Auteur : Justine Briot (Page 1 of 2)

Souvenirs d’Angoulême 2014 en photos

Pendant tout un week-end, avec Klervi Le Cozic, nous avons parcouru Angoulême afin de couvrir le Festival international de la bande dessinée. Au détour d’une rue (pentue), d’un stand (séduisant) ou d’une expo (intéressante), voici quelques morceaux choisis de cette fin de semaine riche en rencontres.

Rechargez la page sur la diaporama n’apparaît pas ci-dessus.

Souvenirs, sourires et rires sont des émotions que nous avons ressenties au moment de prendre ces clichés. Voici quinze petits détails qui font que cette 41e édition était un très bon cru, au-delà des nombreuses polémiques qui sont apparues.

Visitez notre dossier Angoulême 2014

Dans les pas de Walter Mitty jusqu’en Islande

J’attendais La Vie rêvée de Walter Mitty avec tellement d’impatience que la bande originale et ses trésors nordiques n’avaient déjà plus aucun secret pour moi avant sa sortie en salles le 1er janvier. À la fois drôle et poétique, cette cinquième production de Ben Stiller est LA solution pour commencer 2014 du bon pied.

Walter Mitty (Ben Stiller) a une vie bien rangée. Voilà seize ans qu’il travaille pour le prestigieux magazine Life où il est responsable des archives photos. Salarié modeste et effacé, il n’a jamais trouvé le courage d’approcher sa collègue Cheryl (Kristen Wiig), pour qui il fond littéralement.

Sa plus grande réussite jusqu’à présent, c’est son amitié épistolaire avec Sean O’Connell (Sean Penn), un photographe mondialement connu. Il est son contact privilégié au sein du magazine et Sean a toujours loué le talent de Walter pour le traitement de ses photographies.

Dans les pas de Walter Mitty - La Déviation

Seulement un jour, tout bascule : Life cesse sa diffusion pour ne devenir qu’un site internet. Walter Mitty va alors se lancer dans la quête d’un cliché mystérieusement perdu, destiné à illustrer l’ultime couverture du journal. Lui qui a toujours réfréné ses envies d’aventures va devenir un héros digne des plus beaux reportages de Life. Finies « les déconnections » pendant lesquelles il se rêvait aventurier et super-héros. Place à la réalité. Et quelle merveilleuse réalité !

C’est sur les terres du Groenland, d’Islande et d’Afghanistan que Walter Mitty part à la recherche de Sean O’Connell. Je vous préviens, les paysages sont à tomber et vous donneront qu’une envie : remplir votre sac de 60 L (ou votre petite mallette) pour la première destination venue.

Les paysages présents à l’écran m’ont rappelé pourquoi je ne cesse de parler de ce pays avec une telle passion depuis plus de 6 ans. Seyðisfjörður, Grundarfjörður, Stykkishólmur… Toutes ces villes ont servi de décors grandeur nature pour accueillir le périple de Walter Mitty. Et quand Ben Stiller vous fait croire que Walter est au Groenland ou en Afghanistan, il n’en est rien, c’est toujours l’Islande qui crève l’écran avec la ville d’Höfn ou les sommets enneigés du parc national de Vatnajökull.

Dans les pas de Walter Mitty - La Déviation

Scénario, OK. Décors, OK. Humour, je ne reviendrai pas dessus, on peut compter sur le talent de Ben Stiller pour amuser la galerie.

Non, la cerise sur le gâteau c’est bien la bande originale du film.Personnellement, elle m’a captée de la première seconde à la dernière. Pêle-mêle, on retrouve les Islandais d’Of Monsters and Men, le groupe suédois Junip et leur chanteur José Gonzalez, mais aussi d’autres noms moins nordiques comme David Bowie, Rogue Wave, Rogue Valley.

L’une de mes scènes préférées restera sans doute le passage où l’on entend Wake Up d’Arcade Fire. Ce moment marque le saut de Walter Mitty vers de nouvelles aventures. Magique.

Donc si vous ne l’aviez pas encore compris, je vous encourage grandement à voir La Vie rêvée de Walter Mitty pour faire plus ample connaissance avec cet anti-héros parfait et irrésistible. Alors certes, on pourra reprocher à Ben Stiller de ne pas exploiter plus le côté psychologique de son personnage, mais la recette miracle fonctionne, on sort de la salle détendu, avec le sentiment d’avoir passé un très bon moment.

On reste dans la comédie légère, mais ce feel-good movie est une grande bouffée d’air frais dont je ne peux dire que du bien. Walter Mitty est incroyablement génial tout simplement.

La Vie Rêvée de Walter Mitty, de Ben Stiller, avec Ben Stiller, Kristen Wiig, Shirley MacLayne, 1 h 54, 20th Century Fox, 2014.

Bakpok - Blog de Justine Briot

St Justice – Albert Hammond Jr - La Déviation

Une semaine en musique #9 – 16 octobre

Prenez un groupe parisien sans visage, un chanteur britannique mélancolique, des grecs toujours aussi cinglés, un autre groupe parisien sans visage, une Américaine bien stylée, un musicien de The Strokes en solo et une Suédoise qui n’est pas blonde. Secouez le tout et vous obtiendrez un cocktail tonique et détonnant : voici notre neuvième semaine en musique !

Voyou – Fauve

Life Round Here – James Blake ft. Chance The Rapper

Fugitive Air – Of Montreal

Dying Kings – We Are Match

PrimeTime – Janelle Monáe ft. Miguel

St Justice – Albert Hammond Jr

Could It Be – Elliphant

Django Django - La Déviation

Une semaine en musique #8 – 9 octobre

Pour cette semaine en musique, il souffle comme un vent de jeunesse ! Les titres Moonchild de M83 et Young des Paper Kites l’illustrent parfaitement, pas besoin de vous faire un dessin. Pour les autres, c’est leur toute jeune carrière qu’on peut souligner : grâce à un premier EP ou CD, ils ont su faire l’unanimité et conquérir un public mérité. Mention spéciale pour Breton, Savages et Pendentif, vus en concert et encore plus adoptés par la suite. C’est parti pour une cure de jouvence !

Moonchild – M83

Got Well Soon – Breton

Young – The Paper Kites

God Save La France – Pendentif

Wor – Django Django

Husbands – Savages

Love More Worry Less – Bipolar Sunshine

WATP - Crédits Mark Maggiori - La Déviation

Une semaine en musique #7 – 18 septembre

Pour cette chronique hebdomadaire, place a la diversité : des stars planétaires, des artistes plus confidentiels, des clips basiques mais efficaces, une vidéo plus qu’étrange, des sons planants ou encore des mélodies dansantes… Voici une livraison express d’une semaine en musique. Bonne écoute.

Better Than That – Miles Kane

Walking Lightly – Junip

Long Way Back – Lily Wood and The Prick

Cool Song No. 2 – MGMT

Restless – We Are Enfant Terrible

Lose Yourself to Dance – Daft Punk

Vermilion Sands – Coming Soon

Arcade Fire Reflektor - La Déviation

Une semaine en musique #6 – 11 septembre

Après une longue absence, la chronique hebdo Une semaine en musique reprend du service. Depuis juin, une multitude de clips, de chansons et d’albums sont sortis pour animer nos longues et douces soirées d’été. En ce mois de septembre, ça se bouscule au portillon, le choix fut délicat, mais les sept morceaux sont là, sélectionnés avec soin. J’espère qu’ils vous plairont, on se dit à la semaine prochaine cette fois !

Evil Eye – Franz Ferdinand

Right Thoughts, Right Words, Right Action, c’est l’album de ce début septembre. Après quelques concerts, il signe le grand retour des Écossais de Franz Ferdinand et Evil Eye est le deuxième single de ce quatrième album. Réalisé par Diane Martel, la vidéo fait la part belle aux premiers films gore du cinéma. Zombies, sang à profusion, massacres, un sacré cocktail… Sympa la moustache Alex !

White Walls – Macklemore & Ryan Lewis feat. ScHoolboy Q and Hollis

Avec The Heist, Macklemore & Ryan Lewis enchaînent les cartons. Dans le clip de White Walls, on peut voir Mackle Jackson habillé avec un costume de mariachi (le ridicule ne tue pas). Tranquillou, il sa balade dans le désert, sa Cadillac jamais très loin et puis il part faire la fête avec des personnes âgées dans une maison de retraite. Normal, Mamie aussi a le droit de profiter du bon son.

Bitter Poem – Cold War Kids

Oui, les Américains de Cold War Kids aiment les parties de pêche. Ils le montrent avec le clip de Bitter Poem, nouvel extrait de leur dernier album intitulé Dear Miss Lonelyhearts, sorti en avril dernier. Cette belle vidéo met en scène deux hommes qui partent pêcher ensemble, une scène qui peut paraître banale, mais qui a toute son importance pour de bons amis. L’amitié, il n’y a que ça de vrai, voyez plutôt.

Seven Nights Seven Days – The Fratellis

Souvenez-vous en 2006 : Chelsea Dagger, Flathead, Henrietta… ça bougeaient bien ces titres-là. Ils étaient signés par The Fratellis. Pour leur troisième album We Need Medecine, les Écossais (oui, encore) ont choisi d’opter pour la même formule vitaminée. Avec Seven Nights Seven Days, on suit les aventures en noir et blanc d’un clown un peu triste au départ, mais pour qui tout va aller mieux après la rencontre d’une jolie mime.

Garden’s Heart – Bat For Lashes & Jon Hopkins

Garden’s Heart est un extrait de la bande originale du film britannique intitulé How I Live Now. Prochainement sur les écrans, il racontera l’histoire de Daisy, une jeune fille de 15 ans qui va passer des vacances dans sa famille à la campagne juste à l’aube de la troisième guerre mondiale. La magnifique voix de Natasha Khan vient accompagner des images tirées du film.

Eliza – Anna Calvi

Anna Calvi sera de retour le 7 octobre avec un deuxième album intitulé One Breath. De respirer, la belle anglaise en aurait bien besoin dans le clip d’Eliza, où elle ne fait que courir. Beaucoup de mystères entourent ces images, qui mêlent à la fois sa course en pleine forêt et des plans tournés en intérieur, très brefs. Que fuit-elle ? Si vous avez une idée… En tous cas, sa voix puissante est toujours là.

Reflektor – Arcade Fire

Ils étaient attendus et ils n’ont pas déçus. Arcade Fire maîtrise (presque) à la perfection l’art du teasing. Le quatrième album du groupe canadien est attendu pour le 28 octobre, mais cette semaine, le clip de Reflektor est apparu sur la toile. Avec une durée de 7 minutes, c’est à un véritable court-métrage auquel nous avons le droit pour cette pépite electro-pop. Il y a même du David Bowie dedans.

Une semaine en musique #5 – 12 juin

L’actualité musicale est tellement dense à l’approche de l’été et de ses nombreux festivals qu’il en devient difficile d’opérer une sélection de sept vidéos pour cette semaine en musique. Dans ce numéro, vous avez le choix entre la case prison ou filer sur une route désertique. Pour Vampire Weekend et Suede, on a choisi de faire n’importe quoi pendant quelques minutes, histoire de se détendre. Il y a aussi du rêve et de l’amitié, le plus important.

Mon Pote – Flynt ft. Orelsan

Accompagné d’Orelsan, le rappeur parisien Flynt crée la sensation avec le clip de Mon Pote, une chanson tirée de son deuxième album, Itinéraire bis. Pendant plus de trois minutes, les deux hommes revisitent plusieurs scènes cultes du cinéma français et hollywoodien. Le duo évolue alors aux côtés des acteurs et dans les décors de Very Bad Trip, Men in Black, Pulp Fiction, Las Vegas Parano, La Haine, Les Visiteurs, Les Valseuses, et j’en passe. C’est le réalisateur Francis Cutter qui est derrière cette excellente idée. À vous de reconnaître toutes les scènes de la vidéo !

Kveikur – Sigur Rós

Le groupe Sigur Rós a révélé ces derniers jours la vidéo du titre Kveikur de l’album du même nom, qui sortira le mardi. Réalisé par Sarah Hopper, le clip est un avant-goût de l’habillage qui sera présent sur scène aux côtés de Jónsi et sa bande lors de la future tournée. Entre ombres et flou, on devine un cheval, des explosions, des flammes… Un univers bien étrange comme les Islandais savent en proposer depuis 1994. Cet été, ils seront notamment aux Nuits de Fourvière, le 30 juillet, à Lyon, leur seule date française.

Diane Young – Vampire Weekend

Après le clip de Ya Hey et la sortie de leur troisième album Modern Vampires Of The City le 14 mai, le groupe new-yorkais nous propose de découvrir une nouvelle réalisation de leur cru. Dans le clip de Diane Young, nous avons rendez-vous avec Léonard de Vinci et son célèbre tableau, La Cène, qui représente le dernier repas du Christ entouré de ses douze apôtres. Bon, ici, c’est une version très actuelle. Jésus est cagoulé, il joue sur son smartphone pendant que les apôtres font la fête, mâche des chewing-gums et dansent au son des guitares électriques. Où les voir en live ? Au festival Musilac le 14 juillet ou/et au Zénith de Paris le 21 novembre.

Hit Me – Suede

Les musées c’est pas trop votre tasse de thé ? Pour les deux protagonistes du dernier clip de Suede c’est également le cas. Alors pourquoi ne pas en faire qu’à sa tête ? Ajouter deux ou trois détails sur une peinture d’un siècle révolu, prendre un malin plaisir à détruire une installation contemporaine et le tour est joué ! Hit Me est le deuxième single de ce groupe de rock anglais et est extrait du nouvel album Bloodsports sorti en mars dernier. Prévenez les musées, j’arrive avec mes bombes pour faire de jolis graffitis.

Penny – Hanni El Khatib

Alors oui, l’Américain Hanni El Khatib assurera bien la première partie de Johnny Hallyday pour ses trois dates à Bercy le 14, 15 et 16 juin prochains, avant de se produire aux Vieilles Charrues en juillet. Bientôt des sosies d’Hanni et des reprises ratées de Penny par centaines ? Je n’espère pas. Dans cette dernière vidéo parue sur la toile, c’est ambiance gros bras et taulards, mais avec cet air entraînant, ils ont l’air presque sympathiques. Le morceau est présent sur le second album de l’artiste Head In The Dirt sortit le 22 avril dernier. You’re my perfect, my perfect, my perfect, my perfect little penny…

Fiction – The XX

Fiction de The XX est un nouvel extrait de leur deuxième album Coexist, sorti en septembre 2012. Pour ce clip, le chanteuse Romy Madley Croft et sa bande ont de nouveau eu recours aux services de Young Replicant, qui avait déjà planché sur la mise en images de Chained. Dans un univers sombre, tout en noir et blanc, le deuxième chanteur du groupe Oliver Sim est victime d’insomnies dans une maison des plus cossues tandis que ses acolytes Romy Madley Croft et Jamie Smith rêvent pour lui…. Planant, mais toujours aussi réussi. Cet été, rendez-vous pour Le Rock dans tous ses états pour avoir la chance d’apprécier leur travail en live.

I’m Waiting Here – David Lynch & Lykke Li

Une semaine après avoir annoncé l’arrivée dans les bacs, le 15 juillet prochain, de son deuxième album The Big Dream, David Lynch a mis en ligne le clip qui illustre son premier single I’m Waiting Here, sur lequel on trouve également la chanteuse suédoise Lykke Li et sa voix à tomber. Imaginée par cette dernière avec l’artiste Daniel Desure, la vidéo consiste en une longue promenade de six minutes dans le désert, le long d’une route sans un chat, jusqu’au crépuscule, puis la nuit. Allez, venez on prend la route avec eux pour découvrir où elle nous mène… À la semaine prochaine !

Tous les livres mènent à Saint-Malo

Du 18 au 20 mai, la cité malouine s’est une nouvelle fois faite l’hôte du festival des Étonnants Voyageurs, un incontournable des salons littéraires pour tous les mordus d’aventures et de découvertes. Aux côtés des livres, films, expositions et débats ont rythmés cette 24e édition, placée sous la thématique du « monde est un roman » et faisant honneur au continent africain. Instants choisis.

Les œuvres des Chats Pelés ont séduit bon nombre de visiteurs de l'exposition jeunesse.

Les œuvres des Chats Pelés ont séduit bon nombre de visiteurs de l’exposition jeunesse.

Tout avait pourtant si bien commencé niveau temps : le soleil réchauffe de ses rayons l’atmosphère matinale de ce samedi 18 mai. Hélas, ce plaisir n’est que d’une courte durée, ce qui donne l’opportunité aux Parisiens d’affirmer de curieuses théories climatiques concernant cette bonne vieille Bretagne. Je n’ai rien contre les habitants de la capitale, mais si ils pouvaient laisser leurs remarques désagréables et sourire un peu plus, ça ne ferait du mal à personne. D’ailleurs sur le quai Duguay Trouin, des bretonnes quinquagénaires se moquent gentiment d’une jeune, le téléphone vissé à l’oreille : « J’ai eu un mal fou à sortir par Porte d’Auteuil, effroyable j’te raconte pas ! ».

Les allées du salon littéraire sont bien calmes, chez les différents éditeurs, on prend soin d’aligner les livres et de bien organiser les rayons, les nouveautés bien en avant. Ça sent le papier neuf, une odeur rassurante. Les pages terminent de dormir les unes contre les autres avant d’opérer des ballets consultatifs avant l’acte d’achat. Les festivaliers les plus pressés se renseignent sur les horaires des dédicaces. Il ne faudrait pas rater son auteur favori ou décevoir le petit dernier venu avec son livre d’aventures enfantines pour « avoir un nouveau dessin dessus ».

Dans le palais du Grand Large, tout est prêt. Les équipes de France Inter sont déjà en direct pour l’émission On va déguster, comme chaque samedi à 11 heures. « On pensait qu’au Canada on vivait dans un igloo », confie Kim Thuy au micro. L’auteure d’origine vietnamienne a depuis ses dix ans découvert mille et une choses au sujet du Québec. Cette citation pourrait illustrer parfaitement la philosophie du festival Étonnants Voyageurs, pendant lequel les rencontres de cultures et d’horizons différents sont de mise.

Je serais certainement venu à Saint-Malo avant, si j’avais su que c’était aussi beau. Arnaldur Indridason

L’après-midi se déroule au cinéma Le Vauban, avec un cap pointé vers l’extrême nord du monde. Une occasion de revenir sur le travail de Jean Malaurie et de visionner les Derniers rois de Thulé, un montage de films tournés par Malaurie entre 1969 et 1976, retraçant l’évolution de la condition du peuple inuit. Puis, ce fut LA rencontre de ces trois jours avec Jørn Riel, l’auteur taquin danois venu nous conter un ou deux racontars supplémentaires dont il a le secret. Rires et sourires garantis.

« Vous ne le connaissiez pas encore ? », s’étonne ma voisine, véritable connaisseuse de son travail. Lundi, ce seront de nouveaux lecteurs qui découvriront ce personnage, lors de deux lectures faites avec passion par l’acteur Dominique Pinon. Cette séance du café littéraire est bondée comme toutes les autres. Les places assises sont rares dans le Palais du Grand Large, surtout le dimanche et le lundi, la faute à un temps bien gris et venteux, ambiance machine à laver grandeur nature.

L'auteur danois Jørn Riel est venu à la rencontre de ses lecteurs sans oublier de conter un ou deux racontars.

L’auteur danois Jørn Riel est venu à la rencontre de ses lecteurs sans oublier de conter un ou deux racontars.

« Je serais certainement venu à Saint-Malo avant si j’avais su que c’était aussi beau », confie Arnaldur Indridason. Le maître du polar islandais (en tee-shirt durant les trois jours, alors que tout le monde frissonne avec un pull) est aussi présent pour cette édition 2013, et c’est aux côtés du souriant Deon Meyer et de Percival Everett que l’îlien a confié quelques secrets vis à vis de son héros, le policier Erlendur. « Ce n’est pas vraiment le genre de type qui vous amuse beaucoup, il est dépressif, pour ne pas dire chiant, traduit Éric Boury, le traducteur de tous les romans d’Indridason parus en français et présent à ses côtés durant tout le festival, mais il y a quand même des moments bien sympas avec lui. »

Lundi, juste avant de reprendre un train direction Londres, le volubile Joann Sfar embarque tout le monde dans son imaginaire au cours d’une conférence qui se tient dans la bien nommée Maison de l’imaginaire, dans l’intra-muros. « Avant d’être un auteur, je suis un lecteur, un spectateur, un observateur », explique l’auteur français qui ne cesse de multiplier les projets et dont le premier roman, L’Éternel, aborde le quotidien d’un vampire. « Je ne suis pas un touche à tout, je raconte simplement des histoires », continue ce passionné qui aura bientôt 42 ans.

Difficile de faire court pour un week-end chargé en rencontres et en coup de cœurs divers et variés. J’aurai certainement l’occasion de présenter des travaux d’invités plus en détails dans les semaines à suivre. Mais, incontestablement, je prendrai à nouveau mon billet pour une prochaine édition des Étonnants Voyageurs. Cette première immersion fut plus que concluante.

Une semaine en musique #4 – 29 mai

Stromae semblait avoir abusé d’un peu de champagne la semaine dernière, mais il n’en était rien, tout cela entrait dans le plan d’une parfaite mascarade. Formidables ? Edward Sharpe, Dan Black ou encore Boards of Canada et les autres le sont également. Des morceaux planants, entrainants, rythmés avec la promesse de jours meilleurs. Voici une semaine en musique, quatrième du nom.

Stromae – Formidable

Ivre, Stromae réalise un coup de maître pour la promotion de son nouveau titre Formidable. La semaine dernière, plusieurs internautes postaient des vidéos de l’artiste belge, visiblement bien imbibé, aux abords d’une station de tram bruxelloise. Même attitude sur le plateau de Ce soir ou jamais de Frédéric Taddeï, vendredi dernier : Stromae hagard chantait son nouveau titre sous les yeux d’un Francis Huster médusé. Les rumeurs vont alors bon train, mais que nenni ! Tout s’écroule lorsque le clip de Formidable apparaît sur la toile, tout n’était que mascarade depuis le début, tourné en caméra cachée. Le buzz du moment, voyez plutôt.

Sans Sebastien – Champagne

Sans Sebastien est un duo composé de Cyril Briere et Nicolas Magenham et pour évoquer leur production, tous deux revendiquent l’influence de chanteurs comme Lio, Jacno ou Étienne Daho. Et à la première écoute de leur EP Pop Love, on peut affirmer sans hésitation qu’ils ne nous ont pas menti. Avec ce tout jeune groupe parisien, retour immédiat dans les années 80, vers une pop pétillante et des claviers en veux-tu, en voilà ! Pour Champagne, direction la rase campagne pour se perdre en forêt ou improviser des chorégraphies un brin décalées à la pompe à essence. Ils seront en concerts aux Trois Baudets à Paris les 30 mai et 11 juin prochains.

Caveman – In The City

Caveman, c’est un groupe new-yorkais d’indie pop qui en est à son deuxième album intitulé sobrement Caveman. Ces derniers jours, la vidéo d’un des titres de cet opus, In The City, est arrivé sur Internet. En guest stars, on retrouve l’actrice Julia Stiles que l’on a vu récemment dans Happiness Therapy. Présent également, l’acteur Fran Kranz que vous avez peut-être croisé dans la série télé Dollhouse. Dans le clip, Julia et Fran interprètent un couple d’amoureux qui visite paisiblement la ville de New-York. Juste avant qu’ils ne rentrent dans leur chambre d’hôtel, un employé de l’établissement se glisse dans la pièce, caché derrière les rideaux. Que va-t-il se passer ? Suspense…

Dan Black feat. Kelis – Heart

Dan Black a toujours apporté une attention particulière pour transposer ses chansons en images. Pour Heart, premier extrait de son nouvel album Do Not Revenge, c’est la technique du timelapse qui a été retenue. Explications : pendant 24 heures, une photographie a été prise toutes les 16 secondes sur un toit parisien sur lequel l’artiste britannique évolue aux côtés de Kelis. Mis bout à bout, les clichés défilent pour offrir une vidéo au rendu très réussi. La vidéo a été réalisée par le studio parisien Chic & Artistic. Lors du tournage, l’équipe a eu une chance immense : avoir deux jours de suite une météo favorable. C’est tellement rare ces temps-ci…

Beady Eye – Second Bite of the Apple

Le groupe anglais Beady Eye nous offre cette semaine le clip de Second Bite of the Apple issu de leur nouvel album BE, dont la sortie est programmée au 10 juin prochain. Après un premier teasing avec le titre Flick of the Finger, Liam Gallagher et sa troupe ont révélé un deuxième single. Le rock british est bien là, accompagné de percussions et de cuivres. Le groupe sera en tournée cet été avec des dates françaises à son agenda comme Solidays à Paris ou Le Cabaret Vert à Charleville-Mézières.

Boards of Canada -Reach For The Dead

Certains artistes semblent ne jamais quitter les feux de l’actualité, toujours avec un album en promotion, mais pour Boards of Canada, il en est tout autrement. Voilà sept ans que le duo écossais n’avait pas sorti d’album ! Le nouvel opus Tomorrow’s Harvest viendra mettre fin à cette longue attente à la mi-juin. Pour le moment, voici Reach For The Dead, une excellente manière de patienter jusqu’à cette date événement. Ce morceau électronique et expérimental est un nouveau plongeon dans l’univers de Boards of Canada. Inimitable et planant.

Edward Sharpe and the Magnetic Zeros – Better Days

Vous fredonnez certainement l’une de leurs chansons sans le savoir ces derniers temps. Depuis plusieurs semaines, les sifflements d’Edward Sharpe et de ses comparses des Magnetic Zeros font office de fond sonore pour une publicité vantant les qualités d’une voiture tout confort. Ne se préoccupant pas plus que ça de la tenue de route du crossover français, les Californiens continuent leur petit bonhomme de chemin pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Toujours avec ces chœurs et cette joie communicative, c’est un nouveau single Better Days qui a éclot sur Internet cette semaine. Leur troisième album sera dans les bacs le 23 juillet prochain. Parfait pour poursuivre l’été.

Une semaine en musique #3 – 22 mai

Ces derniers temps, c’est une multitude de clips qui ont déferlé sur la toile. La sélection fut rude, mais cette chronique hebdomadaire mise une nouvelle fois sur l’éclectisme. De Petite Noir à She & Him en passant par le dernier titre de Yuksek, voici comment occuper les futures journées pluvieuses.

Petite Noir – Noirse

Petite Noir est Yannick Ilunga dans la vie de tous les jours. Un jeune homme de 22 ans aux origines congolaise et angolaise, né en Belgique et qui vit aujourd’hui en Afrique du Sud. Ces multiples facettes culturelles ont conduit à l’éclosion d’un univers bien à lui. Après son EP Disappear auto produit chez Bad Life, son premier album est prévu dans les semaines à venir. Dans le clip de Noirse, Petite Noir partage le quotidien d’une jeune femme. Ensemble, ils errent dans la nuit, s’amusent, dansent… Pour faire simple, ils profitent de la vie.

Hey Marseilles – Heart Beat

Ah ! Marseille… Son vieux port, son accent chantant, sa Bonne Mère… On ne s’attardera pas plus sur cette carte postale sudiste puisque les gars de Hey Marseilles ne viennent pas du tout de la citée phocéenne, mais de Seattle, aux Etats-Unis. Avec deux albums au compteur, dont le petit dernier Lines We Trace, le groupe de Matt Bishop a dévoilé récemment le clip du single Heart Beat, une chanson qui revient, avec nostalgie, sur les ruptures amoureuses. Cette très belle vidéo met en scène tous les membres de la formation, hantés par le souvenir de femmes dont ils ont partagé des tendres moments à un certain moment.

She & Him – I Could’ve Been Your Girl

Zoey Deschanel et M.Ward ont toujours eu un goût prononcé pour les années 60 avec le ce qu’il faut en matière d’univers rétro. Une fois encore, ce dernier clip proposé par le duo n’échappe pas à la règle. Second degré et kitsch à souhait, on retrouve dans cette vidéo tous les codes du genre : sourires prononcés, des couleurs à faire brûler la rétine des plus sensibles et une chorégraphie à reproduire en soirée (ou non). Il ne manque plus qu’Olivia et John pour compléter ce tableau à la sauce Grease ! I Could’ve Been Your Girl est a retrouvé sur Volume 3, dernier album de She & Him sortit le 7 mai dernier.

Yuksek feat. Oh Land – Last of Our Kinds

Le musicien et producteur de musique électronique français Yuksek, ou si vous préférez Pierre-Alexandre Busson à la ville, vient de dévoiler son nouveau clip Last Of Our Kinds. Ce titre est extrait de Partyfine EP #1 et pour la partie vocale, l’artiste rémois a fait appel à la chanteuse danoise Oh Land. La vidéo est dans l’air du temps, colorée comme il faut et très psychédélique. La grande mode du moment. Personnellement, je préfère voir ces déclinaisons de couleurs sur un écran que sur un pull ou un t-shirt over size, c’est toujours ça de gagné. Rendez-vous dans l’espace pour faire des rencontres étonnantes. Jugez plutôt par vous même.

Naïve New Beaters – Shit Happens

Mickey, des fois, il lui arrive de décompresser plus qu’il ne faudrait. En même temps, tu m’étonnes qu’il relâche un peu la pression après de rudes journées sur son char aux côtés de Peter Pan, Dumbo, Baloo et compagnie. La mascotte de Walt Disney offre un tout nouveau pan de sa personnalité dans le clip Shit Happens des Naïve New Beaters. Les trublions français n’en sont pas à leur premier clip loufoque, mais un Mickey bourré et obsédé, il fallait oser. Cet été, ils seront sur les scènes de plusieurs festivals pour défendre les titres de leur deuxième album, La Onda.

VV Brown – Samson

Vous vous souvenez du tube Shark In The Water ? Comme c’était bien… Et dire que ça date déjà de 2009 ! Mais pas de panique, la belle et talentueuse VV Brown revient avec Samson & Delilah, son nouvel album, en septembre prochain. Samson est le premier extrait de ce projet tout neuf et sa vidéo et son nom font référence à un épisode de l’Ancien Testament. Samson tenait sa force prodigieuse de sa longue chevelure mais finit par révéler le secret à Delilah… Vous devinez la suite ? La scène est à revivre ici, en version contemporaine.

Franz Ferdinand – Right Thoughts, Right Words, Right Action

On termine cette chronique par un teaser, et non des moindres, celui des Franz Ferdinand ! Les Ecossais ont confirmé cette semaine leur grand retour pour l’été prochain. Le rendez-vous avec Right Thoughts, Right Words, Right Action, leur nouvel album, est fixé le 26 août. Les plus chanceux pourront découvrir les titres en avant première trois jours plus tôt, à l’occasion du festival Rock en Seine. Allez Alex, Nick, Robert et Paul, on sort du lit et on finit les derniers préparatifs ! L’album est annoncé comme « fougueux », nous verrons ça.

Une semaine en musique #2 – 15 mai

Beaucoup de censure (ou non) cette fois-ci dans Une semaine en musique. C’est la tendance du moment. Le taulier, David Bowie, est toujours autant surprenant, tandis que des jeunots comme Asaf Avidan démontrent toute leur créativité. Attention, du glamour (ou non) et du air guitar (ou non) peuvent également faire leur apparition dans cette sélection.

Lana Del Rey – Young & Beautiful

Devenue une véritable icône de mode, Lana Del Rey ne laisse personne indifférent depuis ses succès de 2012. En ce mois de mai, elle est de nouveau au cœur de l’actualité avec Young & Beautiful. Ce dernier titre fait partie de la bande originale de Gatsby le Magnifique, film événement qui fait aujourd’hui l’ouverture du 66e Festival de Cannes. Univers très Art Déco pour ce clip baigné par cette atmosphère glamour et mystérieuse qui caractérise tant la chanteuse américaine.

The National – Sea of Love

Un plan fixe pour ce nouveau titre des excellents membres de The National. Bon, le cadre de la vidéo ne paye pas de mine, mais on peut déclarer sans retenue que Sea of Love est une nouvelle pépite du rock indépendant américain. Matt Berninger et sa bande livrent une prestation sans filet pendant quatre minutes chrono. Mention spéciale pour ce petit gars au premier plan et son innocent air guitar (Gunther Love, t’es tu trompé de clip cette semaine ?). Le titre sera présent sur l’album Trouble Will Find Me, dans les bacs le 21 mai.

David Bowie – The Next Day

Ah ce David, il n’en est plus à sa première polémique ! Retirée de YouTube, quelques heures après sa mise en ligne, la vidéo de The Next Day mêle sang, sexe et religion. Elle a tout de même fini par apparaître de nouveau, avec un accès restreint. Dans un décor lugubre, à mi-chemin entre maison close et église, c’est le grand n’importe quoi autour du gourou Bowie. On y croise, entre autre, un Gary Oldman en prêtre et une prostituée madone interprétée par Marion Cotillard. Si ça ne vous plaît pas, je vous propose une virée dans l’espace.

Sin Fang – What’s wrong with your eyes

Sin Fang, ou pour les LV1 islandais, Sindri Már Sigfússon, a révélé cette semaine le clip de What’s wrong with your eyes, chanson présente sur Flowers, son dernier album sorti au début du printemps. Des arrières plans pris dans les flammes, des pièces sans issue, un groupe étrange vêtu de foulards de la tête aux pieds… Dans cette vidéo, on oscille entre rêve/cauchemar et réalité. Ce grand créatif sera au Café de la Danse le 28 mai prochain avec à ses côtés Pascal Pinon, un groupe nordique à découvrir au plus vite également.

Sarah W_ Papsun – 5″

5 secondes, c’est le temps qu’il vous faudra pour adorer ce nouveau titre des six parisiens de Sarah W_ Papsun. Après un passage remarqué aux Transmusicales de Rennes en décembre dernier, le groupe a dévoilé un nouveau clip tout en noir et blanc avec en guest-star l’excentrique Gunther Love des Airnadettes. Leur album est sortit ce 13 mai. 5, 4, 3, 2, 1 ! Courez vous le procurer !

Sexy Sushi – Je doute

Le duo électro français est en concert ce 15 mai au Trianon de Paris et c’est encore une bien belle vidéo qu’il nous a livré cette semaine. Pour mettre en images Je doute, nouvel extrait de Vous n’allez pas partir les mains vides, Sexy Sushi nous a tout simplement compilé ce que la toile nous offre de meilleur en photos très, très étranges ou très, très moches. Je n’ai aucun doute sur l’effet que ce clip produira sur vous.

Asaf Avidan – Love it or Leave it

Asaf Avidan, qui sera de tous les festivals dans les semaines à venir, a bénéficié d’un buzz médiatique non négligeable avec la mise en ligne du clip Love it or Leave it. Censure ou non, c’est sans aucune pudeur, vulgarité et sexualité que des femmes et des hommes se déhanchent tour à tour sur les rythmes entraînants de ce dernier single. Un seul visage en commun, celui de l’artiste israélien, pour une chorégraphie endiablée.

L’art de Catherine Meurisse

Connaissez-vous Catherine Meurisse ? Non ? Allez un petit effort… Vous avez peut-être déjà croisé son nom dans les pages de Charlie Hebdo et d’autres titres car elle est dessinatrice de presse. Parallèlement, elle réalise des publications en solo ou en collaboration, à l’image de l’édition anniversaire 2010 du Petit Larousse, en illustrant des mots de la langue française. 

En 2008, elle fut saluée par ses pairs pour Mes hommes de lettres, une bande dessinée qui met en scène les grands noms de la littérature française avec une certaine dose d’humour. EN mars 2012, elle est revenue avec un nouvel opus toujours autant bourré de talent. Cette fois-ci le bébé se prénomme Le pont des Arts et revient sur les relations parfois amicales, passionnées ou tumultueuses, qu’ont pu entretenir peintres et écrivains français à travers différentes époques.

Le pont des Arts © Catherine Meurisse

C’est ainsi qu’au fil de ces 110 pages, nous sommes amenés à croiser un Charles Baudelaire en pleine visite guidée nous apprenant la différence entre un chef-d’œuvre et une croûte, plus loin nous saurons enfin pourquoi le vol de La Joconde a fait gagner un poème à Guillaume Appolinaire. Marcel Proust, Pablo Picasso, Denis Diderot, et j’en passe, sont également du voyage.

DSC03831

Divertissante et enrichissante, cette BD ne se veut pas élitiste, loin de là, c’est justement un moyen efficace de s’instruire pour éviter les biographies fleuves de grandes figures françaises ou la file d’attente devant le musée.

Catherine Meurisse, tout en gardant son style, a reproduit avec soin de nombreux tableaux (Le bain turc d’Ingres, Impression, soleil levant de Claude Monet, Un enterrement à Ornans de Gustave Courbet). L’idéal est de lire l’une des dix histoires présentes et de pianoter ensuite sur son ordinateur le nom des œuvres rencontrées au cours de sa lecture pour en savoir plus, les comparer avec les traits de la dessinatrice.

À la fin de la bande dessinée vous trouverez également un index des personnalités citées pour ne pas se perdre durant la visite. Le pont des Arts, un véritable concentré d’anecdotes pour enfin briller au Trivial Pursuit et remporter ce fichu camembert marron.

Le Pont des Arts, Catherine Meurisse, Éditions Sarbacane, 2012, 19,90 €.

Page 1 of 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén