Concours de “Happy” version manif à Nantes

Not Happy à Nantes - Version Notre-Dames-des-Landes - La Déviation

Nantes fut le théâtre d’affrontements violents le 22 février. On y est longuement revenu. Une autre facette de cette mobilisation anti-aéroport de Notre-Dame-des-Landes, c’est sa créativité.

Beaucoup de cinéastes et photographes, amateurs et professionnels, ont capturé les images captivantes et si télégéniques du contraste entre les combats de rue et la fête bariolée.

Ils ont filmé cet homme qui fait des bulles entre des CRS et des lanceurs de pavés, ces clowns qui improvisent un service d’ordre sous les grenades assourdissantes, ces hommes-patates qui se promènent près de cabanes en feu.

Des journalistes ont témoigné par leurs images. Ils ne sont pas seuls.

Happy or not ?

Le 22 février nantais a inspiré des auteurs qui renversent les cadres de la bienséance.

Figure imposée, la reprise de Happy, de Pharrell Williams. À l’instar de monsieur Jourdain, qui ne savait pas qu’il faisait de la prose, le préfet de Loire-Atlantique se savait-il chorégraphe ? Et les policiers se connaissaient-ils petits rats ?

Il existe deux autres versions moins travaillées qui mêlent Pharrell aux combats de rue, ici et . On n’est pas maso, vous l’avez entendu une fois aujourd’hui, ça suffira.

La version conventionnelle de Happy à Nantes, référencée sur le site international du mouvement, est sérieusement concurrencée.

sondage

L’imagination au pouvoir

Comment passer à côté de “Douce France”, court métrage poétique qui esthétise le chaos ? Un “regard brut et artistique de cette journée parfumée”, écrit le collectif nantais Fractal.

Ça sentait plus le pneu cramé que le muguet ce samedi-là, mais les auteurs mettent sûrement le doigt sur ce que nul observateur n’a pu décrire en paroles : l’atmosphère de joie dans le désordre, la sensation du recul en chantant, l’espoir et la résignation qui se défient avant que le cours normal des chose ne reprenne.

Dans la même veine, en plus fainéant, on a trouvé le diaporama sur fond de Get Lucky des Daft Punk.

De nouveau un beau décalage musique/images. Et oui, je vous vois vous remuer sur des images d’émeutes urbaines !

Plus amusant, on connaissait les manifs de droite (les vraies fausses, pas celles du Printemps français !), voici le vrai faux-reportage sur l’Église de la très sainte Consommation qui se recueille devant une agence de Vinci immobilier éventrée.

Sur son site, l’Église prévient : “Nos études montrent qu’il y a 99,42 % de chances que vous soyez déjà un des nôtres.”

Vous en connaissez d’autres ? On serait curieux de les connaître !

Sylvain Ernault | 109 article(s) publié(s)

Journaliste professionnel établi à Lannion. Amateur de thé vert à la menthe, d'escargots farcis et de fromages des Pyrénées. Sur La Déviation, j'écris sur la politique, les festivals bretons, les médias, le football, le cinéma et les bouquins... surtout si ils parlent eux-mêmes de politique, festivals bretons, médias, football ou de cinéma.


2 commentaires pour l'article “Concours de “Happy” version manif à Nantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *