200430 - Dessin Blanquer sonne la rentrée des classes by Allan BArte - La Déviation

Pourquoi la réouverture des classes en mai est une mauvaise idée

Emmanuel Macron a annoncé la réouverture des établissements scolaires (hors universités) à partir du 11 mai à la surprise de son conseil scientifique. Celui-ci recommandait de les laisser fermés jusqu’en septembre. Une diversité d’organismes scientifiques s’est d’ailleurs prononcée contre cette mesure et le groupe de travail « enseignement scolaire » du Sénat dénonce même une « impression d’impréparation et d’improvisation » (pdf).

Mis devant le fait accompli, le conseil scientifique a cependant « pris acte de la décision politique de réouverture prudente et progressive des établissements scolaires » et a proposé, dans une note du 24 avril (pdf), un ensemble de préconisations.

Cette note semble tenter de faire le tour de l’infrastructure scolaire dans son ensemble : retourner à l’école ce n’est en effet pas seulement entrer dans un bâtiment, c’est aussi le nettoyer, y emmener les élèves, leur faire à manger et les surveiller pendant qu’ils et elles mangent, etc.

Les écoles, collèges et lycées sont ainsi au centre d’un réseau d’installations mais aussi de personnes : professeur·es, personnels administratifs, agent·es d’entretien, personnels de cantine, Atsem (agent·e territorial·e spécialisé·e des écoles maternelles), AESH (accompagnant·e des élèves en situation de handicap), AVS (auxiliaires de vie scolaire), AED (assistant·e d’éducation), AP (assistant·es pédagogiques), parents, conducteur·ices de bus… (et leurs équivalents dans le privé pour certains de ces postes qui n’y ont pas le même nom).

C’est ainsi l’organisation de tout un monde que le gouvernement demande de penser… Et pour cela les établissements disposent de moins de deux semaines, dans un contexte où les communications se font à distance, où la coordination n’est pas évidente. Les personnels les plus précaires (Atsem, AESH, AVS, AP et AED, notamment) s’attendent, tout comme lors du confinement, à n’avoir des informations qu’à la toute dernière minute et à devoir se battre pour que les missions qui leur sont confiées restent dans le périmètre défini par les textes réglementaires.

200430 - Les retrouvailles en salle des profs le 11 mai by Varlan Olivier - La Déviation

Les enseignant·es, qui devaient assurer une continuité pédagogique à la maison, devront aussi assurer une continuité pédagogique de retour en classe, ceci avec un groupe déstructuré, alors que c’est l’unité de travail en contexte scolaire : les enseignant·es avertissaient déjà en début de confinement que leur travail ne pouvait être réellement continu avec le passage d’une classe à des élèves isolés.

De plus, si seule une moitié de classe est accueillie, comme le suggère Jean-Michel Blanquer, que fera l’autre ? Les enseignant·es doivent-ielles assurer la continuité pédagogique pour celleux qui restent à la maison, soit un double travail ?

Certain·es ont déjà proposé quelques visions humoristiques de ce que pourrait être le retour en classe, comme ce petit échange relayé sur le site de la Fédération des travailleurs de l’éducation (CNT-FTE). N’Autre école donne la parole à toutes les personnes qui interviennent dans le milieu éducatif (pdf) dans son dernier numéro en ligne.

D’autres s’inquiètent des conditions matérielles dans lesquelles les élèves seront accueillis.

Dans l’ensemble, les établissements souffrent pour beaucoup de conditions matérielles dégradées. Et ce n’est pas le boulot amorcé par le ministre qui va aider.

Cette rentrée est basée sur le principe (très relatif) de volontariat : les parents qui le souhaitent et qui le peuvent pourront garder leurs enfants à la maison. Même si le gouvernement souhaite faire passer la réouverture des écoles, collèges et lycées comme un geste social (en remettant tout le monde à l’école, on éviterait de creuser les inégalités), c’est loin d’être le cas.

Il ne s’agit bien sûr pas de nier les différences actuelles dans l’accès à l’éducation, différences mises en avant par de nombreux·ses acteur·es de l’éducation. Une tribune publiée dans Libération rappelle que, tout comme les mesures des gouvernements qui ont accentué les inégalités sociales et scolaires, la décision de réouverture va de nouveau mettre en évidence des inégalités : les familles plus aisées pourront se permettre de garder leurs enfants avec elles et de se protéger, tandis que celles qui ont besoin que les adultes retournent travailler ne pourront pas se le permettre.

Et en fin de compte, la réouverture des écoles permettra simplement de faire garderie pour que les parents retournent bosser.

De nombreuses organisations se sont positionnées contre la réouverture des écoles, collège et lycées tant que les conditions de sécurité sanitaire ne sont pas réunies. La Coordination nationale de l’éducation dénonce un bricolage, des annonces floues et des mesures impossibles à mettre en place. Elle appelle les personnels à exercer leur droit de retrait.

La CNT-FTE dénonce la logique économique qui soutend la réouverture des écoles et appelle à la solidarité, notamment envers les plus démuni·es, celleux qui n’auront pas le choix de remettre ou non leurs enfants à l’école.

Une motion intersyndicale unitaire rappelle aussi de façon plus générale le danger à prendre des mesures dans l’urgence. Le Café pédagogique, qui propose une synthèse des positions de plusieurs syndicats, a aussi interrogé les enseignant·es et rapporte que celleux-ci ne voient pas d’intérêt pédagogique dans la reprise, mais au contraire un véritable danger.

Illustration : Allan Barte, le soutenir sur Tipee

Les Confiné·es | 125 article(s) publié(s)

La Gazette des confiné·es est un collectif ouvert d'ami·es basé·es entre autres à Nantes, Tours et Paris qui souhaitent mutualiser la prise d'informations portant sur la crise du Covid-19 sur internet afin de ne pas rester chacun·e de son côté isolé·e face aux écrans et de nous libérer du temps pour faire et penser à autre chose. La gazette paraît sur La Déviation et le réseau Mutu.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *