210116 - Marche des libertés Lannion Anne Giroux 01 1920 px

À Lannion, la manif’ comme îlot de liberté

Secteur le moins touché des Côtes-d’Armor par le Covid-19, dans le département au plus faible taux d’incidence (60 pour 100.000 habitants au 15 janvier), Lannion et le Trégor basculent comme le reste de la France en couvre-feu dès 18 h, ce samedi 16 janvier. Ironie du calendrier, c’est la date qu’a cochée la Coordination nationale #StoploiSécuritéglobale pour sa première grande mobilisation de l’année.

Sous ce régime d’exception débuté il y a près d’un an, c’est bien la défense des libertés qui motive les 500 manifestant·es présent·es sous un léger crachin en ce matin de janvier (la police en a compté 400). Liberté de manifester sans être désigné comme un ennemi de l’Etat, liberté de documenter l’action des détenteurs de la force publique sans craindre des poursuites ou encore liberté de protéger sa vie privée du regard inquisiteur des drones et autres caméras de surveillance… La liste et longue et s’allonge face aux coups de boutoir du gouvernement Castex-Macron.

De la défunte loi Avia au projet de loi « Séparatisme » (ou « confortant les principes républicains », dans sa dernière acception), chaque texte soumis au Parlement alarme son lot de syndicats, associations, autorités administratives indépendantes et parfois d’instances internationales telles que les commissariats aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe et des Nations Unis. La coordination locale compte elle-même une vingtaine d’organisations, renforcées par un groupe d’étudiant·es en journalisme de l’IUT, qui avait pris l’initiative d’un premier rassemblement le lundi 23 novembre.

Si je tire fort, il doit bouger

C’est forte de la conviction qu’un régime autoritaire s’installe insidieusement que la petite foule s’ébranle dans les rues lannionnaises, à partir du quai d’Aiguillon. Elle suit le même chemin que la retraite aux flambeaux organisée le 15 décembre, toujours réchauffée par les airs entraînants de la fanfare Waso.

Après un passage sur le parvis de la mairie, les manifestant·es atteignent celui des droits de l’homme, abrité entre la salle des Ursulines, bientôt transformée en centre de vaccination anti-Covid, et le Carré Magique, la grande salle se spectacle trégorroise privée de spectateur·ices. C’est entre ces deux institutions de la vie associative et culturelle locale que plusieurs crieuses et un crieur scandent des dizaines de petits mots accumulés depuis trois jours sur une boîte mél (voir ci-dessous).

Un peu plus loin, des acrobates déploient leurs talents et la chorale Phonétique clôt le rassemblement, entonnant « Le Pieu », qui s’impose peu à peu comme l’hymne local du mouvement. « Si je tire fort il doit bouger et si tu tires à mes côtés, c’est sûr qu’il tombe, tombe, tombe, et nous aurons la liberté. »

Au creux d’un hiver sous état d’urgence sanitaire, la manifestation est devenue à Lannion le dernier espace d’expression collective. Beaucoup craignent ici que cela ne dure plus très longtemps.

Marc Chaignon et Michèle Landhauser du groupe local d’Amnesty International à Lannion

La fanfare Waso en format XXL

Une criée publique et populaire clot la manifestation

Photo de une : Anne Giroux

Sylvain Ernault | 111 article(s) publié(s)

Journaliste professionnel établi à Lannion. Amateur de thé vert à la menthe, d'escargots farcis et de fromages des Pyrénées. Sur La Déviation, j'écris sur la politique, les festivals bretons, les médias, le football, le cinéma et les bouquins... surtout si ils parlent eux-mêmes de politique, festivals bretons, médias, football ou de cinéma.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *