Auteur : Romain Deschambres

Aksebo met la littérature en box

Aksebo met la littérature en box

Test – Depuis décembre, Christelle Moreau, psychanalyste, et Simon Tripnaux, développeur web, forment le couple parfait pour se lancer dans l’aventure de la première box littéraire française. 0 % tête de gondole et 100 % découverte, Aksebo s’annonce comme un remède pour les curieux qui ne veulent plus bouffer ce qu’on leur donne.

15 jours avant la fin du mondeLa racine de l’OmbuLe 116, centre d’art contemporainLes Oiseaux architectes – Le montreur d’AdzirieInterview de Christelle Moreau

Le ton est donné. Dans cette box, on ne retrouvera pas les derniers ouvrages de Marc Levy, ni le dernier tome d’Astérix et Obélix. En lisant le dossier de presse, les seuls mots mis en gras sont se laisser surprendre. Une idée qui n’a rien pour me déplaire.

Être surpris oui, mais pas sans filet. Aksebo me propose alors de choisir des thématiques qui me correspondent. Théâtre, arts visuels, architecture, BD, la liste est vite trouvée.

La Box Aksebo n’est certainement pas la plus aguicheuse du marché. Dans mon carton, un simple papier noir vient enrober un sac en papier kraft estampillé du logo. De la simplicité, et du recyclé-recyclable. Jusque-là, mon âme d’écolo-bobo est plutôt satisfaite.

À l’intérieur, pas moins de sept marque-pages viennent accompagner cette promesse de découverte littéraire. Si l’objet est utile, la perspective de commencer sept livres à la fois ne m’enchante guère. Admettons alors cette coquetterie de lecteur, qui coûte peu de choses, et qui ne risque pas encore de détruire nos forêts.

À cela s’ajoute un petit cale-livre toujours utile, quelques flyers (au hasard, Sortir du nucléaire), et enfin le fanzine du mois. Car tous les mois un fanzine différent est envoyé avec la box.

Ici, il s’agit d’IF Magazine, semestriel culturel toulousain, distribué dans toute la France.

Et ces livres alors ?

15 jours avant la fin du monde, LL de Mars, 6 pieds sous terre, 2004

Trente pages de bande dessinée dans lesquelles l’auteur nous décrit une banale discussion entre deux hommes férus de salles de sport. Le temple du culte du corps nous offre un théâtre rempli de haine, d’individualisme, de racisme et d’inculture.

Sous cette plume drôle et acide, il ne pouvait se cacher qu’un auteur maudit par la vie, un peu trop engagé dans une lutte contre l’inculture qu’il ne gagnera jamais. C’est du moins ce que l’on peut comprendre en lisant sa très cynique biographie.

En bon soldat contre la bien-pensance et la culture de masse, c’est ainsi qu’il écrit en 2005 Henri, le lapin aux grosses couilles. Titre provocateur qui ne peut que nous rappeler les récentes manifestations contre ces ouvrages de littérature jeunesse qui viendraient pervertir nos enfants.

La racine de l’Ombu, Julio Cortazar et Alberto Cedron, CMDE, 2013

Éditée aux éditions CMDE en 2013, la bande dessinée des deux Argentins date pourtant des années 1970. L’artiste peintre Julio Cortazar et l’écrivain Alberto Cedron mettent des images et des mots sur la dictature argentine.

Censuré dans leur propre pays, l’ouvrage ne sera édité qu’à 300 exemplaires au Vénézuela sans même l’accord de leurs auteurs. Ce n’est que 30 ans plus tard que les familles des auteurs rencontrent Mathias de Breyne pour lui demander de le traduire et de l’éditer en France.

Avec ses influences punk, difficile de rester à l’aise devant des images aussi puissantes que morbides. L’histoire de l’argentine du XXe siècle nous est racontée sur fond de tête de mort, de couleurs criardes, de corps déformés et d’hommes-larves (qui ressemblent plus à de grosses sauterelles qu’à des larves).

Les hommes-larves, qui représentent ici la dictature, ne sont pas sans rappeler les rhinocéros de Ionesco, qui dénonçait déjà la montée du totalitarisme avant la Seconde Guerre mondiale. Si toutefois Rhinocéros était bien ancré dans le théâtre de l’absurde, La racine de l’Ombu a quant à elle, au moins un pied dans le réel. Ce qui n’a rien de rassurant.

Le 116, centre d’art contemporain, Isabella Chiesa, Carapace, 2014

La maison d’édition Carapace est née de la volonté de valoriser le patrimoine architectural lyonnais. Depuis sa création en janvier 2013, Françoise Debuyst s’est lancé pour objectif de publier un ouvrage par mois.

C’est dans ce petit format d’une trentaine de pages que l’architecture trouve un écho simple, très grand public et abordable.

Ce septième numéro est consacré au centre d’art contemporain, Le 116, à Montreuil. Architecture qui impressionne par l’extension contemporaine de son architecte Bernard Desmoulin, sur une maison bourgeoise du XIXe siècle.

Affaire à suivre pour les amateurs d’architecture.

Les Oiseaux architectes – Le montreur d’Adzirie, Roland Shön, IIM L’Entretemps, 2009

Les éditions de L’Entretemps sont spécialisées dans les arts du spectacle. En collaboration avec l’Institut international de la marionnette, ils livrent deux textes de l’auteur Roland Shön, commentés par Jean-Luc Mattéloi.

L’ouvrage en question a permis la naissance d’une collection Interlignes dédiée à l’art de la marionnette. Entre 2009 et aujourd’hui, on s’étonne tout de même que la collection n’ait pas été alimentée au-delà.

Pourtant ce recueil de deux pièces pour marionnettes, très richement complété par les analyses de Jean-Luc Mattéoli, offre une immersion dans le travail de Roland Shön, essentielle pour les metteurs en scène et autres spécialistes des arts scéniques.

>> Page suivante : Entretien avec Christelle Moreau, cofondatrice d’Aksebo

On s’est fait cintrer en soutien aux espagnoles

Diaporama sonore – Retour en arrière pour l’avortement en Espagne. Depuis le projet de loi déposé en décembre dernier par le gouvernement Rajoy, des manifestations de soutien ont lieu dans toute l’Europe. Vendredi 7 mars, Osez le féminisme 37 organisait, à Tours, une installation plastique participative pour rappeler l’enjeu européen que suscite l’interruption volontaire de grossesse.

Des aiguilles à tricoter, de l’eau de javel, ou encore des cintres, voilà les outils qui seront bientôt à la disposition des femmes espagnoles qui verront les conditions d’accès à l’avortement se réduire au viol et à quelques rares cas de danger psychologique pour la mère.

Outils utilisé dans certains cas d'avortements clandestins. Romain Deschambres - La Déviation

Outils utilisé dans certains cas d’avortements clandestins. Crédits Romain Deschambres

En décembre, Osez le féminisme n’avait pas attendu pour réagir et avait lancé une campagne virale efficace. Un cintre, l’inscription « nunca mas », une photo et un partage sur les réseaux sociaux.

Il y a l’envie de descendre dans la rue autrement que par la manif.

« La présence dans l’espace public, la volonté de soutenir les femmes espagnoles et l’image des cintres qui existait déjà » sont les trois éléments qui ont donné l’envie à Zazou, plasticienne de proposer cette installation à l’antenne locale de l’association.

L’artiste militante fait part de « cette envie de descendre dans la rue autrement que par la manif ». Participer à cette action, ça veut dire « s’engager ou ouvrir le dialogue ».

Car le militantisme ne doit pas uniquement se faire sur les réseaux sociaux. Osez le féminisme 37 revendique le fait de sortir du virtuel pour engager un dialogue réel.

Rencontre en son et en image.

Une loi européenne

Avec Zazou, nous avons parlé de son installation plastique. Une fois le micro coupé « je n’ai pas parlé du plus important », s’empresse-t-elle de dire. On rallume.

« Le but de cette installation est de faire un rapport auprès du Parlement européen ». Il ne s’agit pas uniquement de sensibiliser sur l’avortement et sur la situation espagnole, mais bien d’agir auprès des institutions européennes.

« Le Parlement européen trouve qu’en matière du droit des femmes, c’est la souveraineté des États. Ils ne veulent pas intervenir au niveau européen. Nous, on préférerait qu’il y ait une protection, de manière à ce que l’Irlandaise, l’Espagnole, l’Italienne ou la Française parte sur un même pied d’égalité »

Les militantes sont facilement repérables grâce à leur code vestimentaire unique. La blouse blanche, en symbole du cadre médical dans lequel l’avortement doit continuer de s’effectuer.

« Certains pensent que nous sommes des sages-femmes. ». Un autre combat, qui n’est pas celui d’Osez le féminisme.

Je demande à l’une d’elles « Qui est la présidente de l’association ? » Certainement le meilleur moyen de se faire détester, on ne tarde pas de me répondre qu’il n’y a « pour le moment pas UNE présidente. Tout le monde est à égalité. »

Une organisation horizontale dans les faits, pyramidale sur le papier. Mélanie Goyeau, non-présidente d’Osez le féminisme 37, se présente alors en porte-parole de l’association.

Mélanie Goyeau, porte-parole d'Osez le féminisme 37. Crédits Romain Deschambres - La Déviation

Mélanie Goyeau, porte-parole d’Osez le féminisme 37. Crédits Romain Deschambres

« À Osez le féminisme, on essaie de sensibiliser les gens qui ne sont pas encore sensibilisés ». À travers ces actions, Mélanie Goyeau veut « aller à la rencontre du public, lui faire prendre conscience que ce n’est pas encore gagné l’égalité. »

On ne veut pas simplement recevoir des fleurs pour la Saint-Valentin.

« On essaye de faire ça de façon ludique et drôle ». Elle prend l’exemple d’une campagne visuelle pour la Saint-Valentin intitulée Couchons ensemble avec une image de couche. « Les hommes et les femmes doivent être équitables dans les tâches ménagères. On ne veut pas simplement recevoir des fleurs pour la Saint-Valentin. »

Au stand café et agrafage de photos sur cintre, une militante appelle à l’aide masculine. « Tiens un homme, tu vas pouvoir me réparer mon agrafeuse ». Ça n’est pas une réaction très féministe. Elle esquisse un sourire. C’est une blague évidemment.

Diapéro, l’évangile du diaporama sonore

Reportage – Mardi 26 février avait lieu le cinquième rendez-vous Diapéro, à Paris. Organisée par les journalistes Gilles Donada, Marianne Rigaux et Paul-Alexis Bernard, la rencontre trimestrielle vise à réunir les adeptes du diaporama sonore. À l’heure ou le journalisme web est en constante évolution, quelle place donner à ce format ?

Chez « La Déviation », aborder la question du diaporama sonore n’est pas anodin. Pour une raison simple : nous évoluons sur le web. Pour des raisons moins simples : nous nous efforçons d’être les producteurs des contenus présents sur ce site, nous cherchons à sortir du temps journalistique de plus en plus rapide et enfin nous nous questionnons sur les formats journalistiques qu’ouvre le web.

D’après Gilles Donada, en charge du développement éditorial de l’audience digitale web chrétien à Bayard, le diaporama sonore répond en partie à nos questionnements de jeunes journalistes. « Contemplatif et informatif », le format est «  plus puissant en terme de narration que les vidéos qu’on trouve sur le web et à la télé ».

Par l’addition de ces deux moyens d’expression, par un travail judicieux, une sorte de contre-point, de dialogue, de danse même… Il y avait une forme d’expression que je n’avais jamais vu jusque-là.

Gilles Donada découvre le diaporama sonore lorsqu’il est, de 2009 à 2012, responsable du site Pelerin.com. Les photo-reporters du média viennent lui proposer de créer une extension web à leurs reportages diffusés sur la version papier. « Le son apporte du relief », explique-t-il.

Ce sont ces premières rencontres qui poussent Gilles Donada à collaborer avec le service iconographique du magazine.

Valoriser le photo-reportage

Aujourd’hui il œuvre à « l’évangélisation » du format au travers de ces rendez-vous trimestriels. Le temps d’une soirée, les Diapéro permettent de découvrir, de visualiser des diaposons, d’échanger entre journalistes, photographes, réalisateurs, diffuseurs, producteurs et curieux.

Échanger, c’est ce que j’ai fait avec Gilles Donada qui se trouve à l’autre bout de mon micro.

Et alors ? Ce cinquième diapéro ?

Le début des festivités annonçait 19 h. Mais pour ce cinquième rendez-vous, l’évènement se déroule dans un quatrième lieu.

Après le Café de Paris et le Comptoir Général, c’est maintenant au tour des Voûtes, rue des Frigos, à Paris, de passer le test de la qualité visuelle et sonore et de la convivialité. Des critères essentiels pour Marianne Rigaux, journaliste et membre très active des Diapéro.

Les portes n’ouvrent pourtant pas avant 20 h. « On a l’image mais pas de son », entend-on. Le message est clair. Direction le bar pour un moment de convivialité.

Il n’y a pas trop le choix de la boisson, mais le lieu sous les voûtes est chaleureux. J’en profite pour discuter avec un jeune journaliste. Il a entendu parler des Diapéro car il vient juste de suivre une formation dirigée par Marianne Rigaux. Panne de courant. Décidément.

Une fois tous installés dans la salle entre les sièges de cinéma et les chaises de campeur, la rencontre débute avec la réalisation d’une journaliste de France Info. Étonnement ! Radio France investirait le diaporama sonore ?

Mon veau s'appelle Hashtag - Crédits France Info - La Déviation

En réalité, la proposition de Clara Beaudoux tient plus de la Pom (comprendre petite oeuvre multimédia). L’équipe des diapéros ne souhaite pas se restreindre au rendez-vous stricte autour du diaporama sonore.

D’ailleurs, les réalisations se permettent très souvent de courts extraits vidéos. Et de toute évidence, le web casse les formats. Les règles sont souvent faites pour ne pas être respectées. C’est dans cet esprit que les trois organisateurs déclarent Mon veau s’appelle hashtag comme étant leur coup de cœur du trimestre.

 Des photo-reporters, on n’a pas ça en stock.

Radio France va-t-elle développer ce genre de format ?

Réponse en demi-teinte. Et c’est Xavier Meunier qui s’y colle. En tant que rédacteur en chef des nouveaux médias à Radio France, il répond en bon communicant.

Après avoir dispersé quelques mots-clés pour rappeler la équalité exceptionnelle de production du groupe Radio Franceé, il faut bien comprendre que les budgets ne sont pas à destination du web.

Cependant, il rappelle, à raison, que le web est un grand chantier qu’il faut investir. Seulement, pour les quelques pigistes qui espèrent collaborer avec la radio publique, la passerelle entre la FM et la toile semble destinée à l’équipe interne.

Ainsi, pour le travail photographique, c’est Clara Beaudoux elle-même qui s’en charge. Pourquoi ? « Des photo-reporters, on n’a pas ça en stock », répond Xavier Meunier.

Journaliste ou réalisateur ?

Entre en scène, Alexandre Marionneau, qui est conseiller documentaire à France 2. Il coordonne notamment le concours de courts-métrages documentaires Infracourts, diffusés dans le cadre de l’émission Infrarouge. Lors de la première édition du concours, qui s’est achevée début janvier, l’équipe de Diapéro avait largement mobilisé ses troupes.

Le résultat est convaincant, au point que le documentaire Revivre de Christophe Siebert et Sonia Winter se voit sélectionné parmi les dix lauréats. S’il est difficile de remettre en cause le travail des deux réalisateurs, l’objet interroge sur le bon équilibre entre le travail sonore et visuel.

Au fil des projections, il semble que le diaporama sonore soit avant tout une affaire de photographes.

L’intervention de Christophe Siebert, photographe, vient confirmer cette impression. Les témoignages sont difficilement audibles, le son n’est pas propre, alors que les images sont parfaitement maîtrisées.

Marianne Rigaux commence d’ailleurs par lui demander « Comment avez-vous effectué votre captation sonore ? Vous étiez loin, non ? ». La réponse est simple : « J’ai pris le son avec mon deuxième appareil photo. »

D’après Alexandre Marionneau, la réalisation a plu au jury car il traitait le sujet de la maladie d’une façon différente et positive.

Pour l’équipe de Diapéro, savoir que Revivre est diffusé sur France 2 est une victoire. Cela signifie que l’image fixe a aussi sa place et son intérêt à la télévision.

Ouvert à toutes propositions

La dernière partie de soirée s’ouvre sur les Diap’open. Le concept est simple. Chacun est libre d’envoyer ses réalisations auprès de l’équipe qui se chargera d’effectuer une sélection. Ce soir-là, sept diaposons se retrouvent diffusés.

La soirée ne manque pas de rythme. Les réalisations font en général trois ou quatre minutes et sont entrecoupées de courtes interventions, de l’équipe organisatrice ou des journalistes-réalisateurs.

S’enchaînent alors les réalisations avant d’arriver à la dernière étape de ce diapéro : la rencontre. Convivialité oblige, le bar est présent et les lumières sont tamisées. Producteurs, diffuseurs et journalistes peuvent alors profiter de cet instant pour étoffer leur carnet d’adresses.

D’ici là, les diaporamas sonores diffusés sont visible sur Vimeo, car il faudra attendre juin pour le Diapéro #6. Les Voûtes semblent parfaites. Et s’il fait beau, le jardin sera investi.

Mon frère, ma princesse et le théâtre jeunesse

Diaporama sonore – Le festival Désir Désirs œuvre depuis 21 ans, dans la ville de Tours, à offrir une programmation cinématographique autour de la thématique du genre. Cette année le festival s’est associé à la bibliothèque centrale pour proposer la lecture de Mon frère, ma princesse, pièce de théâtre jeunesse de Catherine Zambon.

Les dernières dénonciations entendues dans les Manifs pour tous envers certains ouvrages comme Papa porte une robe ou Tous à poil ont amené certains militants à réclamer la censure de ces livres dans les bibliothèques municipales.

Je me suis rendu à cette lecture. Mon frère, ma princesse représente-t-il un danger ?

Mercredi 19 février, nous sommes à la bibliothèque centrale de Tours et il est bientôt 16h. La compagnie Möbius-Band semble très sereine à quelques minutes de l’entrée en scène.

Les interrogations portent plus sur la rencontre qui aura lieu après. Les bibliothécaires ont aperçu un homme susceptible de perturber la représentation. « Pas d’inquiétude ! C’est un habitué, il aime juste faire valoir son opinion », nous dit-on. Pauline Bourse, metteuse en scène, précise : « Le débat est fait pour les enfants, nous voulons juste parler du texte. »

« Il n’est pas question de faire des sélections »

Car lorsque la bibliothèque centrale a pris connaissance du projet initié par l’équipe du festival Désir Désirs, la polémique n’existait pas encore. Mais depuis début février, la bibliothèque a reçu un message indiquant une liste des ouvrages à retirer, comme cela a été le cas dans d’autres villes.

Si la démarche militante reste très marginale, elle n’en a pas moins fait réagir les personnes concernées. Colette Girard, adjointe à la culture à la ville de Tours, avait déjà profité de l’inauguration du festival, le 12 février, pour s’indigner contre cet appel à la censure.

Pour Céline Gitton, coordinatrice de l’action culturelle pour la bibliothèque municipale de Tours, « il n’est pas question de faire des sélections, c’est hors de propos pour un bibliothécaire ».

Ce texte parle de l’identité, et le théâtre est bien l’endroit où l’on change d’identité.

La représentation théâtrale souffre malgré elle de l’actualité chargée autour du genre. La rencontre prévue après la lecture n’attire que les adultes et transforme ce moment d’échange en débat sur la littérature jeunesse.

« Doit-on donner autant de visibilité à ces problématiques ? » « Sont-elles sur-représentées ? » « Diffuser une œuvre littéraire traitant du genre est-il un geste politique ? »

Si la contestation a trouvé son unique porte-voix dans l’assemblée, son écho retentit sans encombre, obligeant les comédiens, la bibliothèque et les responsables du festival à justifier méticuleusement leur choix et assurer qu’aucun complot ne vise à transformer nos enfants en ce qu’ils ne sont pas.

Contrairement à ce que le titre Mon frère, ma princesse peut laisser suggérer, Alyan, 5 ans, ne cherche pas à tout prix à devenir une princesse. Au fur de la pièce, il se voit en dragon, en maman, en fée Nayla ou encore en pétunia.

La seule chose dont il ne se réclame pas, c’est bien d’être un garçon, ce qui déclenche bien évidemment les réactions de son entourage. Face à l’incompréhension de la mère et aux moqueries des camarades de classe, sa sœur Nina le défend.

« Ce texte parle de l’identité, explique la metteuse en scène, et le théâtre c’est bien l’endroit où l’on change d’identité. » Car les différents protagonistes qui gravitent autour d’Alyan peuvent difficilement se prévaloir d’être les parfaits stéréotypes masculins et féminins.

La mère avoue ne jamais porter de robe et a un poste à grande responsabilité. Nina joue au foot et trouve les princesses stupides. Et enfin Dillo, camarade de Nina, ne veut pas se battre et trouve le rose cool.

Le comédien Mikaël Teyssié passe d'un personnage à l'autre. - La Déviation

Le comédien Mikaël Teyssié passe d’un personnage à l’autre.

Si le texte de Catherine Zambon réussit à apporter un très beau message de tolérance, la lecture théâtralisée proposée par la compagnie Möbius-Band ouvre une autre dimension à ce récit.

Les deux comédiens disposent de codes vestimentaires (bonnets, vestes) pour interpréter les six personnages principaux de la pièce.

Au fur et à mesure que le rythme de la lecture s’accélère et que les personnages se répondent, les changements de costumes s’emmêlent. Dillo ou Ben se retrouve interprété dans l’ombre du costume d’Alyan et inversement.

Outre la magnifique coordination des comédiens qui réussissent à donner une dimension comique à des endroits où elle n’existait pas dans le texte, les personnages se confondent pour leur apporter une nouvelle lecture. On ne sait plus qui parle. On ne sait plus qui est qui. Et peu importe.

Mon frère, ma princesse a reçu le prix Collidram pour l’édition 2012-2013. Chaque année, l’association Posture invite un comité de collégiens à sélectionner 4 pièces de théâtre contemporaines. Il a également reçu le dixième prix de la pièce de théâtre contemporain pour le jeune public, décerné par la bibliothèque de théâtre Armand Gatti, l’Inspection Académique du Var et le rectorat de Nice.

Mon frère, ma princesse, de Catherine Zambon, éditions l’école des loisirs, 2012, mis en scène par Pauline Bourse, Compagnie Möbius-Band avec Émilie Beauvais, Mikaël Teyssié et Pauine Bourse.

Qui a peur de Vagina Wolf -- La Déviation

Cinéma : Qui a peur de Vagina Wolf ?

Interview – À 40 ans passés, Anna Margarita Albelo endosse les casquettes de réalisatrice, DJ, journaliste et militante féministe et LGBT. Son premier long-métrage de fiction « Qui a peur de Vagina Wolf ? » (sortie en salles le 19 mars) n’est pas seulement le remake lesbien de la pièce de théâtre d’Edward Albee « Who’s afraid of Virginia Woolf ? », c’est aussi et avant tout l’histoire d’une réalisatrice vivant dans le garage d’une amie qui, le jour de ses 40 ans, n’a toujours pas réalisé le film dont elle rêvait.

Ce dimanche n’aura pas vu le soleil sans raison. Dans les couloirs des cinémas Studios de Tours, le sourire d’Anna Margarita Albelo attire toutes les bonnes humeurs. Elle est venue aujourd’hui présenter son premier long-métrage de fiction au festival Désir Désirs.

Du côté de l’organisation du festival, c’est un véritable bonheur d’accueillir un film LGBT qui respire autant de joie. Un film à l’image de sa réalisatrice. Je suis allé à sa rencontre.

La Déviation – « Qui a peur de Vagina Wolf ? » promet un film lesbien qui ne l’est finalement pas tant que ça. Pourquoi est-il aussi facile de se reconnaître dans Vagina Wolf ?

Anna Margarita Albelo – C’est un film à double tranchant. Je me suis demandée comment écrire un film qui parle à tous. Et je crois que j’ai réussi avec mon film à rester fidèle aux différentes identités de ces femmes lesbiennes et à offrir ce film au public le plus large possible.

Si tu veux, aujourd’hui, pour une réalisatrice comme moi, il s’agit de trouver sa place devant le grand public et de trouver les financements pour diffuser le film en salle et à la télévision. Toucher plus de monde, c’est aussi toucher des jeunes excentrés, en dehors des grandes villes ou de la culture.

J’ai produit ce film moi-même, en coproduction avec un producteur français. Plus de 400 personnes ont participé au financement en apportant 27.000 $. La production s’est faite de manière hybride. Pour moi c’est énorme, car ça veut dire que tous ces gens ont cru en mon scénario et en mon travail de réalisatrice. Même le simple fait d’être aujourd’hui en France est incroyable. Je n’aurais jamais pensé être distribuée. Mon plus grand désir, c’est de continuer à être intègre tout en m’adressant au grand public.

Le film met en scène deux producteurs prêts à donner 4.000 $ pour votre film avec quelques réserves : le film doit être sexy.

L’un des problèmes avec le cinéma lesbien, c’est qu’en général c’est un cinéma très sexy qui excite les hommes hétérosexuels… entre guillemets hein ! Si tu fais un film lesbien et qu’il n’y a pas de scène de cul et de belles actrices sexys, c’est difficile de trouver de l’argent. Pourtant il faut soutenir le cinéma.

Je crois qu’en France, on a très bien compris qu’il fallait soutenir le cinéma d’art et essai indépendant. Si le Centre national du cinéma ne donnait pas d’argent, on ne produirait qu’à peine 10 % de la production indépendante. Car qui donnerait cet argent ?

La sexualisation des gays et des lesbiennes est un problème.

En plus de ça, dans le film, les deux producteurs sont gays. Ce ne sont pas des hétéros qui disent « on veut voir des lesbiennes baiser ». Moi, ça fait quinze ans que je fais des films et que je parcoure les festivals LGBT. C’est la même réalité pour tous. C’est toujours du militantisme que de proposer un film lesbien intelligent qui ne parle pas forcément de cul.

Par exemple, La vie d’Adèle marche très bien et j’en suis contente car je pense que ça donne de la visibilité aux histoires lesbiennes, malgré le fait que ce film soit réalisé par un homme. Car le problème c’est que l’on regarde ces films avec ces scènes de sexe sans jamais penser que l’on pourrait faire sans. La sexualisation des gays et des lesbiennes est un problème. Je pense venir en complément à cette production. Je veux apporter un autre regard.

Est-ce que l’expérience de cette réalisatrice qui vit dans le garage d’une amie pour financer son film est l’expérience d’autres réalisateurs ?

Aux États-Unis, c’est l’histoire du cinéma indépendant depuis toujours. Même John Cassavetes a réalisé ses films indépendants de cette façon dans les années 1970 car Hollywood ne voulait pas produire ses films.

Oui, je suis le cliché de la réalisatrice qui vit dans un garage, qui veut faire un film et qui fait tout avec trois fois rien. Malgré le peu d’argent qu’on avait, on désirait tout de même une production de la plus grande qualité possible. Je ne voulais pas qu’on dise « Ah ! Encore un film lesbien fabriqué avec deux bouts de ficelle ! » et que ça soit cet élément là qui nous ferme les portes de la distribution.

Avec mon équipe, qui n’est pas exclusivement lesbienne puisqu’il y a des gays et des hétéros, nous voulions montrer que ce n’est plus un cinéma ghetto. J’adore le cinéma underground, et j’en ai fait. Mais mon évolution, c’est d’accéder au grand public. Et surtout avec de l’humour. Parce que ça n’est pas toujours facile d’être lesbienne et féministe.

On a tous en tête le stéréotype de la nana pas drôle, agressive, méchante et bornée. Pourtant ça fait 25 ans que je suis féministe et lesbienne et que j’adore la comédie. J’utilise la comédie pour trouver une universalité entre nous. Ici il s’agit de l’histoire d’une nana qui veut faire un film. Mais ça aurait pu être l’histoire d’un mec qui veut construire un bateau ou d’une femme qui veut construire une maison pour sa famille. On a tous des buts et ce film démontre qu’on peut y arriver malgré un environnement hostile.

L’évolution du cinéma lesbien que vous évoquez, c’est la votre ou celle de la production lesbienne ?

Je pense qu’il y a de moins en moins de films lesbiens car il est de plus en plus difficile de trouver de l’argent. Et ça n’a jamais été facile. Ça, c’est juste la réalité. Mais on est plusieurs, à l’international, à continuer à faire des films et à y mêler nos vies… J’ai quand même vécu dans un garage.

L’intérêt, c’est de continuer à communiquer avec le monde. Il y a énormément de gens qui n’ont pas fait leur coming-out. Et ce n’est qu’à la télévision ou dans le cinéma grand public qu’ils peuvent voir des tranches de culture gay ou lesbienne.

Si tu dis que tu es lesbienne, les gens pensent tout de suite à deux femmes en train de baiser.

Certaines personnes ont peur d’aller dans les festivals et librairies LGBT, ou tout simplement d’en parler autour d’eux. Et en même temps quand tu découvres ton homosexualité, les images que tu voies sont très sexualisées. Si tu dis que tu es lesbienne, les gens pensent tout de suite à deux femmes en train de baiser. Il faut s’approprier cette sexualisation des identités et proposer d’autres alternatives.

Quel regard portez-vous sur les dernières manifestations françaises autour des questions du genre ?

Je suis étonnée car lorsque j’ai fini l’université, j’ai immigré en France en 1993, et j’ai vécu ici pendant seize ans. Aux Etats-Unis, on associe la France aux droits de l’homme. On voit la France comme un pays avant-gardiste car il y a beaucoup d’artistes et de têtes pensantes en avance sur leur temps. Et en même temps il y a une culture très conservatrice.

Je n’avais pas imaginé qu’elle pourrait en arriver au point d’organiser les Manifs Pour Tous.

Du coup j’ai amené mon grand costume de vagin en France pour la sortie du film. Je vais manifester devant l’Assemblée nationale et devant le siège social du PS avec une pancarte et des slogans pour la PMA et tout simplement pour l’égalité.

La devise de la France, c’est tout de même Liberté, Égalité, Fraternité. Et tu te rends compte que certains ne comprennent pas ce qu’est l’égalité. Si tu commences à choisir qui est égal et qui ne l’est pas, ça n’est plus l’égalité. Je suis juste étonnée de voir que c’est en France qu’il y a ce débat et qu’il faut combattre des gens qui pensent que l’égalité est une histoire de sélection.

Qui a peur de Vagina Wolf, d’Anna Margarita Albelo, avec Anna Margarita Albelo, Guinevere Turner, Janina Gavankar, 1 h 24, Local Films, 2014.

Chapitre : les salariés occupent les lieux

Reportage – Depuis l’annonce de la liquidation judiciaire de l’enseigne Chapitre le 2 décembre, les 57 librairies françaises avaient deux mois pour trouver acheteur. Le 10 février, le tribunal de commerce de Paris a statué la fermeture définitive de 23 d’entre elles. Depuis, la CGT, syndicat majoritaire des salariés, appelle à l’occupation des lieux afin d’obtenir la réévaluation des primes de licenciement.

Pour les salariés des enseignes de Lyon, Boulogne ou encore Tours, le dernier chapitre n’a pas eu le dénouement espéré. Parmi les 23 librairies qui ont dû fermer leurs portes lundi soir, neuf sont actuellement occupées d’après la CGT. J’ai rencontré les occupants à Tours.

Mardi 11 février 2014, 16 h. « L’heure tranquille » est un nom qui sonne parfois comme une malédiction pour le centre commercial qui accueille les 17 salariés de l’enseigne Chapitre tourangelle. Ils ne sont pas nombreux à arpenter la galerie commerciale en ce jour pluvieux. Seuls quelques rares passants marmonnent leur soutien à la vue des drapeaux CGT, et des doux messages à l’attention des patrons du groupe.

« Il n’y a jamais eu autant de clients qu’en ce moment »

À l’intérieur, Damien, libraire spécialisé BD, polar et science fiction, est seulement accompagné d’une militante CGT. Ils gardent le fort pendant que le reste de l’équipe rencontre Marie-France Beaufils, maire communiste de Saint-Pierre-des-Corps et sénatrice d’Indre-et-Loire. « Il n’y a jamais eu autant de clients qu’en ce moment », blague Damien.

La librairie n’a jamais réellement décollé depuis son installation en 2009. « L’heure tranquille » serait-elle trop tranquille ? Damien acquiesce. Le climat désertique de ce centre commercial ne permettait pas d’espérer une potentielle reprise de l’activité.

De l'extérieur, les passants découvrent la situation des salariés.

De l’extérieur, les passants découvrent la situation des salariés.

Depuis lundi soir, ils sont « quatre, allez cinq salariés » à participer à cette occupation. Douze manquent à l’appel. « Ils ne se sentent pas concernés, ils ont tourné la page », regrette Séverine, libraire ultra-mobilisée. On ne la verra que quelques courtes minutes. Elle court partout pour mobiliser médias et politiques.

Une prime de 880 €

À l’origine, ce sont les salariés de Montbéliard qui les ont appelés pour leur proposer d’organiser cette mobilisation. « C’est un mouvement qui est venu des salariés syndiqués », précise Damien. Car à Tours, aucun n’appartient à la CGT.

Il n’y aura plus de reprise possible, ils n’y ont jamais cru. Mais les conditions de départ ne sont pas satisfaisantes. Avec cinq ans d’ancienneté, un salarié comme Damien partira avec une prime de 880 €. La direction a été intransigeante. Les primes ne dépasseront pas les minimums légaux.

Seulement pour Damien il s’agit d’un non-sens. « Le stock restant des 23 librairies représente 11 millions d’euros et nos dirigeants préfèrent embaucher des intérimaires qui seront payés 50 % de plus pour emballer le stock. Ça veut dire qu’il y a bien de la trésorerie. Selon lui, les salariés qui avaient été licenciés plus tôt en 2012 à Saint-Nazaire avaient pu partir avec près de 20 000 euros d’indemnités. Aujourd’hui, la stratégie des occupants est bien de garder les stocks et d’empêcher l’arrivée des intérimaires.

La militante CGT en profite pour lire "Astérix chez les pictes". De quoi militer dans la détente.

La militante CGT en profite pour lire « Astérix chez les pictes ». De quoi militer dans la détente.

Jeudi prochain, un CE exceptionnel se tiendra pour éventuellement étudier la réévaluation des indemnités. « On n’a pas fixé de montant précis, mais partir avec moins de 1 000 euros, il y a un malaise », confie notre hôte, même s’il ne croît pas un seul instant que les négociations aboutiront positivement.

L’occupation continuera-t-elle ? Damien hésite à se prononcer. La fatigue se ressent déjà et les soutiens semblent trop peu nombreux. Pourtant la CGT a envoyé ses délégués départementaux.

« Si on s’ennuie, on a de la lecture »

Aucune manifestation n’est prévue pour le moment, mais la ministre et ancienne députée de Tours Marisol Touraine doit se rendre dans sa ville. Pour la syndicaliste, c’est l’occasion d’attirer l’attention au sein d’une autre mobilisation. Pendant ce temps, on s’occupe comme on peut. On s’informe sur La Rotative, le webzine engagé local.

« Des amis vont nous ramener un Scrabble, et puis si on s’ennuie on a de la lecture ». Avant de partir Damien m’invite à découvrir la sélection littéraire très spéciale qu’ils ont mis en exposition dans la vitrine. « Le livre pour trouver votre travail », « Manifeste des chômeurs heureux » ou encore « Avant de disparaître ».

Si la fin de partie des salariés de Chapitre ne connaît pas de fin heureuse, elle aura au moins le mérite d’être bien documentée.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén