Aksebo met la littérature en box

Aksebo met la littérature en box

Pages : 1 2

Test – Depuis décembre, Christelle Moreau, psychanalyste, et Simon Tripnaux, développeur web, forment le couple parfait pour se lancer dans l’aventure de la première box littéraire française. 0 % tête de gondole et 100 % découverte, Aksebo s’annonce comme un remède pour les curieux qui ne veulent plus bouffer ce qu’on leur donne.

15 jours avant la fin du mondeLa racine de l’OmbuLe 116, centre d’art contemporainLes Oiseaux architectes – Le montreur d’AdzirieInterview de Christelle Moreau

Le ton est donné. Dans cette box, on ne retrouvera pas les derniers ouvrages de Marc Levy, ni le dernier tome d’Astérix et Obélix. En lisant le dossier de presse, les seuls mots mis en gras sont se laisser surprendre. Une idée qui n’a rien pour me déplaire.

Être surpris oui, mais pas sans filet. Aksebo me propose alors de choisir des thématiques qui me correspondent. Théâtre, arts visuels, architecture, BD, la liste est vite trouvée.

La Box Aksebo n’est certainement pas la plus aguicheuse du marché. Dans mon carton, un simple papier noir vient enrober un sac en papier kraft estampillé du logo. De la simplicité, et du recyclé-recyclable. Jusque-là, mon âme d’écolo-bobo est plutôt satisfaite.

À l’intérieur, pas moins de sept marque-pages viennent accompagner cette promesse de découverte littéraire. Si l’objet est utile, la perspective de commencer sept livres à la fois ne m’enchante guère. Admettons alors cette coquetterie de lecteur, qui coûte peu de choses, et qui ne risque pas encore de détruire nos forêts.

À cela s’ajoute un petit cale-livre toujours utile, quelques flyers (au hasard, Sortir du nucléaire), et enfin le fanzine du mois. Car tous les mois un fanzine différent est envoyé avec la box.

Ici, il s’agit d’IF Magazine, semestriel culturel toulousain, distribué dans toute la France.

Et ces livres alors ?

15 jours avant la fin du monde, LL de Mars, 6 pieds sous terre, 2004

Trente pages de bande dessinée dans lesquelles l’auteur nous décrit une banale discussion entre deux hommes férus de salles de sport. Le temple du culte du corps nous offre un théâtre rempli de haine, d’individualisme, de racisme et d’inculture.

Sous cette plume drôle et acide, il ne pouvait se cacher qu’un auteur maudit par la vie, un peu trop engagé dans une lutte contre l’inculture qu’il ne gagnera jamais. C’est du moins ce que l’on peut comprendre en lisant sa très cynique biographie.

En bon soldat contre la bien-pensance et la culture de masse, c’est ainsi qu’il écrit en 2005 Henri, le lapin aux grosses couilles. Titre provocateur qui ne peut que nous rappeler les récentes manifestations contre ces ouvrages de littérature jeunesse qui viendraient pervertir nos enfants.

La racine de l’Ombu, Julio Cortazar et Alberto Cedron, CMDE, 2013

Éditée aux éditions CMDE en 2013, la bande dessinée des deux Argentins date pourtant des années 1970. L’artiste peintre Julio Cortazar et l’écrivain Alberto Cedron mettent des images et des mots sur la dictature argentine.

Censuré dans leur propre pays, l’ouvrage ne sera édité qu’à 300 exemplaires au Vénézuela sans même l’accord de leurs auteurs. Ce n’est que 30 ans plus tard que les familles des auteurs rencontrent Mathias de Breyne pour lui demander de le traduire et de l’éditer en France.

Avec ses influences punk, difficile de rester à l’aise devant des images aussi puissantes que morbides. L’histoire de l’argentine du XXe siècle nous est racontée sur fond de tête de mort, de couleurs criardes, de corps déformés et d’hommes-larves (qui ressemblent plus à de grosses sauterelles qu’à des larves).

Les hommes-larves, qui représentent ici la dictature, ne sont pas sans rappeler les rhinocéros de Ionesco, qui dénonçait déjà la montée du totalitarisme avant la Seconde Guerre mondiale. Si toutefois Rhinocéros était bien ancré dans le théâtre de l’absurde, La racine de l’Ombu a quant à elle, au moins un pied dans le réel. Ce qui n’a rien de rassurant.

Le 116, centre d’art contemporain, Isabella Chiesa, Carapace, 2014

La maison d’édition Carapace est née de la volonté de valoriser le patrimoine architectural lyonnais. Depuis sa création en janvier 2013, Françoise Debuyst s’est lancé pour objectif de publier un ouvrage par mois.

C’est dans ce petit format d’une trentaine de pages que l’architecture trouve un écho simple, très grand public et abordable.

Ce septième numéro est consacré au centre d’art contemporain, Le 116, à Montreuil. Architecture qui impressionne par l’extension contemporaine de son architecte Bernard Desmoulin, sur une maison bourgeoise du XIXe siècle.

Affaire à suivre pour les amateurs d’architecture.

Les Oiseaux architectes – Le montreur d’Adzirie, Roland Shön, IIM L’Entretemps, 2009

Les éditions de L’Entretemps sont spécialisées dans les arts du spectacle. En collaboration avec l’Institut international de la marionnette, ils livrent deux textes de l’auteur Roland Shön, commentés par Jean-Luc Mattéloi.

L’ouvrage en question a permis la naissance d’une collection Interlignes dédiée à l’art de la marionnette. Entre 2009 et aujourd’hui, on s’étonne tout de même que la collection n’ait pas été alimentée au-delà.

Pourtant ce recueil de deux pièces pour marionnettes, très richement complété par les analyses de Jean-Luc Mattéoli, offre une immersion dans le travail de Roland Shön, essentielle pour les metteurs en scène et autres spécialistes des arts scéniques.

>> Page suivante : Entretien avec Christelle Moreau, cofondatrice d’Aksebo

Romain Deschambres | 6 article(s) publié(s)

Journaliste à Tours.


Vous aimerez lire aussi

3 commentaires pour l'article “Aksebo met la littérature en box

  • j’ai pris un abonnement pour 6 mois à Aksebo en juin et n’ai reçu depuis qu’une seule box. Mes mails à cette start up restent sans réponse.
    Je considère que c’est une société fictive et frauduleuse.

  • Aksebo est une véritable arnaque ! On est prélevé mais on ne reçoit jamais rien ! Personne en répond jamais à nos mails et nos appels. C’est une honte ! De vrais charlatans que sont Christelle Moreau et Simon Tripnaux. A éviter absolument !

  • Oh my goodness! Amazing article dude! Thank you, However I am going through troubles with your RSS.
    I don’t know the reason why I can’t subscribe
    tto it. Is there anyone else having the same RSS issues?
    Anybody who knows the ajswer can you kindloy respond?

    Thanx!!

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 − = 0

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil