Le soldat Dijonscope tombe au combat

dijonscope-l-opinion-media-journal-presse

Deux poids, deux mesures. Deux infos média qui s’entrechoquent, mais qui ne suscitent pas le même intérêt. D’un côté, Sabine Torres annonce que le pure-player régional Dijonscope, dont elle est la créatrice, va fermer. De l’autre, Nicolas Beytout invite les médias parisiens à fêter le lancement de son journal l’Opinion.

Ils ont les mêmes couleurs, mais pas les mêmes ambitions. Dijonscope était, puisqu’il faut se résoudre à employer le passé, un média indépendant dont les Bourguignons pouvaient être fiers. Un site web qui bousculait, depuis trois ans, Le Bien Public et Le Journal de Saône-et-Loire, propriétés du même groupe Ebra (Crédit Mutuel). Dijonscope avait choisi la formule par abonnement. C’était une sorte de Mediapart régional, qui avait d’ailleurs reçu le soutien d’Edwy Plenel. 90.000 € étaient nécessaires à sa survie. Les investisseurs ne s’y sont pas risqués.

L’Opinion est, depuis ce matin, un nouveau journal d’orientation libérale. Le premier quotidien papier lancé depuis 1994 en France. Un journal sans secrétaire de rédaction, les robots seront censés faire le boulot. Une sorte d’Atlantico couplée avec une version papier. À la barre, Nicolas Beytout, ancien directeur des rédactions du Figaro, puis des Echos, “un homme du Fouquet’s“, comme le rappelle Télérama.

L’ancien PDG des Échos (groupe LVMH) est depuis hier dans tous les médias pour présenter son journal. Il est néanmoins moins bavare lorsqu’on le questionne sur le financement de ce titre. Le Monde croit néanmoins savoir que Bernard Arnaud (PDG d’LVMH) a mis six millions d’euros dans l’affaire, Claude Perdriel (Nouvel Obs’) “quelques centaines de milliers d’euros”. Aucun des deux ne serait majoritaire, le capital étant compris entre 12 et 15 M€. Le tout étant constitué en holding pour opacifier la provenance des fonds.

Deux projets éditoriaux, deux montages économiques, deux cibles, deux types de journalisme. L’un gagne et l’autre perd. Pour l’instant.

Edit. Le tweet inaugural :

Et le tweet de fin :

Sylvain Ernault | 100 article(s) publié(s)

Journaliste diplômé de l'IUT de Lannion. Amateur de thé vert à la menthe, d'escargots farcis et de fromages des Pyrénées. Sur La Déviation, j'écris sur la politique, les festivals bretons, les médias, le football, le cinéma et les bouquins... surtout si ils parlent eux-mêmes de politique, festivals bretons, médias, football ou de cinéma.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil