Étiquette : lecture

Li Zhiwu renouvelle l’art de la BD chinoise traditionnelle

Le lianhuanhua, littéralement « images qui s’enchaînent » est un genre en déclin en Chine, méconnu ailleurs… Découvrez la traduction de la BD de Li Zhiwu.

On part en Chine. Mais pas dans la Chine d’aujourd’hui, celle de Xi Jinping. Non. On va assister à la chute de la dynastie mandchoue et à l’avènement de la République de Chine avec la victoire du communisme. « Au pays du Cerf blanc » est, initialement, un récit de Chen Zhongshi publié en 1993, un monument littéraire en Chine qu’il a mis vingt-huit ans à accoucher, une étourdissante fresque historique qui débute en 1911 pour s’achever en 1949, lors de la prise du pouvoir par Mao.

Plutôt que de m’attaquer en 816 pages de la version traduite du roman, (parue aux éditions du Seuil pour les plus courageux), j’ai choisi d’en feuilleter tout autant, mais celles de l’adaptation en bande dessinée réalisée par Li Zhiwu en 2002, dont la traduction française vient d’être publiée. Une adaptation qu’il a choisi de réaliser, selon la tradition de la BD chinoise, en lianhuanhua (ou « images enchaînées », NDLE).

Une tradition ancienne, millénaire, « mais après 1949, ils ont beaucoup été utilisés par le pouvoir en place pour montrer l’histoire d’une certaine manière et aussi pour mettre en avant l’évolution de la société chinoise », explique Li Zhiwu.

L’auteur du roman a intégré le parti communiste en 1966. Aujourd’hui ce genre n’est plus vraiment usité en Chine, mais pour lui, c’était incontournable d’employer ce style littéraire pour adapter « Au pays du cerf Blanc ».

Si Li Zhiwu a choisi de respecter une tradition millénaire dans la mise en forme, son style graphique est assez novateur quand on compare son lianhuanhua avec d’autres plus anciens.

« Je m’inspire plutôt d’une tradition issue de la calligraphie ou du dessin de paysages chinois et c’est avec un trait presque caricatural que j’ai eu envie de dessiner les personnages ».

« Au pays du cerf Blanc », Bailuyuan,  page 119 - La Déviation

Li Zhiwu. Crédits Yohan Radomski

Li Zhiwu. Crédits Yohan Radomski

Le style graphique contribue pour beaucoup à l’humour du récit, déjà présent dans les lignes du roman de Chen Zhongshi. Savamment redécoupée, cette bande dessinée traditionnelle qui nous fait parcourir à toute vitesse la vie de ces deux clans : la famille Bai et la famille Lu qui s’affrontent sur le partage des terres, le pouvoir au sein du village du Cerf Blanc…

Au fil des pages et des années, on a l’impression d’être assis au milieu du village à les regarder s’aimer ou se déchirer lorsque les catastrophes diverses, famine, bandits, révoltes s’abattent sur leur village. Et pour ne pas se perdre entre les générations, un petit arbre de chacune des familles a soigneusement été dessinée en fin d’ouvrage.

L’adaptation française en lianhuanhua d’« Au pays du cerf blanc » a été éditée en deux volumes aux éditions de la Cerise. Le tome 2, qui nous mènera jusqu’en 1949, devrait être publié dans quelques mois.

Merci à Yohan Radomski d’avoir traduit les propos de Li Zhiwu.

Au pays du Cerf blanc, Chen Zhongshi et Li Zhiwu, Éditions de la cerise, avril 2014, 29 €.

Le mangaka Katsuhiro Ōtomo sacré à Angoulême

Ce 42e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême a mis l’Asie à l’honneur.

L’un des pères du manga sacré par le Grand Prix, une belle expo rétrospective sur l’œuvre du mangaka préféré des Français Taniguchi, la présentation de l’adaptation d’un best-steller chinois Au pays du cerf blanc en lianuanhua, une exposition de BD traditionnelles chinoises à l’hôtel de ville, le Prix du Patrimoine attribué à San Mao, le petit vagabond du Chinois Zhan Leping restauré avec soin par les éditions franco chinoises Fei…

On a envie de dire… ENFIN !

Katsuhiro Ōtomo lauréat du Grand Prix 2015

Dès jeudi, le FIBD s’était ouvert par une double première : d’abord un Grand Prix spécial décerné à Charlie Hebdo et pour la première fois le Grand Prix du prestigieux festival a été attribué à un auteur de mangas, le Japonais Katsuhiro Ōtomo.

Le festival avait déjà manqué de sacrer, de son vivant, celui que les Japonais considèrent comme le père du manga, Osamu Tezuka. Mais si ! Vous savez, celui qui a bercé des générations de jeunes avec Astro, le petit robot. La version animée passait même à la télé en France à partir de 1984.

Contrairement à son idole de jeunesse, qui n’aura pas reçu la reconnaissance qu’il méritait, Katsuhiro Ōtomo n’a pas été oublié.

On le connaît pour sa série Akira. Une histoire futuriste qui met en scène une bande de jeunes motards désœuvrés et drogués dans un néo-Tokyo corrompu. Quelques années plus tôt, en 1982, Tokyo a été détruite par une mystérieuse explosion, déclenchant la Troisième Guerre mondiale, et des destructions successives de métropoles, par des armes nucléaires.

Akira explosion nucléaire Katsuhiro Otomo - La Déviation

Le récit se passe 47 ans plus tard, en 2019. Une nuit, le personnage principal, Tetsuo, a un accident de moto en essayant d’éviter un jeune homme qui se trouve sur son chemin. Blessé, il est capturé par l’armée japonaise et fait l’objet d’expériences scientifiques dans le cadre d’un projet ultrasecret visant à repérer des êtres possédant des prédispositions et à développer leurs pouvoirs psychiques (télépathie, téléportation, télékinésie, etc.).

Quand il s’évade et se retrouve en liberté, Tetsuo n’est plus le même et profite de ses nouveaux pouvoirs pour chercher à s’imposer comme un leader parmi les junkies.

En parallèle, se nouent et se dénouent des intrigues politiques… chacun voulant percer le secret d’Akira, le mutant découvert par les militaires, le plus puissant.

 Et oui, Akira a été adapté en film d’animation et c’est Katsuhiro Ōtomo lui-même qui s’en est chargé en 1988, et ce avant même la fin de l’écriture de la bande dessinée, puisqu’il a mis dix ans a écrire cette saga.

Akira, c’est un peu l’œuvre de sa vie. Mais Katsuhiro Ōtomo n’a pas fait que ça. En 1983, un an avant Akira, cette bombe qui lui vaudra une renommée internationale, il publie Dômu, qui se traduit par Rêves d’enfants.

Un huis-clos oppressant, une histoire paranormale dans une cité d’apparence normale où la police cherche à comprendre pourquoi un quartier de tours bétonnées compte autant de suicides et d’accidents inexpliqués. Ōtomo nous ouvre les portes de cette ville inquiétante en brisant les codes de la BD classique, en nous secouant par des rythmes de narration mouvants et une ligne graphique qui nous perd entre réalisme et imaginaire.

Ōtomo a aussi participé à deux films d’animation comme Metropolis en 2002, qu’il a scénarisé, en s’inspirant du manga éponyme d’Osamu Tezuka. Il s’agit, là encore d’une histoire urbaine, mais cette fois d’une cité futuriste, où humains et robots cohabitent.

Dernière réalisation connue, l’adaptation d’un de ses mangas Steamboy, en 2004. Une bande dessinée qui fait partie du genre steampunk, une uchronie sur un monde où la machine à vapeur aurait été l’élément essentiel du développement technologique, un passé alternatif imaginé par Ōtomo , avec encore un goût assumé pour l’immodération et l’abîme.

 

En recevant son prix jeudi soir, l’auteur s’est dit très honoré mais surpris d’être lauréat, lui qui ne dessine plus beaucoup en ce moment a-t-il avoué. « Ce prix sera un encouragement et j’ai l’intention de me mettre au travail ». Chic alors, on a hâte.

Mon frère, ma princesse et le théâtre jeunesse

Diaporama sonore – Le festival Désir Désirs œuvre depuis 21 ans, dans la ville de Tours, à offrir une programmation cinématographique autour de la thématique du genre. Cette année le festival s’est associé à la bibliothèque centrale pour proposer la lecture de Mon frère, ma princesse, pièce de théâtre jeunesse de Catherine Zambon.

Les dernières dénonciations entendues dans les Manifs pour tous envers certains ouvrages comme Papa porte une robe ou Tous à poil ont amené certains militants à réclamer la censure de ces livres dans les bibliothèques municipales.

Je me suis rendu à cette lecture. Mon frère, ma princesse représente-t-il un danger ?

Mercredi 19 février, nous sommes à la bibliothèque centrale de Tours et il est bientôt 16h. La compagnie Möbius-Band semble très sereine à quelques minutes de l’entrée en scène.

Les interrogations portent plus sur la rencontre qui aura lieu après. Les bibliothécaires ont aperçu un homme susceptible de perturber la représentation. « Pas d’inquiétude ! C’est un habitué, il aime juste faire valoir son opinion », nous dit-on. Pauline Bourse, metteuse en scène, précise : « Le débat est fait pour les enfants, nous voulons juste parler du texte. »

« Il n’est pas question de faire des sélections »

Car lorsque la bibliothèque centrale a pris connaissance du projet initié par l’équipe du festival Désir Désirs, la polémique n’existait pas encore. Mais depuis début février, la bibliothèque a reçu un message indiquant une liste des ouvrages à retirer, comme cela a été le cas dans d’autres villes.

Si la démarche militante reste très marginale, elle n’en a pas moins fait réagir les personnes concernées. Colette Girard, adjointe à la culture à la ville de Tours, avait déjà profité de l’inauguration du festival, le 12 février, pour s’indigner contre cet appel à la censure.

Pour Céline Gitton, coordinatrice de l’action culturelle pour la bibliothèque municipale de Tours, « il n’est pas question de faire des sélections, c’est hors de propos pour un bibliothécaire ».

Ce texte parle de l’identité, et le théâtre est bien l’endroit où l’on change d’identité.

La représentation théâtrale souffre malgré elle de l’actualité chargée autour du genre. La rencontre prévue après la lecture n’attire que les adultes et transforme ce moment d’échange en débat sur la littérature jeunesse.

« Doit-on donner autant de visibilité à ces problématiques ? » « Sont-elles sur-représentées ? » « Diffuser une œuvre littéraire traitant du genre est-il un geste politique ? »

Si la contestation a trouvé son unique porte-voix dans l’assemblée, son écho retentit sans encombre, obligeant les comédiens, la bibliothèque et les responsables du festival à justifier méticuleusement leur choix et assurer qu’aucun complot ne vise à transformer nos enfants en ce qu’ils ne sont pas.

Contrairement à ce que le titre Mon frère, ma princesse peut laisser suggérer, Alyan, 5 ans, ne cherche pas à tout prix à devenir une princesse. Au fur de la pièce, il se voit en dragon, en maman, en fée Nayla ou encore en pétunia.

La seule chose dont il ne se réclame pas, c’est bien d’être un garçon, ce qui déclenche bien évidemment les réactions de son entourage. Face à l’incompréhension de la mère et aux moqueries des camarades de classe, sa sœur Nina le défend.

« Ce texte parle de l’identité, explique la metteuse en scène, et le théâtre c’est bien l’endroit où l’on change d’identité. » Car les différents protagonistes qui gravitent autour d’Alyan peuvent difficilement se prévaloir d’être les parfaits stéréotypes masculins et féminins.

La mère avoue ne jamais porter de robe et a un poste à grande responsabilité. Nina joue au foot et trouve les princesses stupides. Et enfin Dillo, camarade de Nina, ne veut pas se battre et trouve le rose cool.

Le comédien Mikaël Teyssié passe d'un personnage à l'autre. - La Déviation

Le comédien Mikaël Teyssié passe d’un personnage à l’autre.

Si le texte de Catherine Zambon réussit à apporter un très beau message de tolérance, la lecture théâtralisée proposée par la compagnie Möbius-Band ouvre une autre dimension à ce récit.

Les deux comédiens disposent de codes vestimentaires (bonnets, vestes) pour interpréter les six personnages principaux de la pièce.

Au fur et à mesure que le rythme de la lecture s’accélère et que les personnages se répondent, les changements de costumes s’emmêlent. Dillo ou Ben se retrouve interprété dans l’ombre du costume d’Alyan et inversement.

Outre la magnifique coordination des comédiens qui réussissent à donner une dimension comique à des endroits où elle n’existait pas dans le texte, les personnages se confondent pour leur apporter une nouvelle lecture. On ne sait plus qui parle. On ne sait plus qui est qui. Et peu importe.

Mon frère, ma princesse a reçu le prix Collidram pour l’édition 2012-2013. Chaque année, l’association Posture invite un comité de collégiens à sélectionner 4 pièces de théâtre contemporaines. Il a également reçu le dixième prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public, décerné par la bibliothèque de théâtre Armand Gatti, l’Inspection Académique du Var et le rectorat de Nice.

Mon frère, ma princesse, de Catherine Zambon, éditions l’école des loisirs, 2012, mis en scène par Pauline Bourse, Compagnie Möbius-Band avec Émilie Beauvais, Mikaël Teyssié et Pauine Bourse.

Souvenirs d’Angoulême 2014 en photos

Pendant tout un week-end, avec Klervi Le Cozic, nous avons parcouru Angoulême afin de couvrir le Festival international de la bande dessinée. Au détour d’une rue (pentue), d’un stand (séduisant) ou d’une expo (intéressante), voici quelques morceaux choisis de cette fin de semaine riche en rencontres.

Rechargez la page sur la diaporama n’apparaît pas ci-dessus.

Souvenirs, sourires et rires sont des émotions que nous avons ressenties au moment de prendre ces clichés. Voici quinze petits détails qui font que cette 41e édition était un très bon cru, au-delà des nombreuses polémiques qui sont apparues.

Visitez notre dossier Angoulême 2014

Festival international de la BD - 30 janvier 2010 - Crédits Angoulême Tourisme - La Déviation

Angoulême 2014 en chiffres

Et voilà il est arrivé, comme un bon cru qu’on attend chaque année avec impatience. Le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême (FIBD) a débute pour le plus grand plaisir des passionnés du neuvième art et ceux qui ne découvrent que chaque année que la BD n’est pas estampillée « moins de 15 ans ».

Jusqu’au 2 février, la planète littérature met sous le feu des projecteurs la bande dessinée, mise à l’honneur depuis 1974 par le festival d’Angoulême. Côté auteurs, on s’échauffe le poignet en vue des nombreuses dédicaces. Côté festivaliers, on s’organise pour être le plus opérationnel possible une fois dans le grand bain. Et côté Déviation, on vous propose de revenir sur l’événement en quelques chiffres.

Suivez nos reporters Justine Briot et Klervi Le Cozic sur Twitter pour vivre le festival dans leurs bagages et n’oubliez pas de consulter notre revue de presse augmentée pour suivre jour après jour le festival en reportages vidéos, photos, émissions de radios, articles de presse et tweets.

Visitez notre dossier Angoulême 2014

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén