20-ans-je-hais-les-jeunes-filles

“Comment se maquiller pour un enterrement ?”

“- Bon les mecs, on les attire comment ces gamines ? – Hum… avec un poster de boys band, un conseil fringues et un roman-photo à l’eau de rose ? – Nul et pas cher, ça fera l’affaire !” La formule des patrons de presse marche depuis des lustres, mais un magazine s’en est un temps écarté. À raison, car lui seul est aujourd’hui consacré.

À son époque, à sa grande époque plutôt, de 1993 à 1998, quand la rédactrice en chef mode s’appelait Emmanuelle Alt, 20 ans tranchait radicalement avec ses concurrents de la presse pour midinettes. Le magazine, qui existe depuis 1961, atteint sa quintessence grâce à un ton décalé, inexistant chez ses concurrents Girls et Jeunes & Jolies. Un sale caractère qui casse les codes institués par des féminins comme Elle, Madame Figaro ou Biba. Une liberté pas étrangère à la bienveillance de son actionnaire, le groupe Excelsior de la famille Dupuy.

Unes-magazine-20-ans-montage

Différentes unes du magazine 20 ans, de 1993 à 2001. Crédits Journaux-collection.fr.

Roman photo dans le magazine Girls en 2012

Le vilain roman-photo que les lectrices de “20 ans” se passait dans les années 90′ et auquel celles de Girls sont confrontées chaque mois en 2012.

L’auteure et lectrice assidue de 20 ans, Marie Barbier, co-fondatrice des éditions Rue Fromentin, avait 18 ans en 1995. Elle regrette la disparition de cette parution “drôle”, dotée d’un “humour ni régressif, ni bébête, qui tirait plus souvent que de raison vers la méchanceté ou le désespoir”. Pour une fois, un féminin traitait les jeunes filles “en adultes”.

Le magazine a enfilé plusieurs peaux et connut plusieurs propriétaires depuis les années 60. Le livre raconte les raisons de cette évolution, les idées lumineuses qui viennent à bout des manques de moyens, puis le manque d’imagination et finalement le déclin. Fruit de nombreux entretiens avec les acteurs de la période dorée du journal, l’ouvrage donne notamment la parole à l’ancienne rédactrice en chef du titre, Isabelle Chazot. Elle qui redonna un souffle au vieux magazine, en usant d’un editing agressif et d’iconographies audacieuses.

Au-delà des montages photos osés – bien qu’à moindres coûts – que se permet 20 ans, un style littéraire propre au journal se développe. Pas de recettes de cuisines, mais des astuces maquillages décapantes (à ne surtout pas suivre), des horoscopes délirants et quantité d’articles fleuves qui offrirent entre autres titres “Les détritus d’Hollywood“, “Les frigides“, “Le marxisme expliqué aux jeunes“, “Comment se maquiller pour un enterrement” ou “Les nouveaux pauvres du libéralisme sexuel“.

Parmi les rédacteurs, quelques plumes acides, dont celle de Michel Houellebecq, qui s’inspira du magazine pour son roman La possibilité d’une île, ou encore plus inattendu celle d’Alain Soral, dans sa période communiste, encore drôle et pas encore idéologue néoréac’. D’autres hommes constituaient la rédaction, dont le responsable du courrier des lecteurs Diastème. Lui-même savait écrire à un public en partie masculin, touchant les garçons qui, nombreux, piquaient le magazine à leur grande sœur.

Dix ans après les louanges de l’Huma – qui parlait en 1999 d’un magazine “cultivant l’insolence goguenarde comme signe d’affirmation du moi” -, Vincent Glad révélait les conditions d’un journalisme au rabais, dirigé sur MSN, au moment du retour en kiosques de 20 ans. La déchéance d’un magazine naguère insoumis.

4/5Captivant témoignage sur un ovni de la presse, “20 ans. Je hais les jeunes filles” parlera à ses lectrices nostalgiques comme aux passionnés des médias. Ils découvriront les coulisses d’un magazine hors norme, des recrutements aux conférences de rédaction. Un titre, qui pensait aux lecteurs avant les annonceurs, dont Causette, qui paraît depuis 2008, représente en quelque sorte une heureuse descendance. À défaut d’illustrations des maquettes de l’époque, le livre se nourrit d’un joli corpus d’articles, permettant de répondre notamment à cette question toujours décisive : “Mariage ou débauche, que choisir ?“.

Références

20 ans. Je hais les jeunes filles, coordonné par Marie Barbier, Rue Fromentin, 2011, 20 €.

Sylvain Ernault | 47 article(s) publié(s)

Journaliste diplômé de l'IUT de Lannion. Amateur de thé vert à la menthe, d'escargots farcis et de fromages des Pyrénées. Sur La Déviation, j'écris sur la politique, les festivals bretons, les médias, le football, le cinéma et les bouquins, surtout si ils parlent eux-mêmes de politique, festivals bretons, médias, football ou de cinéma.


Vous aimerez lire aussi

1 commentaire pour l'article ““Comment se maquiller pour un enterrement ?”

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 − 4 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil