12-hommes-en-colere - Jury La Déviation

Jurés d’Infracourts : qu’est-ce qu’on attend ?

Et si nous nous prenions pour les jurés d’un prix cinématographique ? France Télévision et la Scam nous permettent cette expérience, grâce au concours de mini-documentaires vidéo Infracourts, pour lequel le public est appelé à voter. Nous relevons le défi.

Le comité de présélection a gardé 30 films parmi les 468 qui lui ont été adressés. Aujourd’hui, 28 restent en compétition. Tous doivent répondre à la problématique imposée : “qu’est-ce qu’on attend ?” et durer moins de 3 min 15.

Les internautes peuvent voter sur cette page jusqu’au 5 janvier pour décerner le prix du public. Le règlement indique que le lauréat recevra un contrat d’aide à l’écriture pour une forme documentaire et qu’il rencontrera des professionnels du documentaire.

Sylvain Ernault

J’ai regardé la totalité des films d’une traite, sans m’attarder ni sur le total des votes déjà attribués, ni sur les noms des auteurs et sans savoir à l’avance de quoi il en retournait.

Mon coup de cœur c’est La tente suspendue de Barthélémy Olivier. C’est le portrait de Kader, un sans-abris qui vit près de la Place de la République, à Paris, donc près du canal Saint-Martin, mais aussi du 4 étoiles Crowne Plaza.

Un bonnet vert vissé sur la tête, assis près de quelques journaux, Kader regarde les Parisiens passer, sans aigreur, a priori sans envie. Certains le saluent, discutent et plaisantent avec lui. L’homme n’est pas en colère, il est plutôt amusé par ceux qui lui ont apporté un gros matelas dont il ne fera rien. Il est surtout désabusé et n’attend plus rien de la vie.

Bathélémy Olivier a posé sa caméra près de Kader avec modestie, sans ajouter un mot. Il a rencontré l’humain que la ville déshumanise. Même si Kader affirme s’être lui-même exclu, on y voit processus de mise au ban que subissent ceux qui n’aiment pas les normes.

J’aime ce documentaire parce qu’il raconte une histoire actuelle, sans truchement, car on ne pourra pas dire que le film est mis en scène.

C’est le premier film du concours que j’ai visionné, je m’efforce de penser que ça n’a pas influencé mon choix.

Dans une toute autre forme, j’ai également apprécié Foi, espérance et efficacité, par l’association ACTE Cinéma.

Comme dans L’attente suspendue, les documentaristes traitent de la question du mal-logement en France, en présentant cette fois la cité du Haut-du-Lièvre, à Nancy. C’est un quartier de grandes tours qui abritent des logements sociaux depuis les années 1950.

La barre la plus impressionnante du “Haudul”, et, disons-le, la plus monstrueuse aussi, fait 400 mètres de long, compte quinze niveaux pour 917 logements. Le quartier comporte en son point central une prison, ce qui vue du ciel rend, comme vous pouvez l’imaginez, l’ensemble architectural des plus esthétiques, dans le style jardin à la française.

Le discours politique de critique sociale du documentaire est affirmé. Il s’inscrit dans un montage original. Le tout dure deux petites minutes. Ici, le temps court n’est pas un handicap. Il devient même un allié, sans pour autant faire du film un clip militant, car il appelle surtout à réfléchir.

Mon dernier vote va vers Jules (1918 -), de Julien Cabon et Marina d’Été.

Beaucoup de films traitent de la fin de vie des anciens dans cette sélection. Signe des temps moroses ? Ce n’est donc pas un sujet original. Toutefois ce film sort de l’ordinaire car son héros et personnage unique est tout à fait atypique.

Jules Ollivier – nous dirons Jules pour respecter la simplicité de l’homme – a 95 ans. Il se considère lui-même “dans l’antichambre de la mort”, bien qu’il ne “soit pas pressé”. Il est originaire de Gouarec, un village costarmoricain du Kreiz Breizh dont la page Wikipédia est illustrée par une photo du cimetière.

Sur la tombe de son père devant laquelle Jules va se souvenir, la croix est catholique. Mais Jules ne croit pas à l’au-delà. Il croit en revanche à l’amour, bien que le temps de chien “n’y soit pas très propice”. Chantant Carmen, il vit toujours, en quelques sortes, avec sa femme.

Cet homme singulier, toujours vif , ce “caractère breton” délivre paradoxalement face à la mort un message d’espoir, à la manière des vieux sages, dont Stéphane Hessel était l’un des plus éminents représentants. J’aime ce portrait émouvant sans être larmoyant.

Jules (1918 – ) est co-réalisé par Marina d’Eté, ancienne étudiante en journalisme de l’IUT de Lannion, c’est-à-dire l’école de laquelle je sors. Je pensais l’exclure d’office de mes coups de cœur pour conflit d’intérêt, mais comme je trouve qu’il est vraiment bon, je le laisse, tout en vous avertissant.

Justine Briot

Pour apprécier au mieux les 28 films restants en compétition, j’ai fractionné mes instants de visionnage en trois fois. Je les ai regardés dans l’ordre, sans me soucier des votes déjà obtenus et du sujet qui allait être traité.

Mon coup de cœur revient à 52 km réalisé par Nicolas Djian et Arthur Rifflet. Alors que la question des migrants revient régulièrement à la Une avec l’île de Lampeduza, ce mini-documentaire nous rappelle que dans le Pas-de-Calais, ils sont toujours autant à espérer et à attendre un départ pour l’Angleterre. La page du centre de Sangatte s’est peut-être tournée le 16 décembre 2002, mais les migrants sont toujours présents et se réfugient le long du littoral dans des abris de fortune.

Pour ce migrant syrien, son “5 étoiles” français, c’est une tente. Il passe ses journées à attendre la bonne opportunité pour gagner les terres britanniques.

Malgré le froid, les doutes et la peur, il sait qu’en Syrie ses proches comptent sur lui. “J’ai parcouru plus de 6.000 km depuis mon départ mais ce sont les 52 km les plus difficiles qu’il me reste à franchir”. Un constat implacable.

Par sa musique, ses images mais aussi son titre, c’est ce mini-documentaire qui m’a le plus touché, peut-être parce que je connais Calais et ses rues. Il me fait inévitablement penser au film Welcome de Philippe Loiret, même lieu, même espérance. Ce film en 2009 m’avait profondément touchée, il en est de même ici en un peu plus de 3 minutes.

En deuxième position, c’est ma corde artistique qui a vibrée. Place à Louise Traon et son film La pose. Un mini-documentaire tout en simplicité où Alice, modèle de nu, nous explique avec ses mots comment elle est arrivée à dévoiler son corps aux regards d’inconnus pendant de longues heures.

Pour la jeune femme, cette action permet de “revenir à une certaine naissance”. D’elle, nous ne connaîtrons que son prénom, ses formes et quelques détails de son visage. C’est à travers les statues réalisées ce jour-là par les élèves de l’atelier d’art de Rrose Sélavy qu’on peut mettre un visage sur cette voix. J’ai beaucoup aimé ce parti pris.

Autour d’elle, on entend les murmures du prof et des élèves. Les yeux vont et viennent. Comme elle le conclut si bien : “Je sens une énorme énergie, mais je ne sens pas pas un regard posé sur moi et c’est plutôt rassurant”.

Pour finir, mon dernier vote est pour l’un des premiers films que j’ai visionné : Entre elle et moi de Yann Belguet. Il est le premier a avoir retenu mon attention à la fois car il n’y a aucun mot de prononcé, mais aussi pour l’émouvante fin qu’il réserve.

À l’intérieur, assise sur différents sièges, à différents instants de la journée, une femme attend. Mais quoi ? Le mystère reste entier. Son regard est fuyant, elle semble absente et réagit peu aux bruits qui l’entourent : on comprend par certains détails qu’elle souffre d’un handicap.

Alors que la même séquence semblait se dessiner à nouveau un sourire vient éclairer son visage. Une belle déclaration d’amour et de tendresse d’un frère pour sa sœur.

Pour voir toutes les vidéos sélectionnéesPour en voir encore plus

Sylvain Ernault | 47 article(s) publié(s)

Journaliste diplômé de l'IUT de Lannion. Amateur de thé vert à la menthe, d'escargots farcis et de fromages des Pyrénées. Sur La Déviation, j'écris sur la politique, les festivals bretons, les médias, le football, le cinéma et les bouquins, surtout si ils parlent eux-mêmes de politique, festivals bretons, médias, football ou de cinéma.


Vous aimerez lire aussi

7 commentaires pour l'article “Jurés d’Infracourts : qu’est-ce qu’on attend ?

  • J’ai vu tous les six films, et ça me confuse de choisir celui du choix de Sylvain et de Justine. J’apprécie le film «La Tente Suspendue» et «52 km». Tous les deux nous parlent du phénomène de vérité qu’on trouve autour de nous (surtout chez vous, les français).
    Mais j’apprécie le plus le film de Nicolas Djian et Arthur Rifflet. Premièrement je remarque son titre de film. 52 km; Qu’est-ce qu’il y a avec cette distance? Ça me seduit de le voir premièrement, sans voir le potrait couvrant le film, sans lire le résumé, sans voir les réalisateurs.
    Le problème d’imigrant est toujours là, partout. J’ai le même impression que Justine: la musique, le murmure et le bruit de port supportent bien tout au long du film.

    “J’ai parcouru plus de 6.000 km depuis mon départ, mais ce sont les 52 km les plus difficiles qu’il me reste à franchir!”
    En plus, ça me touche bien, “Traverser à la nage? Bien trop dangereux! J’ai entendu qu’un africain est mort noyé il y a quelques jours en essayant de traverser”.
    Ça nous montre une nouvelle question: reste vivre comme ça où la mort menace? Il ne renonce pas à une chance juste pour rentrer chez lui. Il l’attend, comme les 5 jours qu’il a passé depuis son arrivée.

    Je me souviens à un film de 2011 de Aki Kaurismäki, dont le titre c’est Le Havre, qui avait présenté le même cas que celui de 52 km. La différence, c’est que 52 km ne se déroule que 3 minutes pour me toucher.

    • Au début je me demandais si des documentaires aussi courts pouvaient s’appeler documentaires. C’est le temps du reportage, pas du docu.

      Finalement, il y a de très bons films dans la sélection. Certains demanderait d’être approfondis. Certains se tiennent parfaitement en 3 minutes. Il y a des vrais regards d’auteur, des personnages mis en valeur… donc oui c’est du docu.

  • La meilleure c’est la 2. La pose est assez poétique aussi.

  • Je vais apporter mon regard sur les vidéos que t’as sélectionnées Justine.

    52 km était dans mon top 6, c’est bien léché, beau travail de mixage sonore c’est vrai, le sujet est fort et grave aussi. Je reste néanmoins sur ma faim. J’ai l’impression que c’est la bande annonce d’un long métrage. Pour tout dire, il me manque de l’action, un changement de rythme.

    La Pose est en revanche un docu dont le sujet correspond au temps court : un témoignage précis et unique qui n’appelle pas d’autres explications. Je l’ai bien aimé, sans plus. Dans mes notes j’ai : “bien mais on la voit pas à poil”. Je trouve le docu un peu prude. Je ne demandais pas d’images sexuellement explicites, mais juste un plan large, même de dos, puisque finalement le modèle accepte de poser pour les sculpteurs, alors pourquoi pas pour nous ?

    Entre elle et moi : un docu court qui ne rime pas avec docu rapide. La forme est originale, sans fioriture, c’est émouvant, il y a mine de rien une évolution dramatique, une chute. On très loin de la forme “reportage” à laquelle se rapportent d’autres films de la liste. Je pense qu’il peut obtenir un prix de la part du jury pro, mais la concurrence est dense.

    En résumé je partage en grande partie tes avis.

  • “Un deuxième concours est d’ores et déjà lancé ! Le thème ? « Les monstres ». Ce choix est sans doute moins “ouvert” que le précédent, mais il devrait permettre des prises de position (politiques ?) et l’affirmation de points de vue forts. Une nouvelle page dédiée au concours sera prochainement mise en ligne par France 2 pour les inscriptions. Le réglement du concours pourrait être amendé à la marge, et un nouveau jury devrait voir le jour…”

    http://cinemadocumentaire.wordpress.com/2014/01/03/infracourts-et-le-theme-du-deuxieme-concours-de-courts-metrages-documentaires-de-france-2-est/

  • On a la liste des 10 gagnants :

    Prix du jury :

    1. A cœur ouvert, de Morgane Doche
    2. Foi, espérance et efficacité, de Benjamin Prost
    3. 52km, de Nicolas Djian
    4. Dix ans que j’attends, de Mathieu Ortlieb
    5. Qu’est-ce qu’on attend un soir de première ? d’Anne-Sophie Reihardt
    6. La tente suspendue, d’Olvier Barthélémy
    7. Au fil de la conversation, de Céline Scaringi
    8. Entre elle et moi, de Yann Belguet
    9. TRANSIT, de Cyril Mossé
    10. Revivre, de Christophe Siebert

    Prix du public avec Dailymotion :
    Qu’est-ce qu’on attend un soir de première ? d’Anne-Sophie Reihardt

Trackbacks & Pings

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 8 = 1

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Retour
en
Haut
Retour
à
l'Accueil