street-art-stencil-book

Le Street Art Stencil book

Un pochoir et un coup de peinture en spray, pas besoin de plus pour la vingtaine d’artistes présentés dans ce très bel ouvrage des éditions Alternatives. En deux pschitt, ils dénoncent, détournent, désamorcent…

L’art du pochoir urbain est rarement au programme des cours d’arts plastiques. Il est pourtant l’un des plus accessibles. Au détour d’une rue ou d’un kiosque à journaux, Jef Aérosol, Btoy, Logan Hicks ou Bandit nous présentent leur version des faits. Politique, société de consommation, solidarité ou tout simplement expression artistique : pas besoin de changer de salles, ou d’étages : le musée est dans la rue et l’expo est partout où le regard voudra bien se poser.

Ça ne date pourtant pas d’hier ces silhouettes prédécoupées dans le carton. Blek le Rat sévissait déjà en France et en Europe dans les années 60 et 70, imposant le pochoir comme un élément phare de l’artiste urbain dans le coup. On a retrouvé à sa suite John Fekner, Jef Aérosol ou encore Ernest Pignon Ernest. Plus rapide qu’un tag, un détail important lorsque le travail se confronte à la police, le pochoir est un graffiti pouvant se reproduire à l’infini sans s’altérer. Ce qui n’est pas sans s’attirer le mépris des puristes du graff…

Crédits Jef Aerosol

Les pochoirs étonnent, détonnent souvent, sans doute car « leur emplacement fait souvent partie intégrante de l’œuvre finale ». L’ouvrage des éditions Alternatives, ne nous inonde pas de textes explicatifs ni de commentaires élitistes. Les photos sonnent simplement comme un appel à l’esprit critique, un coup de poing pour cesser de regarder les panneaux publicitaires de chez Decaux comme on regarde la vie, blasés.

Après l’interview retranscrite de Blek Le Rat, chaque double page présente succinctement le travail et le parcours des artistes urbains et s’accompagne de photos des pochoirs en situation. Et, afin de comprendre la finesse du travail de découpe, ou tout simplement pour s’amuser, on peut aussi utiliser l’un des vingt pochoirs présents dans l’ouvrage. Un lance-missiles, un nain qui skate, ou un globe terrestre qui se met à sonner… c’est au choix. Qu’on le mette sur la boîte aux lettres ou le mur du voisin, ce sera toujours un peu de liberté d’expression, à reproduire à l’infini.

Pochoir (à gauche) présent dans le Street Art Stencil Book

Le Street Art Stencil Book, éditions Alternatives, collectif, 30 €.

Klervi Le Cozic | 24 article(s) publié(s)

Même tête en l'air, mes oreilles restent en alerte. Le zoom toujours à portée de main, je collecte, je bidouille, les sons du réel pour éveiller le désir d'écouter. J'aime refaire le monde jusqu'à l'aube (mais pas plus tard). Si j'avais un super-pouvoir ? Rallonger le temps pour lire plus de bandes dessinées.


Vous aimerez lire aussi

2 commentaires pour l'article “Le Street Art Stencil book

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 + 4 =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil