Auteur : Gary Dagorn

Non « Marianne », le « fact-checking » n’est pas une mode

Controverse – Un récent article de « Marianne » intitulé « On a fact-checké les fact-checkeurs »  critiquait sévèrement  le fact-checking, cette « lubie journalistique » qui « se prétend science exacte », mais qui est bien plus subjective que ce qu’on voudrait nous faire croire. Voici donc ma réponse.

Le journalisme est en pleine mutation. À tous les niveaux. Si vous qui me lisez êtes journaliste, vous savez toutes les inquiétudes qui guettent les directions et toutes les questions qui assaillent les journalistes.

Des mutations économiques, des changements de technologies qui induisent un changement de rythme, de culture, etc. Tout ceci provoque une accélération permanente des (r)évolutions de la profession que chaque journaliste perçoit selon son histoire, ses convictions et ses doutes.

Le fact-checking (un anglicisme qui a l’équivalent français peu usité de « vérification factuelle ») fait partie de ces évolutions dans le traitement de l’information et a connu un certain succès en France.

Ces dernières années, nous avons pu observer que ce genre, importé des États-Unis, a fait son bout de chemin en France jusqu’aux grandes rédactions parisiennes. Europe 1 (Le Vrai/Faux de l’info), France Info (Le vrai du faux) ou Le Monde.fr (Les décodeurs) ont développé cette formule éditoriale et d’autres suivront sans doute dans les prochaines années.

En revanche, d’autres médias, ce n’est pas une surprise, ne suivront pas ce chemin (et, d’un côté, c’est tant mieux pour la diversité de la presse) et certains s’en expliquent. Une « mode », un « lubie journalistique », une « pseudo-science », voici quelques qualificatifs utilisés par certains journalistes pour décrire le fact-checking. Vraiment ?

 « La vérification, c’est la base du journalisme ». Oui mais…

Un argument que j’entends souvent et que je lis souvent au sujet du fact-checking, c’est que la vérification des faits est la base du métier de journaliste et que, par conséquent, il ne s’agit en aucun cas d’une (r)évolution. D’où aussi la perception de certains que ce genre essaye de réinventer le journalisme en vain.

En vérité, ce que l’on appelle le fact-checking ne consiste pas à vérifier bêtement certaines assertions ou à vérifier la véracité de certains faits.

Le fact-checking est plutôt une évolution très poussée de la vérification au sens où il répond à l’évolution des usages et de la société. La communication a très largement pris le pas sur le factuel, tout spécialement en politique ou les approximations et les mensonges sont quotidiens.

La vérification factuelle ne prétend pas réinventer le journalisme, elle prétend muscler le niveau de recherche et d’approfondissement sur des sujets techniques et nuancer les certitudes.

Avec l’utilisation, devenue massive, des réseaux sociaux tels que Facebook et Twitter, la circulation de l’information est plus rapide qu’elle ne l’a jamais été. Dans cette évolution, le rôle des médias a décru puisque les journalistes ne sont plus un relais indispensable entre le public et l’actualité. Tout juste sont-ils devenus optionnels. Le fact-checking a pour objectif de répondre à ces nouvelles exigences.

La communication est un enjeu crucial pour les acteurs politiques et économiques. Le fact-checking n’est ni une mode ni un lubie mais bien une vérification poussée et une confrontation plus frontale entre les faits ou les indicateurs qui prennent la mesure de la réalité et la parole politique.

La vérification factuelle ne prétend pas réinventer le journalisme, elle prétend muscler le niveau de recherche et d’approfondissement sur des sujets techniques et nuancer les certitudes. Elle ambitionne de démonter les coups de communication, qu’ils viennent de partis politiques ou d’entreprises multinationales.

Dire le vrai du faux ?

Dans la famille des arguments tordus, il y a ceux qui s’en prennent au mode binaire de traitement, à savoir que le fact-checking ne saurait donner que deux réponses : vrai ou faux.

Là encore, il n’y a rien de plus éloigné de la réalité que ce cliché éhonté. À vrai dire, la pratique du fact-checking tend à laisser bien plus de place au doute et à la nuance que ne laisserait transparaître la promesse initiale de distinguer le « vrai » du « faux ».

La promesse de pousser la vérification plus loin n’est pas de proposer une lecture simpliste du monde, mais au contraire de restituer sa complexité.

Si l’on prend Les décodeurs du Monde.fr, lancés en mars dernier, les articles ne tranchent que rarement sur un « tout à fait vrai » ou un « tout faux ». Et pour cause, les nuances sont nombreuses, expliquées, sourcées, et les biais des statistiques exposées. Ainsi, vous lirez souvent un « pourquoi c’est plus compliqué » ou un « pourquoi c’est exagéré ». La promesse de pousser la vérification plus loin n’est pas de donner un monde simpliste, binaire, au lecteur. Au contraire, la promesse est de restituer la complexité du monde.

Car c’est là aussi l’une des clefs qui rend la pratique du fact-checking si intéressante. Le monde, tel qu’il est, est complexe. Pourtant, les idées reçues sont innombrables et tenaces. La pauvreté, les immigrés, la vie politique : ni les sujets minés d’a priori et d’idéologie ni les récupérations politiques ou médiatiques ne manquent. Les couvertures du Point sont là pour le rappeler chaque semaine.

Les formules des décodeurs du Monde laissent la place à la nuance.

Les formules des décodeurs du Monde laissent la place à la nuance.

L’idée du fact-checking, c’est de remettre les faits, rien que les faits, au cœur du débat. C’est une façon indispensable de dépassionner le débat avec des éléments matériels ou statistiques tangibles, susceptibles d’éclairer la compréhension du public.

Le fact-checkeur est-il objectif ?

C’est une fausse question soulevée par certains journalistes qui critiquent volontiers la prétendue objectivité des chiffres et des faits avancés par le journaliste fact-checkeur.

Quand je lis par exemple qu’on critique le choix des « victimes » politiques des décodeurs du Monde, je ris jaune. Selon ce billet, 47% des articles visent les hommes et femmes politiques de droite, ce qui démontrerait une certaine subjectivité des journalistes dans le choix des propos à vérifier.

C’est bien-sûr totalement ridicule car, comme Raphaël da Silva, qui est datajournaliste à Strasbourg, le rappelle, la bêtise ne peut être symétriquement répartie.

Les chiffres ne SONT pas la réalité, ils sont des indicateurs de mesure de la réalité.

De plus, tous les mensonges/approximations ne se valent pas, loin de là. Cela dépend de la gravité des propos, de l’ampleur de l’intox, de l’influence de son auteur, etc. En fonction de ces paramètres, les journalistes font des choix et les assument. Si la droite est plus contredite par la gauche en ce moment, il y a fort à parier que les bullshits sont plus nombreux de ce côté de l’échiquier politique.

Notez aussi que le journaliste qui fait bien son métier se voit constamment soupçonné d’être complaisant ou complice d’un côté ou d’un autre. Un jour il est marxiste, un autre jour il fait le jeu du FN. Demandez à Samuel Laurent (journaliste au Monde.fr, coordinateur des Décodeurs), il est passé par toutes les couleurs politiques.

Deux articles du "vrai / faux" de l’info d’Europe 1.

Deux articles du « vrai / faux » de l’info d’Europe 1.

Quand ce n’est pas le journaliste qu’on accuse d’être subjectif, ce sont ses sources et les chiffres cités. C’est une critique qui peut se valoir dans le sens où les chiffres découlent d’une méthode de recueillement des données qui comporte ses avantages et ses limites. Il est important de connaître ces biais, pas toujours faciles à détecter, afin de bien repérer les limites de certaines sources.

Les chiffres ne SONT pas la réalité, ils sont des indicateurs de mesure de la réalité, ce qui est très différent. Tous ne prennent pas ce recul sur les sources, mais certains le font. Je cite encore une fois Les décodeurs pour bien connaître leur travail, mais ils ne sont pas les seuls à prendre les précautions qui s’imposent sur leurs sources.

Au final, le fact-checking est-il une fausse bonne idée comme certains le prétendent ? Je ne le crois vraiment pas.

Contextualiser les actualités, vérifier systématiquement les coups de com’ des politiciens, évaluer l’efficacité de certaines mesures politiques, démonter les hoax et les idées reçues, c’est un travail d’information impérieux. Si certains croient encore que c’est aussi simple que ça et que c’est la base du métier, qu’ils s’y mettent, on en reparlera après.

Quant aux critiques, si les avis constructifs sont nécessaires et la prise de recul indispensable pour que la profession puisse sainement remettre en cause ses pratiques, les journalistes réfractaires devraient réaliser que le monde a changé, sans quoi ils ne serviront bientôt plus à rien si ce n’est qu’à publier des pamphlets creux et des unes sur Nabilla.

On y était : Woodkid au Zénith de Paris

Après un premier passage exceptionnel – et à guichets fermés – au Zénith de Paris, le 5 novembre, Woodkid avait programmé une date supplémentaire pour le public parisien. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que celui-ci n’a pas du tout été déçu !

Cette fois-ci aussi, ce 7 février 2014, Woodkid affiche complet au Zénith, parc de la Villette. Pourtant, lorsque j’arrive vers 19 h 30, il y a peu de monde. La fosse est encore presque vide, ce qui me permet de me placer à quelques mètres de la scène.

C’est une petite heure plus tard que commence la première partie du concert. Une mission toujours un peu ingrate, surtout pour ce soir-là où Woodkid se faisait grandement attendre.

En entendant cette première partie, j’ai compris pourquoi la fosse et le Zénith étaient vide jusqu’à 20 h 30. Pour ceux que ça intéresserait, écoutez un titre (mélange bizarre de style des années 1980-90) de Lawrence Rothman ici.

La première partie évacuée, le Zénith s’est rempli très très vite et la fosse s’est serrée progressivement jusqu’à ce qu’elle soit pleine à craquer.

Mais Woodkid s’est fait encore attendre.

Jusqu’à environ 21 h 30, quand les lumières s’éteignent brusquement, laissant le public crier dans le noir. Le rideau s’ouvre, mètre après mètre, et dévoile l’orchestre au complet sur une scène en escalier. Les cordes, les cuivres, les percus : elles sont toutes là !

Woodkid au Zénith de Paris - Crédits : Julien Baldacchino - La Déviation

La musique commence doucement sur l’air de Baltimore’s Fireflies et la voix douce et grave de Yoann Lemoine remplit la salle. Les cuivres, puissants, viennent par-dessus l’ostinato au piano. La mise en scène ne laisse rien au hasard. L’orchestre disposé sur ces escaliers laisse un large couloir central où Woodkid a la liberté de déambuler.

Derrière lui : un écran géant de cinéma projette les images animées créées par Yoann Lemoine : à chaque titre son thème et ses images – abstraites ou figuratives.

Le second titre s’enchaîne : il s’agit de The Golden Age, une des meilleures compo de l’album. Au milieu de la chanson, les percussions – dont les caisses s’illuminent à chaque son – entrent en jeu et le rythme s’accélère.

Avant d’entamer son titre le plus célèbre, Woodkid s’approche de la scène et dit, s’adressant à son public : « Messieurs, j’ai quelque chose à vous dire: I love you« . Le son est aussi bon qu’on pouvait l’espérer : les cordes vous arrachent des larmes et les cuivres des frissons.

Mécaniquement, tels des robots, les musiciens exécutent un moment brillant, intense, de musique.

L’ambiance monte et monte encore au fur et à mesure du concert. Plus on avance et plus la mélancolie et les sentiments de quelques morceaux laissent place aux sons énergiques et rapides, rythmés par les interventions de Woodkid et le son des caisses claires qui résonne.

Puis soudain, au milieu du concert, dix tambours apparaissent en haut de la scène et descendent vers la scène qui s’avance au milieu de la fosse. Mécaniquement, tels des robots, les musiciens exécutent un moment brillant, intense, de musique. Que des percus et la foule aime ça !

Puis vient le Stabat Mater, œuvre grandiloquente. Une introduction au rythme des tambours fait monter l’ambiance. Woodkid apparaît, frappe ses points dans l’air à chaque percu qui résonne, puis vient l’entrée fracassante des cuivres puis des cordes !

Le souffle épique enflamme la foule !

Il faut d’ailleurs noter que bon nombre des titres de l’album ont été introduits par des compositions inédites qui accompagnaient le jeu de lumière sur scène. En parlant de morceaux inédits, Woodkid en a présenté deux : Go, une douce ballade musicale, et Volcano, un morceau 100 % instru et percussions au rythme complètement démonté.

Woodkid a interprété aussi un de ses premiers titres disponible sur son EP : Brooklyn. Un quartier new-yorkais important pour lui car c’est là-bas qu’il a émigré pendant quelques années.

À la fin de Run Boy Run, l’un des derniers morceaux de ce concert grandiose, la foule a chanté pendant de longues minutes devant un Woodkid ému, le sourire large derrière sa barbe et les mains sur la tête à écouter son public au bord de la scène.

Une présentation de ses musiciens plus tard, il entame The Other Side – « encore une chanson joyeuse qui parle de la mort » plaisante t-il – pour laisser son public sur une note plus douce.

En ré-écoutant l’album le lendemain, ses enregistrements paraissent désormais bien « fades » comparés au spectacle épique auquel 6 000 chanceux ont eu droit ce soir-là.

Woodkid au Zénith de Paris - Crédits @LéaHbrt - La Déviation

Woodkid au Zénith de Paris – Crédits : @LéaHbrt

Connaître les dates de la tournée de Woodkid.

Brignoles, le jour où les médias ont perdu pied

Infographie – À moins d’avoir passé le week-end dans une grotte isolée, perdue au milieu du Vercors, oui vous êtes au courant : le Front national a gagné une importante élection dimanche au soir, à Brignoles. Oui, le Front national a triomphé ! Oui, le Front National progresse inévitablement dans le cœur des électeurs !

Mais au fait, de quelle élection parle-t-on ? De l’élection présidentielle ! Non ? Ah non. Il s’agit d’une législative partielle alors ? Le FN progresse à l’Assemblée nationale ? Non non. Une élection régionale peut-être ? Non, rien de tout cela car il s’agissait en réalité d’une élection cantonale. Qu’est-ce qu’une cantonale ? Tout simplement l’élection des conseillers généraux.

Quoi, seulement ?

Oui, il ne s’agit seulement que d’un seul conseiller général. Pourquoi cette question ? Parce que la couverture médiatique dont cette petite cantonale partielle a bénéficié est incroyable tant elle est démesurée. Voyez plutôt :

La presse écrite affiche des unes qui font peur, les chaînes d’info en continu sont en couverture spéciale pendant toute la soirée, alternant entre une déclaration de Marine Le Pen sur le recul de la pensée unique et le candidat frontiste nouvellement élu affichant fièrement ses ambitions et sa fierté de travailler pour les “vrais Français”.

Les mots employés sont cruels, terribles : le front républicain est mort, le Front National progresse à vue d’œil. Vraiment ?

Sur les onze élections partielles (législatives et cantonales) tenues depuis l’arrivée de la gauche au pouvoir en 2012, le Front national a été éliminé dès le premier tour huit fois, soit 72 % du temps.

Le front républicain a été appelé trois fois et a fonctionné deux fois. Cette élection est donc la première à voir le front républicain faillir face au Front national. De là à parler de sa mort (c’est-à-dire de sa totale incapacité à refonctionner à l’avenir) c’est totalement précipité et probablement faux.

Sur les résultats des dernières législatives partielles, on peut d’ailleurs constater que les bons scores du Front national sont réalisés dans des départements où le vote d’extrême-droite est déjà un peu plus élevé que la moyenne nationale.

De plus, si l’on prend le premier tour, on s’aperçoit que le Front national perd des voix dans certaines circonscriptions. Dans l’Hérault, le FN avait rassemblé 11.329 voix aux législatives de juin 2012 et seulement 8.240 en décembre 2012, soit une baisse de 28 %.

Dans l’Oise, la frontiste Florence Italiani qui est arrivée au second tour, a réuni au premier tour 7.249 électeurs en mars 2013 contre 11.185 en juin 2012, soit là aussi une baisse conséquente (35 %) ! Ce qui montre que le vote d’adhésion seul ne permet pas au Front National de faire de gros scores. Il lui faut atteindre le second tour pour que son score bondisse, parfois du simple au double. Il y a donc clairement un vote de rejet qui profite au FN. Ce vote de rejet étant systématiquement dirigé contre l’UMP, une partie de l’électorat de gauche alimente le vote Front national, comme l’explique très justement Nicolas Lebourg, historien des droites extrêmes, au Monde.fr.

La couverture délirante et dérangeante de cette minuscule élection fait une publicité incroyable au Front national et laisse à penser que le parti progresse et qu’il s’agit d’une importante victoire. Mais il y a 4.030 conseillers généraux en France ! Et il ne s’agit que d’un seul siège, oui un seul !

Pour rappel, voici le nombre de conseillers généraux par parti politique en France.

Alors pourquoi avoir parlé de cette cantonale en particulier ?

Saviez-vous que deux autres cantonales partielles ont eu lieu cette année, dans l’anonymat médiatique le plus complet ? Et vous savez quoi ? Le FN y a fait des scores inférieurs (troisième place avec 11,6 % à Mantes-la-Jolie et quatrième place avec 15,89 % à Aubenton).

Ce qui revient à dire que sur les trois cantonales partielles de 2013, le FN a fait un bon score sur une élection sur trois. Voilà qui remet les choses en perspective, loin de la surenchère dangereuse d’une bonne partie des médias à Brignoles.

Finalement, ceux qui en parlent le mieux, ce sont encore les guignols de l’info.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén