200427 - Footing devant un cinéma MK2 à Paris by Jeanne Menjoulet CC BY-ND 2.0 - La Déviation

Le confinement devient parfois un code moral plus qu’une mesure sanitaire

Les parties de foot ont repris dans la cour de l’immeuble d’en face. Quelques jours avant déjà, la petite vingtaine de gamin·es de la tour jouait au ballon tou·tes ensemble sur un minuscule carré d’herbe. Le terrain vague de l’autre côté de la rue est devenu un haut lieu de sociabilité, l’avenue se repeuple, les voitures et vélos circulent à nouveau.

Pour tenir le coup, nombreux·ses sont celleux qui, dès le début ou plus tardivement, se sont organisé·es des entorses, plus ou moins grosses, au confinement, comme le raconte plusieurs témoignages de La Gazette déconfinée (pdf), notre jumelle pas maléfique.

Pourtant, les réseaux sociaux et les médias dominants fustigent violemment tou·tes celleux qui dérogent un tant soit peu aux sacro-saintes règles édictées par le gouvernement – y compris les plus irrationnelles et les plus discriminatoires. Le confinement est devenu pour certain·es un code moral plus qu’une mesure sanitaire.

 

La mairie de Paris a interdit le footing entre 10 h et 19 h, entraînant une improbable concentration de joggeur·ses dans les rues en dehors de ces horaires. Le conseil scientifique donne quant à lui son feu vert à la réouverture des écoles et aux déplacement entre régions à partir du 11 mai, sans que l’on comprenne bien ce qui aura changé à cette date… Les règles édictées par les pouvoirs publics, avec l’approbation plus ou moins contrainte des scientifiques, ne sont pas très rationnelles !

Alors, faut-il poursuivre consciencieusement la distanciation sociale ?

Ou peut-on se permettre d’aller voir quelques proches ? Et après le 11 mai, renverrons-nous à l’école les enfants, recommencerons-nous à voyager comme si de rien n’était ? Organiserons-nous une grosse fête avec des dizaines d’ami·es ou nous restreindrons-nous à des contacts distants ?

Débarrassons-nous de la chape moralisatrice qui s’est abattue sur nous.

L’État a suffisamment mal géré cette crise pour que nous ne lui fassions plus confiance sur ce sujet ; pourtant, la charge mentale de définir nos propres règles de conduite semble énorme à porter – nous n’avons pas un conseil scientifique sous la main, nous, et pas forcément le temps de nous pencher sur les dizaines de publications concernant le Covid… Alors, faut-il accepter aveuglément une contrainte extrinsèque, de peur de ne pas arriver à poser soi-même ses propres limitations ?

Que se passe-t-il si nous nous posons la question : vais-je mettre quelqu’un en danger en faisant telle chose ou telle autre ?

Comme l’explique l’Académie de médecine, l’isolement nous fait courir des risques psychologiques certains ; mais aller voir nos proches implique de réfléchir à l’ensemble de la chaîne de transmission qui pourrait conduire le virus jusqu’à une personne fragile.

Ces deux dangers, psychique et viral, et leur évaluation, diffèrent d’une personne, d’une interaction à l’autre, en particulier selon les conditions de son confinement, son activité professionnelle si on a été contraint·e de la poursuivre, son âge, ses facteurs de risque éventuels ainsi que ceux des personnes qui pourraient se retrouver sur nos chaînes de transmission, la probabilité d’avoir déjà été infecté·e, les angoisses des personnes avec lesquelles on vit, etc.

Nous n’avons pas de solution magique à proposer, pas de règle applicable à tou·tes.

Quelques pistes tout de même : réfléchir par nous-mêmes aux dangers que nous courrons ou que nous faisons courir aux autres dans les situations pratiques qui se présentent à nous et non dans un cadre théorique, chercher le consentement des personnes avec lesquelles nous vivons avant d’aller voir quelqu’un·e d’extérieur, voire, idéalement, définir ensemble les modalités de l’entrevue (distance d’un mètre ou câlins autorisés ?).

Cela pose néanmoins des problèmes d’intimité et de spontanéité dans les relations, et suppose une très bonne communication avec les personnes qui vivent sous le même toit que nous – situation dans laquelle sont finalement trop peu d’entre nous.

Les Confiné·es | 125 article(s) publié(s)

La Gazette des confiné·es est un collectif ouvert d'ami·es basé·es entre autres à Nantes, Tours et Paris qui souhaitent mutualiser la prise d'informations portant sur la crise du Covid-19 sur internet afin de ne pas rester chacun·e de son côté isolé·e face aux écrans et de nous libérer du temps pour faire et penser à autre chose. La gazette paraît sur La Déviation et le réseau Mutu.


1 commentaire pour l'article “Le confinement devient parfois un code moral plus qu’une mesure sanitaire

  • Bonjour,
    Tout pouvoir totalitaire commence par un état d’urgence et une crise sanitaire.
    Alors devons nous culpabiliser ou ouvrir les yeux ?
    Cordialement, Anthony.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *