200502 - Unes de Libération du Parisien et de Paris Match du 26 mars 2020 sur le Pr Raoult - La Déviation

Eric Raoult a démontré une chose : le manque de culture scientifique des médias

Nous avons choisi après deux articles dans les Gazettes des confiné·es #3 et #5 de ne plus participer à la médiatisation des stupidités de Didier Raoult et de ne plus parler de chloroquine avant l’arrivée d’informations sérieuses quant à son efficacité.

Mais nous n’oublierons pas celles et ceux qui ont mis en avant la chloroquine contre toutes précautions alors que, dès le début, l’on savait que les études concernant la chloroquine n’étaient ni fiables ni concluantes. Notre troisième numéro date du 26 mars et cet article de l’Union communiste libertaire a été publié quatre jours plus tard, entre autres exemples.

Il semble de plus en plus se confirmer que les personnes ayant mis en avant la chloroquine ont participé indirectement à la surmortalité du coronavirus car cette molécule aurait plus d’effets délétères que bénéfiques. Attendons encore un peu avant de conclure quoi que ce soit.

Une certitude, on ne joue pas au hasard avec les médicaments comme le rappelle cet article qui fourmille d’exemples d’erreurs de traitements découverts par des essais cliniques sérieux. Ainsi, des prescriptions pour l’infarctus du myocarde, avant d’être vérifiées par des essais cliniques, auraient tué environ 60.000 personnes. En ce qui concerne les essais cliniques pour le coronavirus Sras-cov2, la surmédiatisation de la chloroquine les ralentit car de nombreux·ses patient·es refusent de participer aux essais cliniques qui ne leur garantissent pas d’être traité·es avec de la chloroquine. Ce ralentissement de la recherche peut aussi coûter des vies car si un traitement est bénéfique ou délétère, on le découvrira moins rapidement.

Parmi les gens qui ont participé à la foire médiatique autour de Raoult et de la chloroquine, on peut citer la quasi-totalité des médias dominants (tels que Le Point, Le Monde, Le Figaro), de nombreux pseudo-experts (comme Idriss Aberkane ridiculisé dans des vidéos humoristiques ou Michel Onfray), ainsi que des politiques de tous les bords comme Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen.

Il nous semble, même s’il faudrait une enquête approfondie pour le confirmer, que ce sont les réseaux populistes d’extrême-droite qui ont le plus surfé sur la chloroquine comme Valeurs Actuelles en France et bien entendu l’« alt-right » américaine, rangée derrière Donald Trump.

En ce moment, on n’a encore aucune certitude concernant les traitements même si des études commencent à paraître, par exemple sur le Tocilizumab pour lutter contre la tempête de cytokines ou sur le Remdesivir publiée le 29 avril. Ces articles scientifiques doivent être relus – celui sur le Tocilizumab n’est même pas encore paru, il n’y a qu’un communiqué de presse -, reproduits et confirmés par d’autres essais pour que leurs résultats soient considérés comme vérifiés. Ce qui est certain, c’est qu’à l’heure actuelle, il n’y a aucun traitement miracle : par exemple, d’après les études que l’on cite, le Tocilizumab ne serait utile que sur les cas graves et le Remdesivir n’aurait qu’un effet très léger et elles sont beaucoup trop récentes pour s’appuyer dessus. Gardons en tête qu’un traitement, ce n’est pas tout ou rien : pour le Covid-19, il ne s’agira probablement que d’une légère amélioration des probabilités de survie.

Nous sommes conscient·es qu’il est extrêmement compliqué de se plonger dans la littérature scientifique sans formation et d’arriver à trier les informations selon leurs fiabilités. De nombreuses personnes se sont fourvoyées notamment à cause de l’avalanche d’articles et d’informations sur la chloroquine. Comment éviter cela sans aller vers une confiscation de la parole par des expert·es ?

La Gazette mise sur l’éducation populaire, la vérification des sources – nous intégrons systématiquement des hyperliens pour que vous puissiez vérifier nos affirmations – et la relecture collective. Les discussions et débats évitent de se laisser intoxiquer comme on peut l’être seul·e devant son écran. Alors croisez les sources, débattez et doutez des informations que vous lisez !

Les Confiné·es | 108 article(s) publié(s)

La Gazette des confiné·es est un collectif ouvert d'ami·es basé·es entre autres à Nantes, Tours et Paris qui souhaitent mutualiser la prise d'informations portant sur la crise du Covid-19 sur internet afin de ne pas rester chacun·e de son côté isolé·e face aux écrans et de nous libérer du temps pour faire et penser à autre chose. La gazette paraît deux fois par semaines sur La Déviation et le réseau Mutu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *