Photo de peinture rupestre lybienne de Luca Galuzzi modifiée par G. Canivenc, licence CC-BY-SA

Réfléchissons nucléaire

Je me saisis de propos tenus dernièrement par Manuel Valls pour réfléchir un peu au sujet du nucléaire. Bonne nouvelle, ça va s’arrêter, c’est inéluctable. Reste à savoir pourquoi les dirigeants (politiques, entreprises) n’arrivent pas à le digérer, et j’ai ma petite idée sur la question.

Le nucléaire, une grande filière d’avenir

Le 27 août, notre Premier ministre participait à l’Université d’été du Medef. J’ai eu l’occasion de suivre son discours grâce à Twitter. Ladite allocution a été plus que largement reprise et commentée sous beaucoup d’angles différents. Personnellement, une chose m’a sauté à la figure et j’ai regretté qu’elle soulève si peu de réactions. Voilà l’objet  :

Notez bien que notre nouvelle ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie Ségolène Royal parle du nucléaire comme d’un atout pour la France, même si dans son cas, les énergies renouvelables occupent le devant du discours.

Wokay. Étudions donc un peu la question.

Un bât qui blesse : la finitude de l’uranium

Toute autre considération mise à part, voici un fait : nous n’avons pas assez d’uranium.

Scan du dossier Alerte à la pénurie, comment relever le défi publié en mai 2012 dans Science et vie, pp 52-71.

Scan d’un extrait du dossier Alerte à la pénurie, comment relever le défi publié en mai 2012 dans Science et vie, pp 52-71 (accès payant). Cliquez sur l’image pour zoomer.

Sur le sujet, je vous conseille cet excellent dossier de Science et vie de mai 2012 (n°1136). Il détaille l’état des stocks de 26 éléments ainsi que la vitesse à laquelle nous les consommons ce qui promet pour l’essentiel d’entre eux leur raréfaction voire leur disparition. Concernant l’uranium, voici un constat de Marc Delpech, chef de programme de l’amont du cycle à la Direction de l’énergie nucléaire du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) :

“Compte tenu des besoins du parc nucléaire actuels et projetés, les ressources “raisonnablement assurées” aujourd’hui, soit environ 2,5 millions de tonnes d’uranium, seront entièrement consommées d’ici à 2035″

Retournons le problème, parlons démantèlement et déchets

Le nucléaire est une filière d’avenir, clairement, indiscutablement. Nous sommes parvenus à l’ère du démantèlement des premières générations de centrales. Les déchets que nous avons produits ont 200.000 ans de dangerosité devant eux. Sur le sujet, je vous renvoie à au documentaire diffusé cet été par Arte, Centrales nucléaires, le démantèlement impossible.

Couverture de l'album Léonard super-génie, par De Groot et Turk aux éditions Le Lombart (http://www.lelombard.com)... Pas si hors sujet qu'il peut y paraître!

Couverture de l’album Léonard super-génie, par De Groot et Turk aux éditions Le Lombart

Ça, c’est donc ce que j’appelle un coup de Léonard. Avec les solutions envisagées à l’heure actuelle, le marché français est estimé à la louche à 150 milliards d’euros par Corinne Lepage, dans le documentaire. Lorsque l’on s’intéresse aux déchets, là c’est 200.000 ans d’activité devant nous.

Pour comparaison, il y a 200 000 ans, l’Europe était peuplée par Néandertal. Voyons, quel autre secteur se projette à l’échelle de temps de l’évolution des espèces ? Ah, le secteur pétrolier qui modifie le climat. Nous parlons encore énergie.

Ce n’est donc a priori pas nous, humbles Homo sapiens qui verrons la fin du nucléaire en tant que gouffre à pognon et source de nuisances environnementales. Le nucléaire, un secteur d’avenir certes, mais c’est sous l’angle d’em***des incommensurables.

Oui mais d’où tirer l’énergie ?

Nous vivons dans un monde dont l’humanité touche la finitude des deux mains et du portefeuille. La matière y est présente en quantités limitées. S’en servir comme source d’énergie est donc une stratégie délicate qui impose un changement de technologie à l’échelle industrielle à chaque fois que nous asséchons une ressource.

Si nous n’avions pas le choix, et toute considération environnementale mise à part, je ne dis pas. Mais regardons ailleurs que sous nos pieds. Là-haut. Plus haut. Voilà. Le soleil. La quantité d’énergie qu’il nous expédie à chaque instant est faramineuse comparée à celle que nous produisons (voir les encadrés de fin pour les sources du calcul).

Visualisons le tout en un graphique.

graphique

Voilà ce que représente l’énergie que nous produisons chaque année par rapport à l’énergie circulante reçue du soleil : 0,014 %. Or, rappel, pour générer ce petit bout de fifrelin, nous devons assécher les ressources géologiques (pétrole, charbon, uranium) et réformer notre tissu industriel tous les 50 ans.

Et si on tirait l’énergie d’une source d’énergie ?

Je ne suis pas la seule à savoir faire des calculs. Assurément nos dirigeants ont déjà tout ceci en main, et sans doute bien plus encore. Dans ces conditions, mon interrogation est la suivante : comment se fait-il que le secteur du nucléaire puisse encore être associé au terme “avenir” sachant que le gisement potentiel ouvert aux énergies renouvelables représente 7.000 fois ce que l’on arrive à produire à l’heure actuelle en étant au max de nos capacités (c’est à dire nucléaire + pétrole + charbon et tout de même 13,3 % d’énergies renouvelables) ? Comment peut-on dans ces conditions considérer d’investir des millions et des milliards dans le nucléaire au lieu de les transférer là tout de suite maintenant dans des solutions pérennes ?

Autre question, comment se fait-il que les accros de la croissance économique exponentielle infinie ne se soient pas encore saisis de ça, ne se soient pas même rués dessus ? Du point de vue du marketing, c’est sans comparaison possible.

Du contrôle de la filière

Le renouvelable pose quand même un gros souci pour les grandes entreprises.

« Les cinq forces de Porter » par milanku — creation personnelle. Sous licence Public domain via Wikimedia Commons.

« Les cinq forces de Porter » par milanku — creation personnelle. Sous licence Public domain via Wikimedia Commons.

Avec le renouvelable, la source d’énergie est très diffuse, l’appareil de production associé doit donc aussi l’être… et d’ailleurs il peut être très divers : panneaux solaires, hydroliennes, éoliennes, arboriculture etc. Tout ça impose de le partager avec le clampin moyen, ce qui allume des alertes rouges partout sur le schéma des cinq forces de Porters. Or, le positionnement stratégique, c’est crucial pour une entreprise.

De la rentabilité

Henri Snaith est un physicien que travaille à l’Université d’Oxford sur des cellules photovoltaïques à base de pérovskite. Selon lui, la combinaison entre les faibles coûts de production et l’efficacité de cette nouvelle génération de composants est en passe de rendre le solaire plus rentable que l’utilisation des ressources fossiles. Que voilà une excellente nouvelle. Le “en passe” nous indique toutefois que ça n’est pas encore le cas.

Une entreprise, c’est fait pour gagner des sous

Plaçons nous dans la peau d’un industriel, confronté à une compétition internationale ultra rude. Peut-il prendre des décisions qui d’une part vont fragiliser la position stratégique de sa boite et d’autre part augmenter ses coûts de production ? Selon moi, la réponse est OUI, il peut le faire, mais il n’y a pas du tout intérêt.

Certes, on apprend parfois qu’une Anne Lauvergeon s’est opposée à la vente d’une centrale nucléaire à la Libye lorsqu’elle était à la tête d’Areva. Anticipait-elle un risque si important pour le plus grand nombre que même la bonne marche commerciale de l’entreprise est passée après ? Comment le savoir, peut-être y avait-il d’autres raisons, peut-être pas. Toutefois, cela n’enlève rien au fait que la simple lecture de statuts d’entreprise montre qu’elles sont légalement outillées pour employer des gens, produire des biens et services, faire du commerce, pas pour œuvrer pour le bien général.

De mon point de vue, les résistances que nous vivons à l’heure actuelle sont vouées à lâcher. Pétrole, nucléaire and co vont inéluctablement prendre fin parce qu’ils utilisent la matière comme source tandis que les énergies renouvelables s’en servent comme outil. Ils vont inéluctablement prendre fin parce que d’un point de vue économique, le solaire est en passe de devenir plus rentable que les énergies fossiles. Compte tenu de tous ces éléments, serions-nous en ce moment même sur la ligne de crête matière/énergie ?

Si tel est le cas, perso je croise les doigts que nous la franchissions assez tôt pour que la mutation en cours puisse se faire avec le minimum de dégâts environnementaux et sans période de pénurie. Sur ce dernier point, il ne s’agit pas (uniquement) d’une question de confort. Personnellement je me passerais bien d’une nouvelle guerre du pétrole. Voyons donc ce que les faits vont répondre.

L’ÉNERGIE SOLAIRE CIRCULANTE ANNUELLE
Notre ami soleil nous expédie à chaque instant une moyenne de 1.360 W/m2 (constante solaire, reconnue à peu près partout). Le tout n’est pas disponible, par exemple une large partie est directement réfléchie vers l’espace (environ 30%). Le reste transite d’une façon ou d’une autre par le système planète/atmosphère pour ensuite être réémis, sans quoi nous grillerions tel des œufs au plat à feu vif : en quelques minutes.
Nous en arrivons donc à 240 W/m2 (source : Rebecca Lindsey, Nasa earth observatory, 2009) soit 240 J/s/m2. Si nous ramenons ça à la surface de la planète (510.067.420 millions de m2) pour un an (31.536.000 secondes) nous voilà à 386.051.668 x 1016 joules/an qui se baladent entre chaleur, lumière, mouvements de convection, biomasse et ce dans la croute terrestre, l’atmosphère et les océans.
Attention 1 : ceci est une évaluation du potentiel total. À titre indicatif les agronomes estiment que 50% de cette énergie parvient jusqu’au sol.
Attention 2 : le calcul inclue un grand nombre d’approximations, il faut donc voir dans ce chiffre un ordre de grandeur.
Je tiens à remercier les personnes qui ont accepté de prendre du temps pour vérifier la validité de mes calculs et/ou me mettre en relation avec les bons interlocuteurs, et/ou me donner des infos supplémentaires : Bruno Tréguier, Michel Aïdonidis, l’école de Météo de Toulouse. Nota bene : cela ne signifie en aucun cas que ces personnes cautionnent le contenu de l’article, qu’ils n’ont d’ailleurs pas lu (en tout cas avant publication).
Retour au graphique

LA PRODUCTION ANUELLE D’ÉNERGIE PRIMAIRE
Prenons maintenant la production d’énergie primaire par an en 2011 (Agence internationale de l’énergie) : 13.113 millions de tonnes équivalent pétrole. Or, 1 million de tonnes équivalent pétrole équivalent à 4,1868 x 1016 joules (source de l’équivalence : American physical society). Nous sommes à 54.902 x 1016 joules/an.
Retour au graphique

Image à la une : photo de peintures rupestres libyennes de Luca Galuzzi, disponible ici sous licence CC-BY-SA 2.5, revue par mes soins.

Geneviève Canivenc | 5 article(s) publié(s)

Diplômée d'un tas de trucs, j'ai commencé par les sciences puis j'ai choisi de les aborder par le verbe. Fausse vraie gentille ou vraie fausse méchante, tout dépend des points de vue. Et lorsque les réponses ne veulent plus rien dire, peut-être est-ce simplement le moment de repenser les questions. Justement, j'en ai une : faut-il être triste pour être sérieux (#ptitsdebs powa) ?


Vous aimerez lire aussi

3 commentaires pour l'article “Réfléchissons nucléaire

  • Ils l’écrivaient en 2011, “Assez de mythes : le nucléaire est plus cher que les énergies renouvelables”

    (ils : les représentants de plusieurs ONG)

    Pourtant la propagande des lobbys de l’énergie continue de bien fonctionner car j’ai l’impression que dans le discours ambiant, le nucléaire reste lié dans l’imaginaire collectif (en particulier celui des chefs d’entreprise) à la souveraineté française.

    http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2011/12/07/assez-de-mythes-le-nucleaire-est-plus-cher-que-les-energies-renouvelables_1614336_3232.html

  • Ça dépend :)
    Si l’on prend tout en compte effectivement le nucléaire est plus cher (cf le coût du démantèlement + les 200 000 ans de gardiennage).

    Sauf que l’énergie, c’est une question essentiellement gérée par l’entreprise. Ce qui est considéré dans le coût de l’énergie, ce n’est pas le coût total, mais celui qui entre dans l’assiette de l’entreprise. Out donc le coût environnemental, qui lui relève de la société. Out également ce qui vient “après” et qui est impossible à chiffrer (le démantèlement + le gardiennage).

    Alors je ne dis pas que j’adhère à cette réalité, soyons clairs. Je dis juste que c’est comme ça que le monde fonctionne.

    Puisque le renouvelable sera lui aussi mis en place par l’entreprise, alors il n’émergera de façon significative que lorsque dans l’assiette de l’entreprise, son coût équivaudra voire sera inférieur à celui du nucléaire ou à celui des énergies fossiles. Il y a aussi la question de “économiquement l’affaire doit valoir suffisamment le coup pour que les décideurs acceptent la perte de contrôle sur leur secteur.”

    Sauf que cette transition là prend du temps. Nous sommes en train de parler d’installations qui ont une durée de vie de 50 ans.

    Si on regarde côté dirigeants politiques, il y a encore d’autres considérations à prendre en compte. Les “amitiés” comptent, certes. Mais pas que. Exemple : quand on fermera Fessenheim, combien d’emplois vont disparaître ? Autant de gens à reclasser, à former, qui vont ptet devoir quitter leur région pour retrouver du taf ? Donc autant de grogne à gérer, le retentissement médiatique qui va avec, soit un gros risque à prendre pour quelqu’un qui se retrouve devant les urnes tous les 6 ans.

    Braif…

  • Flash

    Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll n’exclut pas le maintien en activité de la centrale nucléaire de Fessenheim. Sa fermeture, promise par François Hollande, n’est pas inscrite dans la loi sur la transition énergétique adoptée la semaine dernière a-t-il précisé.

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 − = 3

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil