Photo : @Keven_0

On y était : Woodkid au Zénith de Paris

Après un premier passage exceptionnel – et à guichets fermés – au Zénith de Paris, le 5 novembre, Woodkid avait programmé une date supplémentaire pour le public parisien. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que celui-ci n’a pas du tout été déçu !

Cette fois-ci aussi, ce 7 février 2014, Woodkid affiche complet au Zénith, parc de la Villette. Pourtant, lorsque j’arrive vers 19 h 30, il y a peu de monde. La fosse est encore presque vide, ce qui me permet de me placer à quelques mètres de la scène.

C’est une petite heure plus tard que commence la première partie du concert. Une mission toujours un peu ingrate, surtout pour ce soir-là où Woodkid se faisait grandement attendre.

En entendant cette première partie, j’ai compris pourquoi la fosse et le Zénith étaient vide jusqu’à 20 h 30. Pour ceux que ça intéresserait, écoutez un titre (mélange bizarre de style des années 1980-90) de Lawrence Rothman ici.

La première partie évacuée, le Zénith s’est rempli très très vite et la fosse s’est serrée progressivement jusqu’à ce qu’elle soit pleine à craquer.

Mais Woodkid s’est fait encore attendre.

Jusqu’à environ 21 h 30, quand les lumières s’éteignent brusquement, laissant le public crier dans le noir. Le rideau s’ouvre, mètre après mètre, et dévoile l’orchestre au complet sur une scène en escalier. Les cordes, les cuivres, les percus : elles sont toutes là !

Woodkid au Zénith de Paris - Crédits : Julien Baldacchino - La Déviation

La musique commence doucement sur l’air de Baltimore’s Fireflies et la voix douce et grave de Yoann Lemoine remplit la salle. Les cuivres, puissants, viennent par-dessus l’ostinato au piano. La mise en scène ne laisse rien au hasard. L’orchestre disposé sur ces escaliers laisse un large couloir central où Woodkid a la liberté de déambuler.

Derrière lui : un écran géant de cinéma projette les images animées créées par Yoann Lemoine : à chaque titre son thème et ses images – abstraites ou figuratives.

Le second titre s’enchaîne : il s’agit de The Golden Age, une des meilleures compo de l’album. Au milieu de la chanson, les percussions – dont les caisses s’illuminent à chaque son – entrent en jeu et le rythme s’accélère.

Avant d’entamer son titre le plus célèbre, Woodkid s’approche de la scène et dit, s’adressant à son public : “Messieurs, j’ai quelque chose à vous dire: I love you“. Le son est aussi bon qu’on pouvait l’espérer : les cordes vous arrachent des larmes et les cuivres des frissons.

Mécaniquement, tels des robots, les musiciens exécutent un moment brillant, intense, de musique.

L’ambiance monte et monte encore au fur et à mesure du concert. Plus on avance et plus la mélancolie et les sentiments de quelques morceaux laissent place aux sons énergiques et rapides, rythmés par les interventions de Woodkid et le son des caisses claires qui résonne.

Puis soudain, au milieu du concert, dix tambours apparaissent en haut de la scène et descendent vers la scène qui s’avance au milieu de la fosse. Mécaniquement, tels des robots, les musiciens exécutent un moment brillant, intense, de musique. Que des percus et la foule aime ça !

Puis vient le Stabat Mater, œuvre grandiloquente. Une introduction au rythme des tambours fait monter l’ambiance. Woodkid apparaît, frappe ses points dans l’air à chaque percu qui résonne, puis vient l’entrée fracassante des cuivres puis des cordes !

Le souffle épique enflamme la foule !

Il faut d’ailleurs noter que bon nombre des titres de l’album ont été introduits par des compositions inédites qui accompagnaient le jeu de lumière sur scène. En parlant de morceaux inédits, Woodkid en a présenté deux : Go, une douce ballade musicale, et Volcano, un morceau 100 % instru et percussions au rythme complètement démonté.

Woodkid a interprété aussi un de ses premiers titres disponible sur son EP : Brooklyn. Un quartier new-yorkais important pour lui car c’est là-bas qu’il a émigré pendant quelques années.

À la fin de Run Boy Run, l’un des derniers morceaux de ce concert grandiose, la foule a chanté pendant de longues minutes devant un Woodkid ému, le sourire large derrière sa barbe et les mains sur la tête à écouter son public au bord de la scène.

Une présentation de ses musiciens plus tard, il entame The Other Side - “encore une chanson joyeuse qui parle de la mort” plaisante t-il – pour laisser son public sur une note plus douce.

En ré-écoutant l’album le lendemain, ses enregistrements paraissent désormais bien “fades” comparés au spectacle épique auquel 6 000 chanceux ont eu droit ce soir-là.

Woodkid au Zénith de Paris - Crédits @LéaHbrt - La Déviation

Woodkid au Zénith de Paris – Crédits : @LéaHbrt

Connaître les dates de la tournée de Woodkid.

Gary Dagorn | 3 article(s) publié(s)

Journaliste formé à Metz. Curieux de tout, amoureux du 7e art et passionné par la politique. J'aime la musique classique et les lasagnes al pesto. Seul normand de la bande, mais je le vis bien.


Vous aimerez lire aussi

2 commentaires pour l'article “On y était : Woodkid au Zénith de Paris

Trackbacks & Pings

  • Live Report de la Fête du Bruit 2014 - La Déviation :

    [...] Lui et ses musiciens semblent heureux d’être sur scène, étant donné qu’il s’agit du dernier concert de l’été pour eux. Il jouera presque tous les morceaux de son album The Golden Age. La foule s’agite lorsqu’il dit qu’il va jouer un nouveau morceau, mais il s’agit en fait de Volcano, qu’il joue sur scène depuis novembre 2013…  (Lire par ailleurs : Woodkid au Zénith de Paris au printemps 2014). [...]

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 5 = 1

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil