Sur-la-piste-du-Marsupilami-Photo-Marsupilami-02

Interview – Chabat ranime le Marsupilami

En tournée promo dans les Côtes-d’Armor, l’acteur-réalisateur français a présenté le 15 mars à Lannion sa dernière fiction, dans laquelle il apparaît aux côtés de son ami Jamel Debbouze. Détendu mais pressé, Alain Chabat a répondu aux questions des spectateurs des Baladins et de So Ouest avant la projection du Marsupilami.

Qu’est-ce qui vous a motivé à réaliser le Marsupilami ?

Ça part de deux envies. D’abord retravailler avec Jamel, ça faisait longtemps qu’on avait envie de faire un duo. Dans les précédents films nous n’avions pas de scène ensemble. Et puis j’adore le petit personnage du Marsupilami, créé par André Franquin (en 1951, NDLR), un dessinateur belge. Ce personnage est vraiment extraordinaire. Il ne m’a jamais quitté et j’avais envie de l’avoir en vrai. Car c’est un vrai (rires). Je le précise car les enfants le savent, mais les adultes en doutent. On l’a trouvé en Palombie.

Avec la crise, est-ce que vous avez des difficultés à financer ce genre de film ?

Faire un film c’est compliqué, c’est un parcours du combattant. Il faut réunir des financements, réunir un casting idéal. Il y a plein d’embûches. Là, j’espère qu’il y a du spectacle, parce que c’est le but du jeu. Il faut des gens qui font des décors, des maquilleurs, des coiffeurs, des “repéreurs”, des effets spéciaux, des sculpteurs, des peintres, des monteurs… beaucoup de monde à faire bosser. C’est plutôt joyeux comme genre d’entreprise, mais effectivement ça a un prix. Le film coûte plus de 160 000 palombos !

Alain Chabat - Lannion - 15 mars 2012

Alain Chabat a confessé ne pas connaître la Bretagne. Crédits So Ouest

Aviez-vous pensé à tourner en 3D ?

Oui, j’avais même fait faire des essais pour tourner en relief qui m’avaient emballé en stéréoscopie, en 3D native. Après on a regardé les difficultés que ça entrainait car on a tourné dans des vraies jungles, qui sont très humides et très chaudes. A l’époque les caméras ne supportaient pas ces températures extrêmes. Du coup on a abandonné le tournage en relief pour faire un film normal en 2D, en 35mm dans les salles équipées. Mais le film est en Imax (le premier film européen dans cette norme, NDLR). Il n’y a pas beaucoup d’écrans en France, cinq, mais on l’a redimensionné pour l’image et le son.

Justement, les conditions du tournage au Mexique étaient-elles compliquées ?

C’était super franchement. Le Mexique c’est un pays extraordinaire. Les gens, les villes et les jungles qui étaient magnifiques. On était bien préparés pour ces tournages un peu extrême. J’avais une super bonne équipe avec des gens tout-terrain et rigolos en plus. On est passés à travers les difficultés sans accident, ce qui était vraiment le but principal. Qu’il n’y ait pas de gens blessés ou piqués par des bestioles dans la jungle. On était bien préparés car on a pu s’amuser.

Le Marsupilami est-il connu au Mexique ?

Non, ils avaient seulement vu quelques images. Des peluches sont en vente sans qu’ils sachent bien qui est le personnage. Les tout-petits connaissent, les plus de 40 ans aussi, au milieu c’est un peu flou. Mais c’est une bonne manière de présenter, j’espère, le personnage à ceux qui ne le connaissent pas.

Tourner avec Jamel, c’était une envie de votre part ?

Non, j’étais obligé pour des raisons d’argent. Je lui dois de l’argent. J’avais perdu un pari sur Astérix, que j’ai honoré là. Sa famille est plus nombreuse que la mienne et ils sont plus costauds. C’était une menace, il n’y avait aucun plaisir là-dedans… Non, c’était une envie que nous avions depuis Astérix. Je l’ai pensé à l’écriture en me disant que j’avais envie que nous formions un couple à l’écran. Si il n’y avait pas Jamel, il n’y avait pas de film. Ça faisait parti de l’envie de départ.

Alain Chabat - magazine vue

Alain Chabat incarne un journaliste dans le Marsupilami. Il a pris la pose pour le magazine des étudiants en journalisme de l'IUT de Lannion. Crédits So Ouest

Il y a aussi des gens moins familiers avec la comédie comme Lambert Wilson, qui sortait des Hommes et des dieux. Et puis Jacques Webert qui a un parcours très éclectique. Aissa Maiga, qui est super et Liya Kébédé, qui était dans Or Noir et dans Perles du désert. On mélange des gens qui ont envie de faire rire.

On a aussi un catcheur américain, le Great Khaly, qui mesure 2m21. Je ne connaissais pas bien le catch. J’ai cherché en France des gars impressionnants, il y a Jérôme Le Banner, qui en plus est un bon acteur. Mais je voulais plus encore.

Vous avez joué dans La nuit au musée 2. Avez-vous une envie de carrière aux États-Unis ?

La nuit au musée c’était vraiment une très bonne expérience. Je me suis très bien entendu avec Ben Stiller. J’adore le cinéma américain. Quand il y a un projet bien j’ai envie de faire des choses. Ce sont des ponts. J’ai plein d’amis là-bas, que je vais visiter, qui sont dans le cinéma ou pas du tout.

Allez-vous reformer les Nuls dans un film ?

Je ne pense pas que ce sera un film. J’ai l’impression que c’est une trop grosse entreprise. On n’a pas de projet précis, mais on a toujours des envies qui trainent. Peut-être de la télé, des sketchs sur le net ou sur scène…

A quand la sortie de Red is dead en version longue ?

Très bonne idée ! Je vous la pique et je dirai que c’est la mienne. Je ne sais pas ce qui reste comme rush et comme images de ce truc là. La cité de la peur a eu 18 ans le 9 mars dernier. C’est drôle car effectivement on en parle beaucoup avec Dominique [Farrugia] et Chantal [Lauby] et ça nous rappelle des souvenirs.

MARSU-film

Sylvain Ernault | 47 article(s) publié(s)

Journaliste diplômé de l'IUT de Lannion. Amateur de thé vert à la menthe, d'escargots farcis et de fromages des Pyrénées. Sur La Déviation, j'écris sur la politique, les festivals bretons, les médias, le football, le cinéma et les bouquins, surtout si ils parlent eux-mêmes de politique, festivals bretons, médias, football ou de cinéma.


Vous aimerez lire aussi

3 commentaires pour l'article “Interview – Chabat ranime le Marsupilami

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 1 = 4

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil