200512 - Allegory of communist press censorship analogue picture taken in 1989 by Jacek Halicki format paysage - La Déviation

La Gazette des confiné·es #14 – Censure du web, éducation numérique et manifs empêchées

Resterons-nous libres de vous informer encore longtemps ? Cette quatorzième Gazette s’ouvre par la fin. La fin du parcours législatif de la loi Avia, promesse de censure et d’arbitraire. On s’interroge. Est-il permis d’évoquer les sabotages d’antennes et de câbles attribués à l’« ultragauche » par les renseignements ? D’afficher les {startuppers} pour qui l’école numérique est une promesse d’argent ? De critiquer la collapsologie ainsi que Martin Hirsh et ses errements ? Ou serons-nous rattrapés par les chaussettes à clous pour crime de pensée ? Les manifestant·es du 11 mai l’ont appris à leurs dépens. L’ambiance est policière.

Après le confinement, le bâillon : la loi Avia censure la haine en ligne et plus si affinités

Quelle sera la première loi adoptée sans lien avec le Coronavirus ? Le suspense n’a pas duré longtemps. Dans un hémicycle toujours réduit et en procédure accélérée, c’est la proposition portée par la députée LREM Laetitia Avia « contre la haine sur internet » qui coiffe tous les autres textes au poteau. Avec cette dernière lecture mercredi 13 mai, l’exécutif redouble d’efforts pour contrôler l’info.

Plus d’un an après son dépôt à l’Assemblée et deux lectures dans chaque chambre, la loi Avia boucle sa navette parlementaire substantiellement amendée. Plusieurs articles peuvent toutefois chatouiller le Conseil constitutionnel voire Bruxelles.

Dans une première version, la loi devait permettre à la police et au public de demander la censure des contenus signalés comme haineux aux plateformes recevant entre deux et cinq millions de visiteurs uniques par mois. C’est-à-dire Wikipédia, Youtube ou bien sûr Facebook. Les sites auraient dû répondre et motiver leur décisions sous 24 heures. La vérification de la validité des décisions et de la suppression des contenus « manifestement illicites » aurait été faite à posteriori par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), investi de nouveaux pouvoirs répressifs.

Parmi les organisations non gouvernementales et les autorités administratives indépendantes épouvantées par la loi, La Quadrature du net s’est de nouveau distinguée par ses analyses. Elle a identifié les principaux dangers de cette première mouture pour les libertés publiques : une censure probablement automatisée pour respecter le délai de 24 heures, réalisée par les géants du web sans aucune intervention d’un juge, ouvrant la voie à des abus contre les contenus politiques comme cela s’est déjà vu). Dit autrement, sa rédaction permettait les excès de toutes sortes, grâce au contrôle extravagant accordé à la police sur internet.

200512 - Capture d'écran visites page Facebook Cerveaux non disponibles au 28 août 2019 - La Déviation

Facebook n’a pas attendu cette loi pour censurer les contenus qui ne lui plaisent pas. Ainsi, en août 2019, de nombreuses pages de la gauche radicale ont vu leur audience chuter, à l’image de Cerveaux non disponibles.

La majorité entend-elle les alertes provenant de toutes parts ? Non, bien sûr. Le 21 janvier 2020, un amendement rajouté tardivement et de manière peu démocratique alourdit encore le volet coercitif de la loi. Il accorde directement à l’administration le pouvoir d’obtenir de n’importe quel site la censure de tout contenu considéré comme terroriste sous une heure chrono. En dépit d’une telle célérité, la police peut réclamer le blocage dudit site aux fournisseurs d’accès à internet pour toute la France.

La Quadrature du net revient à la charge contre ce délai d’une heure insensé qui s’applique indifféremment le mercredi midi ou le dimanche en pleine nuit. Comment les sites tenus par des bénévoles, comme ceux du réseau Mutu, peuvent-ils le respecter ?

Mais s’il s’agit de lutter contre pédophilie, les discriminations ou le terrorisme, quel est le problème ? Et bien précisément de laisser à l’Etat, ses préfets, sa police, la libre interprétation d’une notion aussi floue que celle de « terroriste ». Il y a peu, des militant·es écologistes faisaient l’objet d’une telle accusation de la part du patronat agroalimentaire breton, comme nous vous le racontions dans notre douzième Gazette. La Quadrature du net envisage aussi que la police ose utiliser cette loi pour des appels à manifester sur les Champs-Élysées ou des vidéos d’altercations entre manifestant·es et CRS.

On imagine que les pandores seront capables de ratisser suffisamment larges pour inclure dans le périmètre des interdictions des brochures subversives comme celles d’Infokiosques.net sur le thème des insurrections ou des émeutes.

D’autre part, la Quadrature du net affirme que :

« Si la police était mal intentionnée, il lui suffirait de publier anonymement et au milieu de la nuit des messages « terroristes » sur les plateformes de son choix pour les faire censurer (car presque aucune plateforme ne peut avoir des modérateurs réveillés toute la nuit pour répondre dans l’heure à la police). Rien dans la loi n’empêche de tels abus. »

Pour analyser les dérives potentielles de cette loi, regardons sur le long terme : de nombreuses dispositions initialement antiterroristes sont passées dans le droit commun au moment de la fin de l’état d’urgence et l’arsenal antiterroriste ne cesse de grandir en France depuis 1986 comme l’analysait en 2015 Le Monde diplomatique.

Cet article de Lundi matin émet l’hypothèse que l’antiterrorisme n’est pas une forme de répression judiciaire mais un mode de gouvernement, le but étant d’utiliser la peur pour faire une guerre psychologique à l’ensemble de la population. Amnesty international rappelle aussi que les réfugié·es sont souvent visé·es par les lois antiterroristes.

La crainte d’être considéré comme une menace pour la sécurité ou comme un « extrémiste » a eu un effet dissuasif, réduisant l’espace laissé à la liberté d’expression.

200512 - Assigné à résidence - La Déviation

En 2015, l’état d’urgence avait été utilisé pour interdire les manifestations écologistes pendant la COP21. Des militant·es écologistes s’étaient retrouvé·es assigné·es à résidence comme le montre cette vidéo.

Le procès en terrorisme est souvent utilisée par les gouvernements contre les opposant·es politiques. Ce fut le cas en Espagne, lors d’une opération de barrages routiers en 2018, en Italie contre des opposants à la ligne TGV devant relier Lyon à Turin, sans oublier l’Afrique du Sud où Nelson Mandela a croupi en prison désigné leader d’une organisation terroriste pendant plus de 20 ans, jusqu’à la fin de l’apartheid.

De nombreux sabotages pendant le confinement : les services de renseignements accusent l’« ultragauche »

Voilà probablement un site internet qui serait interdit rapidement si la loi « Haine » dont l’on vous parlait précédemment était promulguée. Le site Sans attendre demain répertorie de nombreux sabotages ayant lieu en Europe et félicite les auteur·ices de ces derniers.

Récemment c’est un sabotage coordonné contre le réseau à fibre optique dans le Val-de-Marne (à Ivry-sur-Seine et Vitry-sur-Seine) qui a défrayé la chronique : 20.000 logements et entreprises auraient été privés d’Internet pendant plusieurs jours selon un plan « méthodique et organisé ».

D’après Le Parisien, destinataire d’une note des renseignements assurément très « confidentielle », les enquêteur·ices s’étonnent de l’absence de traces et de l’efficacité de nombreux sabotages du réseau internet ou des antennes relais ayant eu lieu ces derniers temps (plus d’une trentaine) et accusent l’« ultragauche ». D’ailleurs, le parquet antiterroriste n’est pas saisi mais, pas loin !

Ce n’est pas la première fois que la presse agite le spectre de cette « mouvance radicale, qui englobe notamment ultrajaunes et black blocs ». Faire frissonner le bourgeois ne fait apparemment pas de mal aux ventes. En tout cas pas à celles du Point, qui a encore cet hiver consacré à cette menace un long dossier, ridiculisé par le chercheur en sciences politiques Nicolas Sigoillot sur son blog.

200512 - Visuel Lille insurgée avec l'action directe - La Déviation

C’est une publication de Lille insurgée sur Facebook appelant à renouer avec l’action directe qui aurait inquiété les services de renseignement d’après Le Parisien (payant).

Il est vrai que de nombreux·ses militant·es anarchistes prônent l’action directe et le sabotage depuis bien longtemps et on peut trouver des manuels de destruction des antennes-relais sur des sites du réseau Mutu. Est-ce suffisant ? On peut se demander si de nombreux sabotages ne sont pas plutôt liés à une forte contestation des antennes 5G en train d’être déployées dans toute l’Europe. C’est la piste privilégiée en Angleterre où des critiques construites de la fuite en avant technologique rencontrent des théories du complot sur le lien entre les ondes et la propagation du Coronavirus.

Tentons d’autres conjectures. Si les coupes sont dignes de professionnels, ne pourraient-elles pas être l’oeuvre de prestataires en mal de contrats ? Après tout, les habitué·es des chroniques judiciaires savent que certaines revendications peuvent être opportunistes. Tout autant qu’elles peuvent nourrir le récit policier, au moment d’imposer des mesures chaque jour plus liberticides.

Ce qui est certain, c’est que les services s’intéressent à toute action à caractère anticapitaliste. De gros moyens sont dépensés pour protéger les intérêts prétendument stratégiques du pays, comme le montre le traitement des antinucléaires à Bure, nous parlions dans la Gazette des confiné·es #12. On ne peut pas en dire autant quand des militantes kurdes se font assassinées en plein Paris. Un article de Paris-Luttes info affirme que 43 assassinats politiques ayant eu lieu en France sont restés impunis. Un sujet qui ne fait pas non plus les gros titres.

Du parvis des hôpitaux aux ronds-points, les manifs du 11 mai heurtent l’état d’urgence et ses roussins

200512 - Nasse lors de la manifestation contre les violences policières Île-Saint-Denis by Madjid Madj Messaoudene 1200x800 - La Déviation

La chaîne humaine contre les violences policières appelée par une trentaine d’organisations à l’Île-Saint-Denis s’est rapidement faite encercler, rendant illusoire tout respect des gestes barrières. Crédits : Madjid Madj Messaoudene

Mai 2017, des manifs « ni Macron ni Le Pen » agitent l’entre-deux tours de la présidentielle. Le Front social apparaît. Mai 2018, ça bouge dans les facs et dans les gares. De petits tas de pavés poussent sur la chaussée. Un conseiller de Macron fait le coup de poing. Mai 2019, La Pitié-Salpêtrière rime avec souricière. C’est la fête à Blanquer et les samedis se comptent encore en actes. Mai 2020, les rassemblements supérieurs à dix personnes sont prohibés. L’état d’urgence sanitaire est prorogé, mais çà et là, le printemps social fleurit.

Métro, boulot, conso. Tout ce qui est chiant doit repartir. Pour tout le reste, il y a la police nationale.

Les brigades motorisées du préfet Lallement vrombissent place de la République. Ce lundi 11 mai, les amendes pour « participation à une manifestation interdite » ne tardent pas à tomber. Des Gilets jaunes sont arrêté·es.

La même bande de cognes accusée du passage à tabac d’un ouvrier égyptien rapplique à l’Île-Saint-Denis peu de temps après. La chaîne humaine est brisée. On sait dès lors que les nasses font exception à la fameuse doctrine des gestes barrières.

Sur la Canebière, cinq militant·es d’Extinction Rébellion Marseille sur la cinquantaine mobilisée sont conduit·es en garde à vue. Qu’une faute soit reconnue ou non, leur casier comprend désormais un « rappel à la loi pour attroupement sans arme avec refus de se disperser au bout de trois sommations », dixit la procureure.

Les Toulousain·es respirent un peu mieux devant leurs hôpitaux. Plusieurs centaines de citoyen·nes rejoignent les troupes de Sud Santé et de la CGT du CHU. Glorifiées pas celleux qui les dénigraient naguère, les blouses blanches réclament leur dû et la fin des coupes franches. La cause est trop sensible pour envoyer les bleus.

200512 - Rassemblement devant l'hôpital Purpan à Toulouse avec le personnel soignant by Sud CT 31 - La Déviation

Devant l’hôpital Purpan, comme devant d’autres établissements publics de la ville, plusieurs centaines de citoyen·es ont rejoint les personnels syndiqués. Crédits Sud CT 31

Une scène similaire se déroule sur l’Île de Nantes, à ceci près que l’appel n’émane pas de syndicats. Entre 200 et 400 personnes y participent, selon Ouest-France et Nantes Révoltée. « Moment chaleureux. Certain·es improvisent un apéro. Une danse est esquissée sur la voie de tram. L’ambiance est bonne, puisque la police reste à distance », raconte l’influent média « révolutionnaire, anticapitaliste et autonome ».

Au même moment, deux-cents Nazairien·es applaudissent sur le parvis de la cité sanitaire. Le rendez-vous figurait sur l’agenda du site Baslesmasques.co, comme 25 autres à travers le pays. Localement, une suite sera donnée samedi 16 mai, à 13 h, place du Commando.

Les consignes préfectorales sont visiblement plus sévères à Rennes, où les autorités plastronnent avec 38 verbalisations et six interpellations pour des contrôles d’identité. Le rassemblement se tient place de la République, peu avant midi, sans qu’il soit aisé de distinguer les manifestant·es des passant·es. Seuls deux groupes de postièr·es Sud PTT se détachent vraiment. Les « distances de courtoisie covidiennes » rappelées par l’organisation résistent mal au contact rapproché avec les agents.

Dans un communiqué qui s’attaque au déconfinement à visée capitaliste, les Gilets jaunes de Rennes, l’Assemblée générale de l’Hôtel Dieu et le groupe Refusons le retour à la normale évoquent de possibles actions dans un supermarché « pour filer un coup de main aux employé·es », à l’Agence régionale de santé pour « obtenir des moyens humains et financiers », dans un service de la mairie « pour l’occuper jusqu’à ce qu’un centre d’hébergement inconditionnel soit ouvert pour les plus démuni·es et les femmes victimes de violences », ou encore au rectorat, dans une plateforme logistique de colis ou chez Samsic, géant du nettoyage qui repose sur une main-d’oeuvre sous-payée.

La Bretagne cultive son image rebelle avec plusieurs rassemblements pour la « libération des plages ». La patience des habitant·es du littoral atteint ses limites dans les Côtes-d’Armor. Plusieurs collectifs, parfois soutenus par les élu·es, rassemblent jusqu’à 100 personnes à Pleumeur-Bodou, Erquy, Binic et Trévou-Tréguignec.

200512 - Rassemblement des Gilets jaunes à Guingamp Plouisy Kernilien by Le Canard Réfractaire - La Déviation

Une quinzaine d’habitué·es du rond-point de Kernilien, près de Guingamp (Côtes-d’Armor) ont ressorti leur chasuble fluo à l’heure de la sortie des usines. Crédits : Le Canard réfractaire

Dans certaines communes, marcher sur le sable ne sera bientot plus passible ni n’amende ni d’emprisonnement. Quand les écoles rouvrent mais pas de larges espaces ouverts, l’État risque de voir fondre le consentement à l’autorité. A moins qu’il convienne que la question n’est pas celle des distances physiques, mais de la mise sous surveillance de chaque centimètre carré. La décision revient d’ailleurs aux préfets, aux ordres du gouvernement et jamais avares en menaces. Une tutelle parisienne à même de raviver un régionalisme latent.

Dans le même département, les ronds-points voient refleurir quelques chasubles jaunes, aux entrées de Lannion, Guingamp et Saint-Brieuc.

Ailleurs en France, ce sont encore « celles et ceux qui ne sont rien » qui affrontent en premier les accusations d’irresponsabilité. A Bandol, dans le Var, au Magny, en Saône-et-Loire, à Rouen, en compagnie de la CGT, à Périgueux pour « la fin de leur monde et le début du nôtre », à Angoulême, aux côtés de militants écolos, ou encore à Amiens « pour la protection des libertés publiques », une colère longtemps contenue s’exprime au grand air, au risque d’agacer.

Un peu partout, le mouvement social reprend corps, mais à pas mesurés. La colère s’exprime timidement dehors, chez celleux qui triment sans télétravail, souvent sans masques ni protection adaptée. La longueur de la laisse s’est considérablement raccourcie. Il n’est pas dit pour autant qu’elle ne finisse par céder.

Violences policières – un premier bilan du confinement

200512 - Une manifestante contre les violences policières Île-Saint-Denis by Madjid Madj Messaoudene - La Déviation

« [Les flics] prennent un haut-parleur : “Il y a des femmes et des enfants qui veulent rentrer chez eux, dispersez-vous.” Personne n’y croit, et tout le monde les moque. » Compte rendu du rassemblement contre les violences policières à l’Île-Saint-Denis, le 11 mai et photo de Madjid Madj Messaoudene

Le confinement a été marqué par une mise sous pression accrue des quartiers populaires. Amnesty international a authentifié une quinzaine de vidéos de violences policières filmées au cours du confinement, et, au 20 avril, au moins cinq morts en lien avec une intervention policière étaient déjà déplorés, plus une liste longue comme le bras de violences diverses et variées, comme le résume cet article de Rebellyon.

A ces cinq morts recensées au 20 avril s’ajoutent au moins un mort en prison en Seine-Saint-Denis pendant la nuit du 30 avril et un autre le 7 mai à Villeneuve au sud de Grenoble.

Nous l’évoquions précédemment, une des premières manifestations post-déconfinement a eu lieu le lundi 11 mai à 18 h 30 à l’Île-Saint-Denis. La chaîne humaine contre les violences policières s’est transformée en nasse et a rassemblé jusqu’à 400 personnes.

Le 26 avril, c’est dans cette commune qu’a eu lieu l’interpellation violente, avec passage à tabac et insultes racistes, d’un jeune homme égyptien qui depuis a porté plainte. Suite à la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo tournée par les riverain·es, deux des policiers incriminés ont été suspendus. L’homme, prénommé Samir, fait désormais l’objet d’une obligation de quitter le territoire français, bien que les charges ont été abandonnées suite à sa garde à vue. Interrogé pour Là-bas si j’y suis, il envisage de porter plainte pour « violence volontaire avec arme et insultes à caractère raciste »->https://la-bas.org/la-bas-magazine/reportages/ils-m-ont-frappe-j-etais-comme-un-ballon-de-foot-le-temoignage-de-samir].

À Marseille, c’est un jeune homme afghan qui a été embarqué, frappé puis abandonné sur un terrain vague à 30 km de là par trois CRS. Mais, fait rare, en comparution immédiate, les casqués ont écopé de peine de quatre ans et 18 mois de prison ferme, et un an de prison avec sursis. La fin de l’impunité ? Pas si sûr, car comme le remarque cet article de Nantes Révoltée, il pourrait s’agir d’un procès « pour l’exemple », et nul ne sait quel sera le résultat d’un éventuel appel.

Ce genre de kidnapping-tabassage est par ailleurs monnaie courante à Calais et ailleurs, et les sanctions à l’encontre des forces de l’ordre sont plus l’exception que la règle… Faut-il voir dans ce jugement le résultat des nombreuses mobilisations contre les violences policières, qui ont permis une certaine médiatisation, faisant pression sur les tribunaux ?

L’Edtech nous sauvera bien (enfin, sauvera le système)

200512 - Le Numérique à l'école by La Brique juin 2017 - La Déviation

Dessin d’Albert Foolmoon pour illustrer un article de La Brique.

Alors que des écoles rouvrent dans des conditions très inégales et que d’autres ne rouvrent tout simplement pas, Jean-Michel Blanquer continue de communiquer sur la fameuse continuité pédagogique et la force du numérique censée l’avoir permise dans les conditions de la crise sanitaire. Le ministre a même annoncé des états généraux du numérique éducatif à la rentrée 2020 afin de « faire le point sur les enseignements positifs qu’on veut tirer de ce qui s’est passé » (nous soulignons).

De cette période complexe, à laquelle les profs n’étaient pas préparé·es, et surtout à laquelle les services numériques de l’éducation nationale n’ont pas su répondre, il faut donc se forcer à extraire du positif. Les enseignant·es ont déjà insisté sur le fait que la classe à distance n’est pas leur métier et que la charge d’enseignement ne peut pas non plus être transférée aux parents.

Enseigner à distance, en temps de confinement, n’assure pas la continuité pédagogique dans la mesure où c’est une réelle rupture par rapport aux pratiques enseignantes et que l’insistance du ministère sur l’acquisition de nouveaux savoirs implique pour les profs de nombreux renoncements. Iels doivent rénoncer à ne pas creuser les inégalités sociales, renoncer à la démarche d’un·e élève chercheur émancipatrice, renoncer à identifier des indices de progression des élèves… Ainsi que renoncer à l’idée qu’apprendre ensemble est essentiel.

Dans cette période où les enseignant·es, bombardé·es d’injonctions ministérielles, ont été en position de faiblesse, de nombreuses applications sont apparues pour les aider… Dans leur dernier hebdo, N’Autre école propose un dossier Du virtuel au réel qui revient sur la diffusion de Lalilo pendant le confinement.

Ce logiciel est principalement destiné aux élèves de grande section, CP et CE1 pour l’apprentissage de la lecture et a recueilli les inscriptions d’environ 10% des instits du cycle 2 (du CP au CE2) durant les premières semaines du confinement. Startup sélectionnée par le ministère dans le cadre d’un PI2A (partenariat d’innovation intelligence artificielle), Lalilo reçoit ainsi des subventions, la bénédiction du ministère et est diffusée auprès des enseignant·es de façon totalement acritique. Elle a ainsi accès au « marché captif » que constituent les enseignant·es.

Lalilo n’est qu’un exemple des nombreuses startups du numérique éducatif qui souhaiteraient se diffuser auprès des enseignant·es. Un de ses grands représentants en France, Educapital, a d’ailleurs publié un communiqué au titre limpide sur leur intentions : « L’indispensable Edtech, la preuve par le confinement. »

Educapital en profite pour monter un « site solidaire » qui propose gratuitement de nombreuses applications numériques pour les profs et les parents pendant le confinement. Or, Educapital n’est rien de plus qu’une société de gestion de portefeuille, dont le but est par conséquent de se faire des sous en investissant dans ce qui lui semble rentable. Elle propose une stratégie de transition numérique à l’éducation nationale, à base de novlangue sur l’innovation, l’autonomie, la solvabilité de la filière numérique et de champions européens à créer.

Car Educapital a un stratégie bien réfléchie. Sa présidente Marie-Christine Levet est associée au think thank Digital new deal qui publiait fin 2019 un rapport intitulé « Préserver notre souveraineté éducative : soutenir l’EdTech française » (pdf). Ce document fleure bon une espèce de néo-nationalisme, sur la base d’une « spécificité culturelle francophone » à valoriser dans une « exception éducative », afin de retrouver cette « souveraineté éducative » face au danger d’une « vassalité éducative » vis-à-vis des Gafam (ainsi qu’au « déferlement marketing des acteurs monopolistiques américains, et demain chinois »).

Le rapport s’appuie sur des références comme Yuval Noah Harari et le Boston consulting group mais ne présente aucun témoignage ou étude sur les enjeux du numérique en situation pédagogique. Se basant sur le constat que les Gafam (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) ont un poids énorme dans le numérique, il préconise l’émergence de « champions européens » de l’Edtech. Le privé peut bien se faire des sous sur l’éducation et collecter des données sur les élèves et leurs enseignant·es mais il faut que ce soit un privé européen (et si possible français d’ailleurs) ! En fait, rien dans le rapport ne répond réellement au danger de l’emprise des Gafam. Et quasiment rien ne concerne réellement celleux qui sont au centre de l’éducation : profs et élèves. Tout n’est qu’affaire d’économie.

Tout ce qu’ignorent les startups du numérique éducatif

200512 - All computers are bastards by Savoye Captain Ludd - La Déviation

Illustration du dossier All computers are bastards dans le numéro 151 du journal CQFD, dessiné par Etienne Savoye.

Ce mouvement vers le numérique éducatif est soutenu. Ici aussi, il s’agit pour certain·es, comme Stanislas Dehaene, président du conseil scientifique de l’éducation nationale, de profiter de la crise sanitaire pour « faire tomber des barrières » (article en accès payant mais les premières lignes donnent une bonne idée du reste)… Où l’on voit une nouvelle incarnation de la stratégie du choc, avec rhétorique quasi militariste à base de « sauver les enfants » – pourrait-on savoir qui les met en danger au vu de la politique menée par le gouvernement côté éducation depuis plusieurs années ? – et de « résister au confinement ».

Pour le neuroscientifique proche du ministre, il faut aujourd’hui créer un « Netflix pédagogique, gratuit et centralisé ». Et s’il rit des limites de la comparaison avec Netflix sur le critère de la gratuité, on peut rire jaune devant la perspective d’un ensemble de cours uniformisés, homogénéisés, qui ignore complètement l’apport essentiel de la relation éducative entre un·e enseignant·e et des élèves, fondement des pratiques pédagogiques.

En effet, si Educapital choisit de résumer la question du développement du numérique éducatif à l’aspect économique, ce dernier pose bien d’autres questions. Dont celles d’ordre pédagogique, comme le rappelle Julien Cueille, un prof de philo au lycée dans un entretien publié par L’Obs. Elles lui semblent cependant insuffisamment discutées dans le contexte de la crise.

Plus généralement, Julien Cueille pointe une grande incohérence :

« Alors que nous, enseignants, sommes les principaux usagers du numérique éducatif, notre voix, curieusement, ne semble pas porter. Nous sommes même souvent les derniers à être informés des évolutions décidées par les acteurs institutionnels, qu’il s’agisse de l’État ou des collectivités locales chargées de l’équipement des établissements. »

Des questions éthiques, notamment en ce qui concerne l’accès aux données, sont également présentes, de même que des questions sociales, qui ont entre autres été soulevées pendant le confinement par de nombreux·ses enseignant·es. Ces dernièr·es ont tiré la sonnette d’alarme sur les inégalités fortes d’accès au numérique entre élèves, rappelées dernièrement dans une tribune alertant sur les usages acritiques du numérique à l’école.

Les établissements scolaires sont aussi particulièrement inégaux dans leurs équipements numériques, même si des lignes budgétaires pourraient être ouvertes pour aider les enseignant·es à s’équiper (ou pas).

Enfin, n’oublions pas l’aspect environnemental de la diffusion du numérique éducatif… Il s’agit là d’équipements coûteux en ressources matérielles dont la production a des impacts environnementaux non négligeables. Ces arguments étaient déjà rassemblés en 2015 dans l’appel de Beauchastel contre l’école numérique.

Suite au confinement, de nombreux témoignages et réflexions se structurent, comme ceux rassemblés dans le dernier hebdo de N’Autre école, déjà mentionné plus haut.

À l’heure où le passage accru au numérique éducatif se profile comme une des caractéristiques de cet après-confinement de longueur indéterminée, il semble d’autant plus important de mettre en commun les réflexions et prises de positions. Un exemple parmi d’autres, à discuter et à s’approprier : pourquoi ne pas faire classe à l’extérieur, afin de donner plus d’opportunités aux enfants dans le contexte des mesures sanitaires à respecter ?

Le comité de surveillance d’un essai clinique sur le tocilizumab démissionne – suite de la Gazette #12

200512 - Martin Hirsch cible par Fanch ar Ruz - La Déviation

Le bureaucrate Martin Hirsch s’était déjà tristement illustré en 2015 avec une réforme du temps de travail à l’AP-HP qui supprimait de nombreux congés (équivalent de 885 temps plein pour 13.000 salarié·es).

Martin Hirsch aurait mieux fait de se taire ! Dans la Gazette numéro 12 nous vous parlions de l’annonce des résultats positifs du tocilizumab dans l’étude Corimmuno scandée par le patron de l’AP-HP (Assistance publique – Hôpitaux de Paris).

Sauf que l’équipe de surveillance de l’étude a démissionné massivement depuis pour dénoncer une communication hasardeuse de résultats entachés de malhonnêteté intellectuelle. Les critères d’évaluation ont en effet été modifiés en cours de route – sans doute parce que les premiers critères choisis ne permettaient pas de trouver une différence entre le traitement et le placebo.

Les données en question ne sont par ailleurs toujours pas publiées et on ne sait pas précisément quels sont les nouveaux critères retenus, ce qui jette un peu plus le doute sur cette nouvelle molécule miracle – qui contrairement à la chloroquine n’est heureusement pas accessible directement dans toutes les pharmacies, ce qui évitera des empoisonnements.

Cela nous servira de leçon : nous aurions dû garder plus de distance critique vis-à-vis d’une information qui ne se trouvait pas encore dans la presse scientifique, et qui s’est avérée n’être qu’une vaine marque d’autosatisfaction du directeur de l’AP-HP. Par ailleurs, dans l’article que nous citions, publié sur le site du Vidal, pourtant supposément sérieux puisqu’il constitue la référence en matière de médicaments en France, il était fait mention d’une étude chinoise qui non seulement n’avait pas de groupe témoin pour comparer les effets du traitement par rapport au placebo (comme les études du professeur Raoult), mais en plus s’extasiait de la disparition de la fièvre des patient·es traité·es.

Il s’agit en fait d’un effet direct bien connu des anti-IL6, comme du paracétamol, et donc pas du tout d’un signe de régression de la maladie ! La fièvre est un des systèmes de protection de l’organisme, qui peut s’emballer, mais la baisse de la température ne signifie pas que les phénomènes inflammatoires disparaissent… D’ailleurs on peut aussi développer une hypothermie dans une infection sévère.

Il a été proposé de traiter les malades du Covid-19 par des immunosuppresseurs (molécules qui atténuent plus ou moins fortement la réponse immunitaire) comme le tocilizumab car il semblerait que dans certains cas, le Covid-19 entraîne un emballement de la réponse immunitaire, comme dans les formes graves d’hépatite A, par exemple. Cet emballement serait responsable de la destruction pulmonaire par de la fibrose.

Dans d’autres maladies où un sur-emballement du système immunitaire aggrave le pronostic, (par exemple la méningite bactérienne), un immunosuppresseur est ajouté aux antibiotiques qui vont tuer la bactérie. À noter cependant que contrairement aux bactéries, on n’a actuellement pas de traitement qui vienne directement tuer le Coronavirus à la place du système immunitaire qu’on réduit au silence…

Mais admettons que les immunosuppresseurs soient la bonne solution : pourquoi avoir choisi une de ces nouvelles molécules « high-tech », dont le prix journalier est de presque 30 euros et non pas un corticoïde comme la dexaméthasone (environ un euro par comprimé), qui est utilisée dans la méningite ?

N’oublions pas que de nombreux·ses médecins, en particulier dans les centres hospitalo-universitaires (CHU), reçoivent des financements par l’industrie pharmaceutique ; vous pouvez ainsi savoir combien tel·le ou tel·le professionnel·le de santé a touché et de quel labo sur le site transparence.gouv.

Si la recherche médicale concentre beaucoup d’espoirs, souvenons-nous qu’elle n’est exempte ni des jeux d’ego et de la course à la publimétrie qui minent le monde scientifique, ni de conflits d’intérêts avec le privé.

La collapsologie à la lumière du Covid-19 : ses critiques et ses limites

200512 - Bande détournée bannière personnages - La Déviation

Extrait d’une bande dessinée humoristique sur le principe du Grand détournement (La Classe américaine) qui s’amuse des théories de l’effondrement, repérée par Lundi matin.

Pablo Servigne avait mentionné la possibilité d’une pandémie stoppant l’économie dans son livre Comment tout peut s’effondrer (en collaboration avec Rapahël Stevens). Cette figure française de la collapsologie s’est exprimée dans de nombreux médias au sujet du Covid-19 : dans une tribune signée dans Le Monde appelant à ne pas redémarrer l’économie (payant), dans un entretien avec l’Agence France presse (AFP) ou encore dans une interview peu intéressante (et payante) de nouveau publiée par Le Monde. Ce succès médiatique de la théorie de l’effondrement ne date pas d’hier comme le rappelle cet article du Monde diplomatique, signé par Jean-Baptiste Malet l’an dernier. Greta Thunberg est l’une des ambassadrices.

Qu’est-ce qu’exactement la théorie de l’effondrement ou la collapsologie ?

Il faut avouer que la définition de Wikipedia est très vague : « Un courant de pensée récent qui étudie les risques d’un effondrement de la civilisation industrielle. » Pour mieux comprendre de quoi il en retourne, jetons un oeil vers les critiques de la collapsologie.

En effet, la théorie de l’effondrement est loin de faire l’unanimité au sein de la gauche radicale. Ainsi Comment tout peut s’effondrer avait été critiqué pour son invitation au fatalisme, à la passivité et son apolitisme. Il n’y aurait pas de coupable de l’effondrement et tout le monde serait logé à la même enseigne. De plus, il est reproché à cette théorie de naturaliser les rapports sociaux de pouvoir, comme l’explique Elisabeth Lagass dans un article de la revue critique communiste Contretemps.

« Derrière cette idée de l’effondrement de la société réside une vision du monde qui met en avant le système plutôt que les acteur.rices et les rapports sociaux de pouvoirs. […] Pour prouver cet effondrement, les collapsologues s’en réfèrent généralement à des données quantitatives, issues des sciences naturelles. Ce faisant, ils effectuent un glissement entre les sciences naturelles et les sciences sociales, en étudiant la société comme un « écosystème », et en déduisant de données « physiques », un effondrement social. »

Mais depuis, les collapsologues ont légèrement modifié leurs discours, notamment dans le livre Une autre fin du monde est possible (Pablo Servigne (encore lui), Raphaël Stevens et Gauthier Chapelle), suite de Comment tout peut s’effondrer. Ils intègrent des dimensions de luttes, l’importance du capitalisme dans la destruction des écosystèmes et la nécessité de projets alternatifs. Cependant, Daniel Tanuro explique dans un article de Contretemps en quoi cet ouvrage ne va pas assez loin et reste confus. La lutte anticapitaliste et écologiste serait uniquement invoquée et sa réalisation concrète ne serait pas assez approfondie. D’autre part, les collapsologues utiliseraient des théories réactionnaires comme celles de Carl Gustav Jung.

Un article du média belge L’Entonnoir se penche sur la volonté hégémonique du discours de l’effondrement. En voulant mettre toutes les dimensions de l’effondrement dans un unique melting pot théorique, les collapsologues ne pensent que de manière systémique et négligent les histoires locales qui nourrissent les luttes et leur permettent de tenir dans la durée.

Les collapsologues feraient-ils de la pseudo-science, à l’inverse de leur forte prétention à la scientificité via la citation de nombreux articles scientifiques ? En d’autres termes, ne tomberaient-ils pas dans le scientisme ? C’est en tout cas ce que défend un article très fourni de Perspectives Printanières, blog de tendance communiste libertaire.

On peut légitimement se demander si l’approche collapsologue répond aux critères de scientificité de Karl Popper quand l’on constate que tout nouveau fait pouvant invalider la théorie de l’effondrement peut juste être ajouté à l’ensemble théorique de la collapsologie ce qui la rend ainsi non réfutable. À vouloir intégrer absolument toutes les connaissances dans un unique discours, on se prend les pieds dans le tapis et on ne se rend pas compte de ses propres erreurs et errements.

Tout cela fait dire à un article récent du collectif Autonomie de classe que la collapsologie est une pseudo-théorie de la crise pour une non-action politique. Au lieu de penser en termes de crises, Mark Alizart invite à parler de coup d’état climatique et soutient que le désastre climatique ne fait courir aucun risque au capitalisme. Au contraire, il a même vocation à l’entretenir.

Malgré tout, n’abandonnons pas trop vite toute convergence avec Pablo Servigne et les collapsologues. Iels peuvent participer à populariser des initiatives intéressantes comme Covid-entraide et leurs théories ont le mérite de poser un diagnostic plutôt juste de la situation. N’oublions pas que d’autres intellectuel·les de gauche ont été critiqué·es dans un premier temps avant d’évoluer sur leurs positions jugées problématiques. Ainsi Frédéric Lordon, dont les billets sont aujourd’hui plutôt appréciés, était fortement bousculé il y a peu comme dans cet article publié par le Pressoir, en 2016 ou dans cette vidéo de Lundi matin datant de 2015.

La Gazette des confiné·es paraîtra moins souvent

Avec le déconfinement, certain·es membres de la Gazette vont sortir plus souvent sur le terrain pour lutter, gagner leur croûte ou voir leurs proches. Nous aurons donc moins de temps pour nous renseigner et pour écrire. Nous avons donc décidé de ralentir le rythme de la publication, mais rassurez-vous : il y aura bien une Gazette des confiné·es #15 !

Nous avons profité de ce moment particulier pour tirer un bilan collectif de notre expérience d’écriture de ces quatorze numéros, à mi-chemin entre la revue de presse et la chronique du confinement. Nous vous partageons quelques réflexions que nous nous sommes faites.

Nous nous connaissions avant de commencer la Gazette, à des degrés divers, et cette réflexion et écriture collective a renforcé ces liens, de même qu’elle a en créés dans notre décision de faire collectif.

L’espace de discussion créé par la Gazette a été réconfortant pendant cette période (nous étions toustes confiné·es à distance les un·es des autres) et nous a permis des réflexions communes, partant de l’écriture de la Gazette et au-delà.

Écrire sur l’actualité permet de désamorcer le côté anxiogène de celle-ci et de gagner en sérénité.

Nous avons appris de nombreuses choses sur le « travail journalistique » : recherche d’illustrations, d’informations et de sources.

Nous avons gagné en confiance sur notre capacité à produire des textes et à les diffuser, en particulier sur le réseau Mutu.

Nous avons réalisé un travail de structuration pour faire la Gazette (organisation de l’écriture, de la relecture, etc) et c’est donc bien plus qu’un assemblage de brèves : c’est un apport dans une logique d’autonomisation, individuelle et collective.

Nous sommes plutôt content·es de nos quatorze Gazettes et nous espérons qu’elles vous ont plu à vous, nos lecteur·ices.

À bientôt !

Les Confiné·es | 108 article(s) publié(s)

La Gazette des confiné·es est un collectif ouvert d'ami·es basé·es entre autres à Nantes, Tours et Paris qui souhaitent mutualiser la prise d'informations portant sur la crise du Covid-19 sur internet afin de ne pas rester chacun·e de son côté isolé·e face aux écrans et de nous libérer du temps pour faire et penser à autre chose. La gazette paraît deux fois par semaines sur La Déviation et le réseau Mutu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *