afghanistan en BD. Un récit entre invraisemblance et dénonciation.

C’est un anniversaire tout rond, dix ans. Dix ans que l’Armée française a commencé à envoyer des soldats en Afghanistan. « Nous sommes tous américains » qu’ils disaient, au lendemain du 11 septembre. La France, membre de la Force internationale d’assistance et de sécurité comme quarante autres pays, s’engage aux côtés des Etats-Unis pour chasser l’ennemi commun : Oussama Ben Laden, renverser le régime taliban en place et lutter contre Al Qaida. Des centaines de milliards de dollars plus tard, 8980 morts du côté des forces ingérantes, dont 78 soldats français, de 76 à 108 000 talibans et plus de 116 000 civils tués*…voilà qu’on annonce le retrait des troupes.

Tout se chiffre, sauf le traumatisme de la guerre. Pour les éditions FLBLB, Lisa Lugrin, Clément Xavier, Guillaume Heurtault, Lucie Castel, Maxime Jeune et Robin Cousin ont l’âge des soldats, mais ces jeunes recrues se sont engagées dans une autre mission : mettre des visages sur ces soldats envoyés en mission.

Par l’humour, l’imaginaire, le burlesque ou la satire, ils nous donnent à voir une guerre autrement plus humaine qu’un décompte quotidien du nombre de blessés. Afghanistan, récits de guerre, ou comment une « psy-op », tombe en embuscade, quand d’autres organisent des gueuletons pour satisfaire un ministre de la défense en visite, et sa cour de journalistes. En Afghanistan, la vie s’écoule entre les bitures avec des soldats de l’Alliance afghane, l’attente interminable d’un ordre de la hiérarchie ou la guerre du protocole pour savoir qui doit ouvrir les portes ou céder son lit quand on a eu l’audace d’enfreindre les règles.

Aquarelle, fusain, feutre, ambiance comics ou cahier à coloriage, finalement la critique prend tournure et les graphismes se mélangent pour n’en former plus qu’un : celui d’un groupe de jeunes dessinateurs plein d’espoirs et qui ont eu le talent de dessiner l’absurdité d’une guerre dont les acteurs ne communiquent pas, où les soldats ne savent pas, ou plus ce qu’ils font là…

De ce recueil on ne retient pas toutes les histoires, qui tournent parfois au cauchemar d’un trauma post-combat, ni tous les personnages, mais on comprend un peu mieux ces soldats, toujours anonymes, sauf lorsqu’il s’agit de leur remettre des légions d’honneur posthumes. De quoi encourager le rapatriement des 3800 soldats français encore stationnés sur place.

* les chiffres sont extrait d’un article du site d’information OWNI.

Sans peur et sans reproche 001Sans peur et sans reproches 2

Afghanistan, récits de guerre, Éditions FLBLB, 15 €.

Klervi Le Cozic | 24 article(s) publié(s)

Même tête en l'air, mes oreilles restent en alerte. Le zoom toujours à portée de main, je collecte, je bidouille, les sons du réel pour éveiller le désir d'écouter. J'aime refaire le monde jusqu'à l'aube (mais pas plus tard). Si j'avais un super-pouvoir ? Rallonger le temps pour lire plus de bandes dessinées.


Vous aimerez lire aussi

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


4 − 3 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil